Art de vivre, Histoire de filles, Santé

[Art de vivre] Le combat, un poids lourd dans le coin droit.

Source: bing.com

Le combat, un poids lourd dans le coin droit.

Le quotidien ébranlé.

Ce matin-là, j’imagine, que ça devait avoir l’air d’un matin comme les autres pour elle…la course de la vie, go on se lève et on se prépare, go le déjeuner puis go à l’école ou à la garderie.

Et vient le moment où y’a quelque chose d’anormal… une bosse, une douleur, une rougeur, de l’écoulement. Après toute la prévention faite depuis tant d’années, les alarmes sonnent dans nos têtes.

La visite chez le médecin confirme qu’il faut passer des examens plus spécifiques. Dans les circonstances, un examen en amène un autre pour confirmer ou infirmer ce qu’on redoute tant.

Et puis vient ce jour fatidique qui chamboule tout… c’est confirmé, la cloche sonne, le combat va commencer, c’est un cancer.

C’est un salopard de cancer.

D’abord l’incompréhension puis la douleur, et ça te pogne jusqu’au cœur. Aucune chance d’être un tant soit peu rationnel… les émotions et la peur emportent tout.

Quand tu reprends tes esprits j’imagine que… t’arrives à questionner la suite, mais t’entends pas ce qu’on te dit.

Et puis la ligne du temps se met en place avec l’équipe multidisciplinaire autour de ton cas.

Faut maintenant l’annoncer à la famille et aux amis… Mais comment et quand…

Y’aura jamais de moment parfait pour l’annoncer… peut-être certains plus propices que d’autres, mais bon faut l’annoncer et c’est tout.

Choisir des mots… le dire ou l’écrire…

Je ne suis pas la malade. (Mais je fais partie des survivantes. Je ne me rappelle de presque rien, j’étais trop petite. J’ai seulement le souvenir raconté par mes parents la douleur au visage).

J’étais anéantie par cette nouvelle qu’elle m’annonçait.

Ça pogne jusqu’au cœur et ça serre vraiment fort pis t’as plus d’air et plus de souffle et surtout t’as pas de mots. Y’a rien qui sort, rien sauf les larmes qui coulent. Et loin de toi au bout du fil, tu comprends qu’elle a de la peine que t’aies de la peine. Elle a de la peine pour ta douleur, de la peine de te faire vivre ça et tu comprends aussi qu’elle est morte de peur.

Lorsqu’une amie chère vous annonce qu’elle monte sur le ‘’ring’’, que c’est à son tour, qu’elle doit enfiler ses gants de boxe roses et aller se battre de toutes ses forces pour que l’adversaire soit K.O, ça fesse!

Ça fesse aussi fort qu’un bon crochet quand t’en a jamais reçu un..

Viennent vite toutes les phrases plates de tout le monde que tu ne veux pas entendre même si elles sont justes et rationnelles et que normalement c’est toi qui les dirais… ‘’La médecine est avancée ça va bien aller. Tout le monde s’en sort c’est un cancer commun… C’est la maladie du siècle le cancer du sein’’ (tellement entendu). BEN OUI PIS! Je suis en train de vivre mon petit malheur qu’elle ait son gros malheur, je ne suis pas prête pour ces phrases-là BON !

Et puis après quelques heures, quelques jours… on redevient lucide. La vie continue, il y aura combat et il y aura victoire aussi. POINT FINAL. (FYI les métastases y’aura combat!)

On se promet d’être présent, mais on ne le sera jamais autant qu’on le voudrait. J’ai confiance qu’on trouvera tout de même le moyen de l’être et ce même à distance.

Reste maintenant à composer avec la vie qui continue, le bonheur que l’on doit s’accorder de vivre malgré la douleur et les évènements à venir : chirurgie, traitement, douleur, anxiété,  perte de cheveux… la liste est longue…

À tous ceux et celles qui se battent et ce peut importe le cancer, à tous ceux et celles qui souffrent de douleur et de peine collatérale, à toutes les Odette, les Marie, les Michèle, les Roxanne, les Caroline, les Mélissa, les Andrée, les Marie-Ève et à tous les Fredérik, les Éric, les Michel de ce monde et à tous ceux non nommés, je vous envoie tout mon amour, toute ma force et tout mon courage pour ces épreuves difficiles.

Oui. Parfois la vie est une salope. Alors vous me verrez partout où je pourrai aller afin de soutenir les causes de vos maux.

Avec douceur et amour,

C.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire