Art de vivre

[Art de vivre] Légalisation du cannabis: des mamans inquiètes

Je discutais avec des amies dernièrement au sujet de la légalisation du cannabis qui s’en vient le 17 octobre prochain. Une d’elle qui a des garçons et qui approchent de l’adolescence, disait être inquiète de la potentielle recrudescence de la consommation de cette drogue. Recrudescence qui serait causée, selon elle, par un accès facilité. Je voulais donc partager avec vous mon avis à ce sujet qui viendra peut-être édulcorer vos soucis.

Loin de moi l’idée de banaliser la consommation d’alcool et de drogues ainsi que les problèmes pouvant s’y rattacher, surtout chez les jeunes. Je crois néanmoins que la légalisation du cannabis apporte quelques bons points.

Source: Pixabay

Je m’explique en faisant une métaphore un peu caricaturée avec un sujet qui s’approche davantage de la réalité des mamans. Pour ce faire, je vais vous parler de Mononc’ Jean-Marc qui fait lui-même son vin. Il est super fier de son beau produit et ouvre une bonne bouteille à son souper de l’Action de grâce. Son vin ne goûte pas bon. Après deux coupes que tu as bues en faisant des « mmmm »  exagérés pour lui faire plaisir, tu pognes une migraine carabinée et en revenant à la maison, tu retournes ton souper à l’expéditeur. Tu passes la journée suivante avec une débarbouillette sur les yeux en priant pour que tes enfants soient captivés par toutes émissions qui passent à Télémagino cette journée-là. Tu aurais été mieux de boire un bon Shiraz venant directement de la SAQ plutôt que le vin issu de la « Maison Jean-Marc », où les processus de production feraient faire des cauchemars à un inspecteur de la MAPAQ.

Un parallèle se fait avec le marché du cannabis. Il est possible depuis longtemps pour n’importe qui de se procurer illégalement du cannabis récréatif auprès de différentes sources plus ou moins louches. L’origine du cannabis et les procédés de transformation sont inconnus et ne sont pas encadrés, ce qui peut représenter un certain risque pour la santé. Maintenant que le cannabis sera légal et vendu, dans l’équivalent herbacé de la SAQ, les succursales de la Société québécoise du cannabis (SQC), les fumeurs auront accès à un produit plus sûr puisque la production sera réglementée par le gouvernement. De plus, la vente sera interdite au moins de 18 ans comme c’est le cas pour l’alcool et les cigarettes.

Je ne vis pas avec des lunettes roses et je suis consciente qu’il y aura toujours un marché noir, mais je me dis que quand je serai rendue à cette étape avec mes enfants et que mon jeune voudra faire de nouvelles expériences, je suis soulagée de savoir qu’il pourra se tourner vers une source réglementée pour se procurer sa marijuana plutôt que vers un Jean-Marc.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire