Art de vivre, Cuisine, Culture, Général, Télé

[Documentaire] Au pif, suivez le parcours de Véronique Rivest

Moi, qui était jadis presqu’uniquement une fille de bière, voilà que je m’intéresse depuis quelques années au vin. Je dois cette nouvelle passion entre autres à ma voisine Caroline, qui est sommelière, à mon grand bonheur, et qui a gentiment accepté, à mon très très grand bonheur, de me transmettre son savoir à travers des cours de sommellerie maison de grande qualité. Disons qu’avec une telle voisine, c’est comme si j’avais l’Espace cellier de la sommellerie juste en haut de chez moi.

De mercredi en mercredi, de dégustations en dégustations, elle m’a appris ce qu’est un nez empyreumatique et un arôme de pipi de chat, elle m’a fait découvrir les cépages chouchous de l’Afrique du sud, ceux de la Bourgogne et de la Californie, et surtout, elle m’a entraînée à apprécier le vin blanc. Je sais maintenant qu’ il suffit d’une gorgée de Chablis pour me faire craquer et je suis bien bien fière de pouvoir entretenir une discussion censée avec les serveurs à propos des accords met et vin.

Je remercie donc Caroline, ma voisine sommelière, de m’avoir transmis sa passion pour le vin, et aussi une partie de ses connaissances (je ne sais pas si on vient un jour à bout de connaître tout tout tout sur ce jus de raisin alcoolisé).

Ce qui m’amène à vous parler d’une autre sommelière, Véronique Rivest, qui elle, je vous dirais, a pas mal poussé à bout ses connaissances sur la chose. Elle est d’ailleurs devenue la première femme à faire un podium en obtenant la 2place au Concours du Meilleur Sommelier du Monde, à Tokyo, en mars 2013. Pour se mériter ce prix, elle en a bu et recraché et rebu du vin et de toutes les couleurs et de toutes les gammes de prix. Elle en fait des voyages pour rencontrer les producteurs. Elle en a mémorisé de la théorie sur les cépages, assemblages, terroirs, régions, climats et alouette. Bref, elle en a passé des heures à parfaire son pif et ses compétences de sommelière. De quoi faire un film sur elle. Vraiment.

Et c’est ce que l’équipe de Pimiento a fait, un film sur Véronique Rivest. Un documentaire qu’ils ont intitulé Au pif et qui sera présenté mardi le 16 décembre à 21h sur les ondes de TV5

L’amateure de vin en moi a tout de suite été interpellée en apprenant la nouvelle. Par curiosité, je suis donc allée voir en primeur l’histoire de cette femme au parcours impressionnant, une femme ayant taillé sa place dans un milieu, qui, au niveau mondial, s’apparente parfois à celui d’un boys club un peu bourgeois.

Tout le contraire de Véronique Rivest. Cette femme dégage une grande chaleur humaine, elle est spontanée, attachante, déterminée, accessible et, oui, elle a du pif. Et les réalisateurs Bachir Bensaddek et Orlando Arriagada en ont eu aussi en faisant un documentaire sur elle. Eux qui souhaitaient au départ aborder le monde de la sommellerie sous un aspect plus général, ils sont rapidement tombés sous le charme de Véronique et ont décidé de la suivre de l’Argentine jusqu’au Japon, là où elle a grimpé sur le podium. 

Elle qui se disait hésitante à avoir une équipe de tournage dans les talons pendant ses années d’entraînement, elle se livre pourtant avec beaucoup de générosité dans le documentaire. On la voit déguster, penser, rêver, se tromper, s’entraîner, perdre et gagner. On fait connaissance avec son entourage, les François Chartier, les ami(e)s sommelier(e)s et, surtout, son son mari, toujours là pour l’appuyer, la réconforter, l’accompagner dans son parcours.

Source : tv5.ca/au-pif

Source : tv5.ca/au-pif

Véronique fait aussi rire, sourire, nous rend nerveux lors de certaines épreuves à accomplir dans les concours. En fait, j’avoue avoir été un peu stressée à certains moments, en sachant pertinnement qu’elle allait finir par monter sur le podium…

J’y vais au pif et je dirais que vous allez aimer ce documentaire. Je préciserais que ce n’est pas pour sa robe, mais plutôt pour ses arômes, et surtout, pour son cépage principal issu de notre terroir québécois, Véronique Rivest.

Et, si vous souhaitez faire comme au visionnement de presse, je vous suggère de regarder Au pif en buvant un Crément d’Alsace 2011 du Domaine Barmès-Buecher.

Au Pif, mardi le 16 décembre à 21h sur les ondes de TV5

 

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire