Histoire de filles

[Histoire de filles] #25joursavantNoel : brownies, playa et cartes de Noël

Si je m’étais contentée du traditionnel calendrier de l’Avent en chocolat plus ou moins bon du Jean Coutu, il serait probablement tout fondu au moment où je vous écris ces lignes, parce que j’ai la chance de vivre 5 jours de mes #25joursavantNoel dans le sud avec mon père et mon frère. À défaut d’avoir les deux pieds dans la neige que nous n’avons pas encore à Montréal, j’ai les deux pieds dans le sable. Pas plate pantoute.

Fait intéressant : je constate qu’à mes #30joursavant30ans, j’avais fait un voyage surprise également. Mes décomptes de l’année 2015 m’auront donc menée à l’étranger. Pas plate pantoute encore une fois. Avoir su, j’aurais fait un décompte #2016joursavant2016, ça m’aurait peut-être valu un voyage autour du monde…

M’étant organisée pour compléter mon calendrier même à des kilomètres de la maison, j’ai réussi à ouvrir toutes mes portes de la semaine 2. Ça va comme suit :

8 et 11 décembre : j’ai envoyé deux de mes cartes de Noël coloriées à la main. Une avec un pain d’épices dessus, pour ma partenaire d’affaires et amie, et une de sapin de Noël (qui a été plutôt longue à colorier) à un de mes clients que j’apprécie particulièrement. Il est pour moi comme un mentor que je tenais à remercier par le biais de mon calendrier.

#25joursavantNoel : carte longue à colorier

9 décembre : je suis allée porter des brownies au Nutella de Ricardo à une amie exceptionnelle et une pigiste de grand talent que j’affectionne beaucoup et avec qui c’est aussi plaisant de travailler que de fêter.

10 décembre : j’ai donné une carte de Noël PAS coloriée moi-même (j’en avais plus) à ma prof de yoga préférée pour lui avouer qu’elle était ma prof de yoga préférée.

12 décembre : j’ai donné une carte de Noël PAS coloriée moi-même à mon pilote d’avion. Anecdote : je me sentais plutôt gênée de faire ça. Pourtant, c’est juste gentil de donner une carte de Noël. Il reste que j’étais gênée pareil. Ma première idée était de délaisser la carte sur un banc de l’aéroport pour un voyageur mystère, mais je me suis mise à paranoïer et à me dire que ma carte pourrait avoir l’air suspecte toute seule sur un banc de la porte 9. Pourtant, encore une fois, c’est juste gentil de donner une carte de Noël… C’est pourquoi j’ai préféré la délaisser sur un banc d’avion à la place, avec l’enveloppe clairement identifiée. J’espère qu’il l’a bien reçue ma carte, mon pilote d’avion.

Carte pilote

13 décembre : Jour 1 de mon voyage père-frère-soeur! Je considère que c’est notre collaboration à tous les trois qui a rendu possible l’ouverture d’une porte de 5 jours ensemble! Pendant ce temps-là, on a jasé, on s’est faits bronzer, on a creusé un trou dans le sable (tellement gros qu’on rentrait dans le trou), on a évidemment bu des cocktails (c’était inclus tsé) et, le dernier soir, mon frère et moi avons réussi à faire danser une bonne partie de la terrasse de l’hôtel au son de la musique de l’excellent band cubain qui nous jouait des classiques tels que Don’t Stop Believin’ et Highway to Hell. Pour l’occasion, mon frère a fait de lui, non pas un calendrier de l’Avent humain comme moi, mais plutôt un manège humain, c’est-à-dire que les petits enfants faisaient la file devant lui pour qu’il les soulève un à un dans les airs, pendant que moi, je faisais du recrutement pour remplir le dancefloor davantage. Moment mémorable de ce voyage. On a même décidé d’annuler notre souper au restaurant italien à cause de ça, c’est vous dire.

#25joursavantNoel - le trou dans le sable 2#25joursavantnoel - le trou dans le sable

14 décembre : j’ai envoyé un montage images à deux de mes amies avec qui j’ai fait un voyage dans le sud il y a de cela une couple d’années. Je ne vous partagerai pas ce montage, ça serait comme de refermer ma porte de calendrier d’un coup sec tellement c’est kitsch, mais je peux simplement vous confier que ma trame musicale était celle-ci :

15 décembre : j’ai ouvert ma porte à mon ami Benoît avec un gif animé qui représente quelque chose qu’il aime beaucoup, soit la ville de New York. Je ne vous explique pas au long pourquoi j’ai fait ce choix. L’important, c’est que mon ami Benoît comprenne… Et je suis certaine que ça l’a fait sourire.

16 décembre : j’ai concocté un meme avec une photo de Francine Raymond pour un de mes amis geeks  (il adore chanter les hits de cette femme-là, fouillez-moi pourquoi) qui m’offre toujours son aide quand j’en ai besoin! Voici le meme en question :

Meme Francine Raymond

17 décembre : j’ai envoyé une chanson de Noël à une amie. Une chanson de Noël qui n’est pas un classique, mais que j’aime bien écouter pendant les fêtes, soit Boom Boom (Merry Little Christmas) de Maryse Letarte.

Voilà qui complète mes ouvertures de portes de la semaine 2.

Je vous avoue que je pensais revenir du sud reposée, mais on dirait que je suis juste plus fatiguée qu’avant de partir. J’aurais aimé vous dire le contraire, mais coudonc. C’est peut-être ma soirée de recrutement sur le dancefloor qui me rentre dans le corps? Je n’ai plus 20 ans, qu’on se le rappelle.

Je songe d’ailleurs à me garder une porte de sortie de calendrier pour moi dans la semaine 3, question d’avoir l’énergie pour traverser le temps des fêtes. C’est ça qui est l’fun avec mon défi #25joursavantNoel, c’est moi qui décide des règlements, pis je les change quand je veux. 😉

Il ne me reste qu’à appliquer ce principe-là davantage en 2016, je pense que ça m’aiderait à être moins fatiguée des fois.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre [Histoire de filles] #25joursavantNoel : un retard, la fin, le après | Web et Mascara 5 janvier 2016 a 11 h 46 min

    […] 20 décembre : j’ai utilisé ma porte de sortie pour moi-même, mon joker, mon Skip-Bo, ma frime, appelez-ça comme vous voulez. Je vous l’avais dit dans mon billet précédent que ça arriverait et que je me donnais le droit de changer les règlements de mon défi : www.webetmascara.ca/histoire-de-filles-25joursavantnoel-brownies-playa-et-cartes-de-noel/ […]

  • Laisser un commentaire