Art de vivre, Général, Histoire de filles, Santé & Sexualité

[Histoires de filles] La fois où j’ai perdu 250 lbs – Partie 4 : Le début!

On est donc le 13 août 2013 et je me pointe au Énergie Cardio de la rue Beaubien avec la seule idée de perdre du poids. Je ne connais rien aux gyms et j’ai choisi celui-là tout simplement parce qu’il répondait aux seuls critères que je recherchais à l’époque, soit la proximité de chez moi et un accès aux femmes seulement (ben oui, je suis de celles qui préfèrent s’entraîner entre filles!)

À l’accueil, on me fait asseoir avec une conseillère qui me parle des différents programmes offerts et les coûts reliés à chacun. Vous avez probablement déjà vu tout ça… « Avec ou sans entraîneur? Avec ou sans fit-test? Avec ou sans suivi? Si oui, combien de suivis?»  Je ne la blâme pas, c’est son travail, MAIS je suis du genre influençable, donc je me suis retrouvée à payer un prix qui dépassait largement le budget que je m’étais fixé au départ, mais j’étais motivée à fond la caisse et j’avais HÂTEEEE de commencer!

En partant du gym ce jour-là, la conseillère en question m’avait recommandé d’aller liker la page Facebook d’une fille que je ne connaissais pas: Natasha.  Elle avait un parcours super impressionnant et avait perdu 135 lbs. J’ai été envahie d’un sentiment qui mélangeait l’admiration et l’envie. Je me questionnais à savoir ce qu’elle avait fait pour réussir un tel exploit, alors je lui ai écrit. J’ai obtenu une réponse super rapidement et un bon coup de motivation parce que Natasha, c’est la fille la plus déterminée que j’ai connue de toute ma vie! Elle a su me motiver et me convaincre que j’étais vraiment capable d’atteindre mon objectif, parce qu’on va se le dire, c’est beau de s’embarquer dans quelque chose d’aussi gros que de changer sa vie, mais il faut y croire. Le plus gros travail est, d’après moi, le travail psychologique. On a beau s’entraîner physiquement, si on ne croit pas une seconde que ça va donner quelque chose, c’est peine perdue. Comme disait l’autre, la dureté du mental!

Source: Youtube

Source: Youtube

 

Mon premier rendez-vous avec l’entraîneuse a été… Comment dire? Une claque dans la face. On voit ensemble l’objectif, mes capacités et elle monte un programme. Sans oublier… la pesée. La MAUDITE pesée! Celle qui m’a fait réaliser que ce n’était pas pour rien que j’avais de la misère à rejoindre mes pieds pour attacher mes souliers et que j’avais une bonne raison de rusher ma vie quand je montais l’escalier jusqu’au deuxième étage. Je suis montée sur la balance en étant gênée d’avance. Je savais pertinemment que mon poids était largement au-dessus de ce qu’il devait être et je savais que je serais mal à l’aise. Mais, le chiffre qui est apparu sur l’écran de la balance m’a laissé bouche-bée. Les yeux pleins de larmes, la tête baissée, je suis retournée voir ma mère qui m’avait gentiment accompagnée et on est rentrées à la maison. Ce soir-là, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Je ne pouvais pas croire que je m’étais laissé aller à ce point. J’ai laissé les émotions prendre le contrôle et j’en payais maintenant le prix. Je pesais 430 lbs. Ouf!

Mais, comme un cadeau du ciel, j’ai vu passer quelque chose d’intéressant. Natasha lançait un défi : 6 mois de saines habitudes de vie avec un suivi personnalisé. Je me suis donc inscrite au Défi D-Clik Santé. Je n’en étais pas consciente, mais les 6 prochains mois allaient jouer un rôle crucial dans ma perte de poids.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire