Culture, Histoire de filles, Lecture, Mode & Beauté, Santé & Sexualité, Télé

[Lecture] Ce genre de fille qu’est Lena Dunham

Je suis une grande fan de la série GIRLS et, inévitablement, de son auteure/actrice principale/réalisatrice Lena Dunham. Il y a presqu’un an déjà, j’ai eu la chance de la rencontrer sur un tapis rouge à New York et de rédiger pour ICI ARTV un blogue, Parlonsgirls.ca, dans lequel je me suis amusée à analyser les sujets abordés dans la série.

Vous comprendrez donc que, dès la sortie de son livre Not That Kind of Girl en octobre dernier, je me suis précipitée en librairie. Voici un compte-rendu de ma lecture.

Pour ma part, lire du Lena Dunham ou regarder GIRLS à la télévision, c’est un peu comme une thérapie. Je suis d’ailleurs contente d’avoir apprivoisé son style à la télévision avant de la lire. Je crois que ça a ajouté un petit je-ne-sais-quoi à mon expérience de lectrice. Lena Dunham nous dépeint une réalité tellement imparfaite dans GIRLS, qui a fait émerger dans ma tête quelques images en cours de lecture. Mais attention, Not That Kind of Girl est un essai autobiographique. GIRLS, c’est de la fiction. Bien que Lena Duham se soit inspirée de la vraie vie pour raconter l’histoire de ses quatres jeunes New Yorkaises dans la vingtaine.

Je disais donc que lire Lena Dunham a été pour moi un genre de thérapie. Comme si je me sentais comprise en lisant ses réflexions sur la vie. Dans son essai, elle raconte ses premiers amours, ses premières relations sexuelles (bien évidemment, un essai de Lena Dunham sans parler de sexe ne serait pas un vrai essai de Lena Dunham), sa relation avec ses parents, sa petite soeur, ses amis, ses grands-parents et son entrée dans le monde du travail. Elle se confie également sur sa peur de la mort et son trouble obsessif-compulsif.

À la lecture, j’avoue avoir développé une certaine admiration pour son père, à qui elle fait souvent référence. Il a de ces citations sur la vie qui méritent qu’on s’y penchent plus sérieusement. Je fermais mon livre certains soirs avec l’esprit un peu philosophe… Et d’autres soirs, je me couchais le sourire aux lèvres en repensant à mes premiers chums et mes premières ruptures.

Cet amalgame de choses de la vie est raconté avec une franchise parfois crue, mais tellement réaliste. Et aussi une touche d’humour. Il ne faut pas être trop pudique quand on lit Lena Dunham, pareil comme lorsqu’on regarde la série GIRLS. Elle emploie le mot « vagin » à plusieurs reprises dans Not That Kind of Girl. À la fin du livre, elle remercie d’ailleurs son éditeur de lui avoir donné cette liberté d’écriture.

Bref, à toutes celles qui s’attendent à être excitées autant qu’à leur lecture du roman 50 Shades of Grey en lisant les histoires de sexe de Lena Dunham, détrompez-vous. Ce n’est pas sa principale qualité d’auteure, de faire rêver…

Son talent, c’est en fait de décrire les choses comme elles sont. C’est entre autres pourquoi j’admire autant Lena Dunham. Il n’y a rien d’extraordinaire dans son livre, mais ça fait du bien d’avoir l’exemple d’une fille imparfaite qui raconte des histoires imparfaites et qui, malgré tout, obtient un succès que je qualifierais de presque parfait.

Not That Kind of Girl est présentement en librairie.

La saison 1 de GIRLS est présentement diffusée les mercredis soirs 22 h sur ICI ARTV.

Et la saison 4 de GIRLS sera diffusée prochainement sur HBO. Voici la bande-annonce. 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire