Culture, Lecture

[Lecture] Moi c’est Frida Kahlo : un livre jeunesse haut en couleurs

Si je n’ai pas eu la chance de lire le premier opus de cette mini collection de 2 livres jeunesse sur Frida Kahlo, Frida, c’est moi, j’ai toutefois eu le bonheur de feuilleter l’album coloré Moi c’est Frida Kahlo, de Sophie Faucher, illustré par Cara Carmina.

Cara Carmina, c’est celle qui nous propose ces poupées faites main et ces illustrations enfantines de Frida qu’on retrouve un peu partout à Montréal. Si vous les avez croisées, pas de doute possible! Leur esthétique particulière et leurs couleurs vibrantes vous reviendront tout de suite à l’esprit en voyant les illustrations regorgeantes de vie de ce joli bouquin.

Sophie Faucher, quant à elle, a campé le rôle de Frida en 2001 dans une pièce qu’elle a elle-même écrite, La casa azul mise en scène par Robert Lepage. Depuis lors, on peut dire que le personnage lui colle à la peau, puisqu’elle crée un deuxième spectacle qui sera présenté partout au Québec en 2018, Frida Kahlo : Correspondance, en plus des 2 livres jeunesse consacrés à l’artiste mexicaine.

L’album, qui s’adresse aux enfants dès 4 ans, retrace les étapes marquantes de la vie de cette peintre prolifique en quelques phrases et en une poignée de descriptions mignonnes comme tout qui décrivent Frida dans tous les moments phares de sa vie, les meilleurs comme les pires : « Je suis Frida qui peint au lit », « Je suis Frida le cœur qui bat », ou encore « Je suis Frida déracinée » et « Je suis Frida le cœur brisé ».

J’ai beaucoup apprécié que l’auteure ne passe pas outre les épisodes tragiques de la vie de Kahlo, qui ont sans contredit influencé son œuvre et forgé le caractère fort et passionné qu’on lui connaît. En déposséder son histoire pour la rendre plus joyeuse aux yeux des tout-petits aurait été une erreur que Sophie Faucher n’a fort heureusement pas commise.

Bien qu’elle soit restée fidèle à la vie de l’icône mexicaine, certains passages demanderont peut-être au parent qui lit l’histoire de donner quelques explications à leur enfant. Par exemple, quand Frida raconte un pique-nique avec Diego : « même si je ne savais pas pourquoi les gens riaient de nous, j’étais heureuse. » Cette page laisse la place à des discussions parfaitement pertinentes sur l’apparence physique, les différences d’âge en amour, etc.

Un magnifique album débordant de couleurs qui a le double avantage de raconter un récit de vie véridique et complexe en quelques lignes toutes simples, et de présenter une actrice singulièrement prodigieuse de l’histoire de la peinture. À feuilleter sans retenue!

Moi, c’est Frida Kahlo, de Sophie Faucher illustré par Cara Carmina, 19,95 $ chez Édito.

Article Précédent

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire