Culture, Lecture

[Lecture] Pieds nus dans l’aube : de la douceur en forme de livre

Pour accompagner la sortie de la version cinématographique éponyme, une réédition du classique québécois de Félix Leclerc des éditions Fides m’a complètement ravie le temps des quelques jours à peine dont j’ai eu besoin pour le dévorer.

Pieds nus dans l’aube, c’est l’histoire du petit Félix, de sa famille et de ses amis, d’un village et du Québec du début des années 1900. C’est une histoire de cœur, d’abord, puis une histoire d’aventures, de ces petites aventures de tous les jours qui forgent l’enfance.

Leclerc y parle par-dessus tout de liberté. La liberté sauvage des pionniers pour qui la facilité est une option trop ennuyante pour s’y tenir, mais aussi la liberté de l’imagination des enfants. C’est un livre tout en douceur, où les péripéties se déroulent en mode microcosme, figées dans le petit monde du village qui ne semble attendre que les enfants qui y habitent grandissent pour changer avec eux.

Inutile de dire que j’ai beaucoup aimé.

Si certains pensent que plier les pages des romans est un blasphème, j’aime que mes livres aient du vécu et conservent mes passages préférés. Comme ça, les prochains lecteurs ou moi, quand nous y passerons, nous nous concentrerons sur ces bribes inspirantes que j’y ai choisies.

J’ai juste eu un petit problème avec Pieds nus dans l’aube. Comme je ne pouvais pas plier toutes les pages, j’ai fini par me résoudre à n’en plier aucune et à simplement conclure que le tout le roman est excellent. Voilà tout.

Ne ratez pas l’occasion de lire ce bijou de chez nous à tout petit prix.

Pieds nus dans l’aube, 240 pages, 12,95 $ chez Fides.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire