Culture, Lecture

[Lecture] Sauvez votre peau, devenez narcissique!

Après nous avoir enjoints de nous « foutre la paix » dans son premier opus, Fabrice Midal récidive avec le surprenant titre/conseil de son nouveau livre : devenez narcissique.

Si l’Occident conserve une image assez péjorative dudit Narcisse, qui aurait péri noyé à force de se mirer dans la rivière tant il se trouvait beau, Fabrice Midal brosse un autre portrait de cette figure mythologique proéminente.

Dans « Sauvez votre peau! », il nous propose plutôt l’histoire d’un jeune homme qui s’ignore dans sa beauté et son talent, errant dans un monde qui l’encense sans qu’il ne comprenne pourquoi, lui-même ignorant sa valeur, jusqu’au moment où il se rencontre enfin dans le reflet de la rivière et prend conscience de sa propre qualité.

À travers ce tableau, Fabrice Midal nous invite à nous rencontrer enfin, avec bienveillance et sans jugement, dans l’appréciation complète et objective de nos talents et de nos faiblesses. Il nous invite à cesser de nous nier, mais aussi à arrêter de nous critiquer, à être indulgents envers nous-mêmes comme nous savons l’être avec ceux que nous aimons.

Ce livre, c’est aussi une ode au lâcher-prise, à l’acceptation, au plaisir dans l’inaction et au bonheur d’aimer, de célébrer les petits moments heureux.

Photo : Edito

Si le message n’est pas nouveau, la forme l’est très certainement pour moi. Ce concept du narcissisme nouveau genre me plaît beaucoup, et le long parcours philosophique et spirituel de Midal donne lieu à des passages particulièrement inspirants, exposant sous un nouveau jour des pensées philosophiques et théologiques bien connues mais jusque-là interprétées à travers le filtre de l’effacement poli, de cette humilité socialement normalisée et souhaitable mais parfois malvenue quand il s’agit de constater sa propre valeur et de savourer ses succès.

Par exemple, la parole de Dieu telle qu’écrite dans la Bible : « aime ton prochain comme toi-même. ». S’il faut aimer son prochain comme on s’aime, c’est donc qu’il faut d’abord s’aimer, soi. Un constat d’une évidence désarmante, mais que contredit le catholicisme moderne en réclamant une abnégation complète de soi et une modestie à la limite de l’autoflagellation.

Des principes hérités de notre passé religieux dont il faut aujourd’hui se défaire pour pouvoir célébrer ses talents tout comme l’on admet sa vulnérabilité – tout comme, aussi, l’on doit se réapproprier ses faiblesses et ses défauts pour s’améliorer.

Bref, pour pouvoir se rencontrer dans toute la splendeur de notre être.

Une lecture inspirante et accessible, aussi plaisante que bénéfique. Je vous la conseille!

Sauvez votre peau! Aimez-vous enfin, de Fabrice Midal chez Édito. 192 pages

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire