Culture, Spectacles

[Spectacle] Vintage ’69 de Gregory Charles – Un show-marathon survolté

1969, année bénie de la musique : Woodstock, les Beatles, Led Zeppelin; l’année du rock, mais aussi, l’explosion de la chanson française et québécoise. Gregory Charles dans toute sa splendeur, accompagné de son band d’improvisation, enchaîne les succès que la foule s’empresse d’entonner avec enthousiasme.

Je ne vous ferai pas la liste de toutes les chansons qui y passent, car ce show-marathon digne de Gregory le jukebox déroule une liste impressionnante de pièces de tous genres, dans lesquelles il laisse toute la place à ses choristes Kim Richardson et Lulu Hugues de faire sonner leur voix absolument extraordinaire en solo, en duo ou en accompagnement de la sienne – chaude, polyvalente, joviale et touchante de simplicité, comme on la lui connait.

Crédit photo: Maïté Indacochéa

C’est un feu roulant d’énergie, d’humour et de prouesses musicales, rien n’est répété à l’avance et les instruments s’ajustent au rythme fou de Gregory qui passe d’un morceau à l’autre en un clin d’oeil. Les micros ne pardonnent rien – un son pur et cru qui n’a pas du tout de quoi effrayer les trois chanteurs exprimant leur talent avec une justesse sans faille.

J’ai mal aux joues et la gorge sèche en sortant de la salle. D’avoir trop souri et d’avoir chanté des succès que je connaissais pour la plupart, mais aussi d’avoir crié et applaudi à l’occasion des nombreuses ovations debout du spectacle avec la foule en délire qui découvre les deux choristes à l’organe exceptionnel.

Un coup de circuit, comme d’habitude, du plaisir sur toute la ligne pour ce nouveau spectacle à la bonne franquette signé Gregory Charles.

Clin d’oeil politique et sourires en coin quand il s’exclame :

« 69 était vraiment une année incroyable! D’une certaine façon, elle ressemblait un peu à 2018… Le PLQ lancait une course à la chefferie, comme aujourd’hui, et c’était l’année de la paix, de la SOLIDARITÉ – rires entendus du public. Mais bon… »- ajoute-t-il l’air un peu déçu avant d’entamer la chanson You can’t always get what you want.

J’en connais un qui a perdu ses élections 😉

Vintage ’69 de Gregory Charles, jusqu’au 6 octobre à l’Olympia. Plus de détails sur ses spectacles ici – Courez-y!

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire