Culture, Général, Spectacles

[Spectacles] « Another Brick In The Wall » par l’Opéra de Montréal

J’ai assisté à la première mondiale de l’opéra Another Brick in The Wall, un hommage à l’œuvre monumentale de Roger Waters (qui était présent, samedi soir, au dévoilement de cette adaptation lyrique de Julien Bilodeau, mis en scène par Dominic Champagne).

Tout d’abord, l’hétérogénéité de la foule qu’a attiré ce spectacle d’Opéra de Montréal est saisissante. Les spectateurs habituels de l’opéra, bien entendu, mais aussi des rockeurs de tous âges, accompagnés de leurs enfants ou entre amis, des personnages bigarrés dont le style détonnait joyeusement avec le public régulier, tout en classe et en habits de soirée.

Les fans de Pink Floyd se rendaient à une nouvelle version de ce classique indémodable, et les amoureux d’opéra allaient voir un spectacle hors du commun, moderne et cinglant. L’excitation était palpable et les allocutions introductives n’ont jamais récolté autant d’applaudissements de la part de cette masse fébrile et impatiente.

Photo : ©Yves Renaud

Photo : ©Yves Renaud

 

 

 

 

 

Et l’Opéra de Montréal n’a pas déçu.

Une mise en scène grandiose, des artistes aux voix somptueuses, une adaptation fidèle mais résolument lyrique…

Étienne Dupuis, le baryton canadien qui s’est glissé dans la peau de la rockstar Pink et France Bellemare, soprano à la voix riche dans le rôle de la mère, sont mes coups de cœur pour ce spectacle haut en émotions et magnifiquement interprété.

Pour quelqu’un qui connaît bien l’album The Wall, il était un peu difficile, du moins au début, de ne pas chercher à retrouver les airs originaux des chansons dans les paroles familières. Mais au fil du temps, la scénographie magistrale alliant audiovisuel, costumes époustouflants et flashbacks en exergue sans jamais trop en faire prend le dessus et avale le spectateur séduit.

Toutefois, il faut dire que la combinaison du sérieux du sujet traité, du rythme rapide de l’histoire (l’opéra ne durait que 2 heures incluant l’entracte), des éléments familiers du spectacle mêlés à la mise en scène classique et théâtrale et à la musique classique, rendait parfois certaines entrées en scène un peu comiques – quand par exemple, lors du procès de Pink, les acteurs apparaissent en costumes à plumes comme des oiseaux de mauvaise augure, le juge portant d’immenses ailes et juché sur un petit piédestal…

Alors que la scène se déroule, on en vient rapidement à apprécier la beauté des habits et le symbolisme du moment.

Bref, Another Brick in the Wall : un spectacle incroyable à voir absolument, du 13 au 27 mars à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Photo : ©Yves Renaud

Photo : ©Yves Renaud

 

 

 

 

 

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre [Opéra] Saison 2017-2018 de l’Opéra de Montréal | Web et Mascara 3 avril 2017 a 11 h 45 min

    […] Another Brick in The Wall […]

  • Laisser un commentaire