Culture, Spectacles

[Spectacles] Un show pour rêver – Odysseo de Cavalia

À l’entrée du stationnement, des protestataires pancartes en mains décrient l’utilisation d’animaux pour le divertissement. On peut lire des slogans autour du thème de la cruauté animale sur leurs écriteaux brandis bien haut. Savent-ils contre quelle organisation ils s’insurgent?

Quelques jours avant la première médiatique, dans les coulisses, c’est la babine molle, la bizoune à l’air et les yeux mi-clos que les chevaux ultra relax de Cavalia accueillent tous les humains qui s’affairent autour d’eux. Ce n’est rien de moins qu’une armée de grooms, cavaliers, vétérinaires et experts en tous genres qui bourdonnent autour des 70 stars à 4 pattes du spectacle.

Les chevaux réclament les caresses, eux qui sont installés stratégiquement près de leurs best buddies et partagent toujours la même compagnie rassurante des chevaux avec lesquels ils s’entendent le mieux apprécient clairement le contact humain. Quand ils sont repus de gratouilles, ils s’endorment paisiblement un peu plus loin dans leur box, pas inquiets une seconde des bipèdes qui continuent à s’exciter autour.

Pour Odysseo, on dit qu’il a fallu convaincre les fondateurs de l’entreprise de conserver le numéro de trick riding. Un peu demandant pour les chevaux, disaient-ils, alors que leurs cavaliers jurent sur leur vie que les chevaux s’amusent au moins autant qu’eux à galoper de long en large de l’immense scène.

On n’en doute pas une seconde après avoir vu le spectacle où les chevaux s’ébattent joyeusement sur le stage.

Le numéro a tout de même été raccourci depuis la dernière représentation à laquelle j’ai assisté.

Sur chaque stalle, une affichette détaille avec une précision chirurgicale les quantités de grain et de moulée spécialisée à donner à chacun. Un régime personnalisé pour une santé optimale.

Moi qui aime tant l’odeur caractéristique des chevaux, j’ai presque été déçue de renifler une subtile effluve de shampoing dans les crinières tressées ou brossées plusieurs fois par jour des équidés traités aux petits soins.

On me dira que ce n’est pas le shampoing qui fait le bonheur d’un cheval, mais entre les périodes d’exercice quotidiennes, les numéros en liberté presque tous les soirs, les vacances dans une charmante ferme de l’Estrie entre les destinations et les précautions infinies qui sont prises pour le bien-être des animaux, tant en déplacement qu’au quotidien, les vedettes à crins de Cavalia sont sans doute les chevaux les mieux traités du continent.

Bref, c’est la conscience plus que tranquille que je recommande ce spectacle plein de magie, de tendresse et de pure joie communicative, qui garde non seulement les spectateurs au bout de leur siège, mais aussi les yeux plein d’étoiles et un sourire épais aux lèvres.

On aura beau être un grand cynique, impossible de ne pas lâcher un « Oh! » ou de taper des mains à l’entrée des acrobates, et de ne pas se laisser émouvoir par la candeur des chevaux en liberté qui n’ont pas toujours envie d’écouter à la lettre les directives de leur handler

C’est la deuxième fois que j’y assiste, j’y retournerais sérieusement toutes les semaines. C’est un spectacle qui change au gré de l’humeur des chevaux, la musique live s’adaptant à leurs occasionnels écarts et aux difficultés des acrobaties de haute-voltige incluant le facteur cheval.

À deux pas du métro Papineau, pas d’excuse pour ne pas y courir. Les billets sont en vente dès maintenant au cavalia.com.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire