Art de vivre, Sport & Fitness

[Sports] Relevez le défi

Dans ce billet, j’avais pour objectif de parler de défi. Inévitablement, mon esprit a pensé à cette émission des années 1990 avec Gaston Lepage : Relevez le défi. Pour être honnête, ce n’est pas vraiment ce genre de défis que j’ai envie d’aborder avec vous. Par contre, avant d’entrer dans le vif du sujet, je vous gâte avec un extrait de cette émission, dans lequel un monsieur de Laval se frappe la tête avec une poêle à frire. Préparez-vous à vivre des émotions fortes. Chacun ses passe-temps qui disent…

Avez-vous ri à 1:40 quand Gaston Lepage parle d’un truc cérébral? Moi oui. 

Bon, parlons d’un autre genre de défis maintenant. Vous le savez, je suis une fan de course. Ça fait plusieurs fois que je vous en parle. Et bien, je vous en parle encore cette fois-ci, parce que le week-end dernier, j’ai couru le plus grand défi de ma vie : celui de faire Québec-Montréal à relais en 24 heures pour la Fondation du HEC. En résumé, j’étais dans une voiture avec deux de mes amies et nous devions traverser 3 étapes d’une quarantaine de km chacune, pour ensuite passer le relais à l’autre voiture de notre équipe, qui, a son tour, devait parcourir une distance semblable. Ainsi de suite jusqu’à Montréal.

Chaque voiture comptait normalement 6 personnes pour franchir chaque étape. Nous, on était 3. Faites le calcul : on courait 2 fois plus. Même que les organisateurs de l’événement nous avaient étiquetées comme étant la voiture «à risque». 

Défi course équipe

Je ne vous cacherai pas que j’ai vite compris pourquoi on nous considérait ainsi. J’ai couru mon premier 5.3 km sur le très peu charmant boulevard Hamel à Québec, à la grosse chaleur, et je me suis dit : «Comment vais-je faire pour courir les 36 autres?»

Défi course gel

Et finalement, je les ai pris un à la fois et je les ai courus. Et mes coéquipières ont fait la même chose. À 10h le soir entre Grondines et Trois-Rivières à travers les mouches, à 5h30 du matin entre Maskinongé et Lavaltrie. Merci aux gels et aux galettes de protéines. Merci à mes amies, Gabrielle et Claudia, d’avoir gardé le moral et d’avoir prouvé à tous ceux qui doutaient de nous qu’on était capables de relever le défi.

Je suis encore fatiguée de ma course à l’heure où je vous écris, mais je suis vraiment contente et fière d’avoir passé au travers.

 

 

 

Je suis de celles qui croient que chaque personne a la capacité de se dépasser.  Ne laissez pas les autres décider de ce qui est possible ou non pour vous. Si vous avez envie de courir un 5 km dans la bouette, GO. Si vous avez envie de monter le plus d’escaliers possible en le moins de temps possible, GO. Si vous envie d’écrire un livre, GO. Si vous avez envie de décorer votre salon de vos propres tableaux, GO. Si vous avez envie de défoncer une poêle avec votre tête, GO. Et entourez-vous des Gaston Lepage qui vont croire en vous et vous encourager. Les autres, laissez-les vous regarder en tant que spectateurs et montrez-leur que vous pouvez relever le défi.

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

3 Commentaires

  • Répondre Ariane Arsenault 11 juin 2014 a 12 h 19 min

    Marie-Pier! Je lis pour la première fois ton blogue et je te dis « Wow! » Je suis moi aussi en train de me remettre de ce défi, encore aujourd’hui j’ai la tête dans les nuages… Un genre de dépression post-relais 🙂

    Ce fut un plaisir de faire ta connaissance et garde ta belle énergie et ta volonté de te dépasser!

    À bientôt, peut-être!

  • Répondre [Général] L'Avent - Mois de reconnaissance | Web et Mascara 17 février 2017 a 7 h 40 min

    […] –       J’ai couru 30 min à fonds pour le fond (même si ce n’est pas grand chose à côté de Marie-Pier qui nous a fait un Québec-Montréal! Retour sur son expérience ici ) […]

  • Laisser un commentaire