Art de vivre, Bédaine & Mascara, Voyage

[Voyage] Les Îles Canaries, une destination «Zika Free»

Toute femme enceinte (ou souhaitant le devenir), ayant le moindrement entendu parler du virus Zika, mais tout de même désireuse d’aller dans le sud prochaînement, a de fortes chances d’en venir à cette constatation en faisant des recherches pour son voyage : les destinations soleil sont grandement limitées dans la situation.

Je vous invite à juger par vous-mêmes en lisant les recommandations du Gouvernement du Canada à ce sujet et en parcourant la liste des endroits où la transmission du virus a été recensée.

Étant enceinte moi-même et ayant l’opportunité de voyager au chaud pour le début de 2017, j’étais un peu découragée de réaliser que je ne pouvais même pas aller en Floride et qu’il me fallait probablement oublier la formule tout-inclus. Je ne suis pas une grande fan des tout-inclus, mais, on va se le dire, si tu veux passer une semaine dans le sud et ne pas te casser la tête, ça reste une bonne option.

Avec mon mari, on a donc fait des recherches pour trouver un plan B et voici ce qui est ressorti comme solutions :

  • Hawaï
  • Portugal
  • Sud de l’Espagne
  • Les Îles Canaries (îles espagnoles situées dans l’Atlantique à la hauteur du Maroc)

On a ensuite évalué la météo à chaque endroit, le coût des hébergements, les vols disponibles, et nous avons exposé les résultats de nos recherches à la gang avec qui on partait. Le verdict : les  Îles Canaries semblaient le meilleur choix. Oui, c’est long et pas donné pour s’y rendre (13 heures de vol environ et 2 escales en moyenne), mais la température y est relativement stable et chaude en janvier (autour de 21 degrés celsius et majoritairement ensoleillé) et le choix d’hébergement y est intéressant.

La décision de la destination étant prise, il fallait maintenant choisir laquelle des Îles Canaries nous allions visiter, parce qu’il y en a plusieurs. Notre choix s’est arrêté sur Fuerteventura, parce que c’est une des îles les plus sèches en hiver, que ses paysages désertiques nous intriguaient et que, selon nos lectures, ce n’était pas encore trop touristique.

Notre choix ne nous a pas déçus. «Nous» englobant ici : la mère et le père de mon mari, son frère et sa blonde, leur petit garçon de 1 an presque et demi (il ne l’a pas dit, mais je pense qu’il a aimé ça. Sauf l’avion peut-être), mon mari lui-même, et moi.

On a logé au nord de l’île, à Corralejo, dans une maison qui nous offrait cette splendide vue :

 

Le petit village était super sympathique, pas trop touristique. On pouvait se rendre au resto, dans les commerces et au supermarché à pied, ce qu’on a bien apprécié. Fait intéressant : comme nous étions présents le 5 janvier, pour la fête de la Cabalgata (c’est un peu comme leur 25 décembre), nous avons eu la chance d’assister aux festivités entourant la parade des Rois mages. J’étais comme une enfant et j’ai même pris une photo avec une mascotte dont je n’avais aucune idée de l’identité.

Et l’île, d’une longueur d’environ 1o0 km, nous l’avons visitée en minivan, et ça s’est très bien fait. Certaines routes sont parfois raboteuses et pas finies (on l’a découvert lors de notre recherche de plages cachées), mais sommes toutes, on a découvert de magnifiques paysages. Je vous partage ici mes coups de coeur :

Les plages de Cotillo, au nord de l’île :

 

Le parc des Dunes de Corralejo (Gros gros coup de coeur) :

 

 

Les montagnes volcaniques croisées partout sur la route :

 

Cofete (Tout au sud de l’île. La route est extrêmement sinueuse pour se rendre à ce splendide 14 km de plage, mais ça vaut le détour) :

En terminant, même si c’était plutôt venteux certains jours et pas d’une chaleur extrême qui donne une envie folle de se baigner dans l’Atlantique, j’ai beaucoup aimé Fuerteventura : pour ses plages, ses paysages désertiques, sa culture espagnole, ses patates avec la sauce mojo et sa qualité d’être «Zika Free».

Si ça n’avait pas été à cause de ce malheureusement fameux virus, je n’aurais jamais découvert cette destination et je ne serais pas revenue avec ces images désertiques de mon  «baby moon» (une expression que je viens tout juste d’apprendre).

 

 

 

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire