Art de vivre

[Art de vivre] Spécial déménagement – Vivre dans les boites ou déménager 6 fois en 4 ans

(Ps Je dédie ce billet à tous ceux qui m’ont déjà aidée à déménager, mais spécialement à ma belle-soeur Emilianos. *wink wink)

Fut un temps où déménager n’avait aucun secret pour moi.
N’importe où, n’importe quand, avec n’importe qui (Dieu ait leur âme).

Comme je vous l’ai raconté dans mes chroniques précédentes, j’ai eu un boutte moins l’fun dans ma vie où j’ai dû déménager 4 fois en l’espace de 2 ans. (Dieu ait MON âme.) Moi qui n’avait jamais déménagé de toute ma vie.

crédit: l'Autre.

crédit: l’Autre.

En août 2010, je suis partie de chez mes parents à Chambly pour aller avec l’Autre dans un 1 et demi hors de prix en plein centre-ville de Montréal. Pire idée. Premièrement, c’était voué à l’échec avec le gars. Deuxièmement, j’sais pas si vous savez, mais vivre à deux dans un espace aussi restreint, ça rend un peu craycray, Troisièmement, il fait chaud en maudit l’été au 6e étage d’un immeuble sans climatisation. Quatrièmement, j’aime même pas ça, Montréal. Bref, on y est restés le temps de l’année scolaire.

En avril 2011, à ma demande, nous sommes sortis de Montréal et on s’est rapprochés de nos amis : Longueuil, le compromis. En fait, l’histoire complète est qu’en plein hiver, j’avais annoncé à l’Autre que je partais de la ville, avec ou sans lui (ouais c’était pas glorieux notre love). Sans lui, j’aurais pris un 2 et demi à genre Saint-Hubert ou Saint-Bruno. Mais il a insisté pour qu’on parte ensemble, alors on a pris un beau 4 et demi dans le Vieux-Longueuil et on a peint/décoré chaque pièce. C’était mon apparte de rêve! J’y ai habité deux gros mois avant de me faire foutre dehors. lololol.

Fak en juin 2011, j’ai cédé ma part du bail au nouveau coloc de mon ex (mon apparte de rêve est bien vite devenu un lieu de déchéance en passant) et j’ai signé toute seule pour un coquet 3 et demi proche de la Place Longueuil. En y repensant, j’aurais dû soit vendre tous mes meubles et me louer un studio, soit vendre tous mes meubles et partir en coloc avec des amis. Mais c’est pas ça j’ai fait. J’ai gardé tous mes gros meubles, telle un âme en peine se raccrochant au matériel et j’ai fait rentrer tout ça dans un petit logement hors de prix pour une personne seule aux études. Ouain. C’est là que ma santé mentale a pris le bord, malgré le fait que j’avais TOUT LE TEMPS du monde chez moi.

coquet.

coquet.

En mars 2012, j’ai quitté mon semi sous-sol de Longueuil pour aller vivre dans le sous-sol de mes grand-parents à Saint-Bruno-de-Montarville. Et je m’y suis posée un p’tit bout. Ouf. M’a vous dire, les membres de ma famille commençaient à être un peu tannés de bouger mon stock. Quatre déménagements en moins de deux ans, c’est un peu poche. Donc j’ai vécu un moment dans un espace de 12×14 (fak oui j’ai dû finalement/ironiquement me débarrasser de mes meubles lol) avec mon grand-père, ma grand-mère, trois de mes tantes, plusieurs chiens et mon chat. C’était de l’action. Au bout d’un moment, j’ai senti que j’avais besoin de me retrouver.

Donc en mai 2014, j’ai emménagé dans mon 4 et demi actuel dans le fameux quartier Laflèche à Saint-Hubert. Toute seule avec mon chat noir. Et pu grand monde pour m’aider à transporter mes choses. Cette journée-là, j’ai promis aux gens présents que c’était la dernière fois. J’étais persuadée que j’allais être célibataire encore une couple d’années et que cet espace me suffirait amplement pour au moins 4-5 ans. Mais non. Un jour, MonLove est débarqué chez moi avec ses affaires pis son set de chambre en bois massif. J’ai alors badtrippé à l’idée de vivre dans ce bordel une année de plus.

Donc, comme je ne reste jamais plus de 2 ans à la même place (c’est de l’ironie… ironiquement), en juillet 2016, donc dans quelques semaines, MonLove et moi déménagerons dans un spacieux 5 et demi dans un autre quartier (que l’on espère tranquille) de Longueuil. Je ressentais le besoin de renouveau mais surtout le besoin de sentir qu’on vit dans notre appartement et non pas que mon chum vit avec moi dans mon apparte tsé. Et on avait besoin d’espace, d’une cuisine plus respectable (MonLove est un chef cuisiner et chez moi, j’ai deux bouts de comptoir, c’est pas pratique) et d’une petite pièce supplémentaire si jamais un petit miracle décide de se pointer.. 🙂 On compte y rester quand même 2 ou 3 ans, le temps d’économiser afin de s’acheter de quoi ou de déménager dans un autre pays (autre histoire ça). J’espère qu’on va être bien.

Et le plus drôle là-dedans, c’est que je suis une personne qui est rassurée par la routine et la familiarité des choses. …

Kessé j’fais à déménager autant???

Le pire, c’est que je me suis toujours vue partir en coloc avec mes trois anciennes meilleures amies du secondaire, vivre ma jeunesse, avoir une carrière à 23-24 ans et m’acheter une maison vers mes 26 ans. FAIL. hahaha

moi et mon âme pure

moi et mon âme pure

Tout ça pour dire que déménager, c’est stressant, c’est déroutant, c’est épuisant. Mais malgré tout, ça apporte son lot d’expériences. Pis c’est ça la vie.

Mais si possible, j’pense j’va freiner le lot d’expérience un petit moment là. hehe

P. -S. J’ai même pas fait mes boites encore, maudite affaire.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire