Art de vivre, Lecture, Santé & Sexualité, Trucs et astuces

Brigitte Langevin et la genèse du sommeil chez l’enfant

Dernièrement, j’ai assisté à une conférence sur le sommeil du nourrisson, donnée par Brigitte Langevin, à l’Espace Bien-Être de Vaudreuil.  À tous parents qui désirent le bien-être de leur tout-petit, c’est un must.

Je m’en doutais déjà, mais la conférence n’a fait que confirmer que mon petit garçon ne faisait pas assez de siestes.  En maman très chanceuse (et je garde mes doigts croisés et touche du bois), il me fait de belles nuits, mais le jour, très difficile de faire dormir ce petit être curieux qui découvre le monde qu’il l’entoure.

Brigitte Langevin

J’ai donc décidé d’assister à la conférence de Brigitte Langevin qui s’attaque à l’insomnie comportementale, qui n’a rien à voir avec l’insomnie d’un enfant qui est malade.

 

L’importance du sommeil chez l’enfant

Cette conférence m’a éclairé d’abord sur le nombre d’heures de sommeil requis pour le nourrisson, tout dépendant de son âge et de son poids, et aussi sur les façons de faire pour que son enfant s’endorme seul. Certes, un processus qui peut être éprouvant, autant pour la maman, le papa et le bébé, car il se réalise rarement sans pleurs.  Fait important : votre bébé vit le moment présent, il ne rappellera plus qu’il y a quelques minutes il pleurait à fendre l’âme pour faire valoir son point qu’il ne voulait pas dormir.

Brigitte Langevin nous rappelle également l’importance du sommeil et sa structure, qu’on néglige trop souvent, pour faire de multiples activités, en pensant que si bébé a besoin de dormir, il va le faire n’importe où, n’importe quand et le temps qu’il doit le faire.  Or, la réalité est tout autre.  Un enfant a besoin d’être conditionné à faire ses dodos et ses siestes, à des heures stables, dans un environnement tranquille avec une lumière tamisée.  C’est donc aux parents de faire cet apprentissage, un peu comme on lui apprend à manger. D’ailleurs, elle souligne qu’il ne nous viendrait jamais à l’idée de couper un repas par exemple à un enfant parce qu’on croit qu’il n’a pas faim, cela est la même chose pour le sommeil, on ne devrait pas le couper non plus.

À titre d’exemple, un bébé âgé entre 4 et 8 mois a besoin d’un total d’environ 16 heures de sommeil, soit 11,5 heures la nuit et 4,5 heures le jour réparties en 3 siestes, une le matin, une l’après-midi et une avant le souper.

 

Quand bébé peut s’endormir seul?

Suite à plusieurs études et recherches faites, on sait qu’un enfant de 8 semaines sait faire la différence entre le jour et la nuit et qu’il est apte à apprendre à s’endormir seul. Ouf! Dur sur le cœur d’une maman!  La pilule sera peut-être difficile à avaler, car ses petits moments où l’on berce notre petit chéri avant de le mettre au lit devront être mis de côté.  Le bercer, oui, encore possible, mais pour se détendre et non pour s’endormir.  Mais ne vous pressez pas si vous n’êtes pas prêts à apprendre à bébé à s’endormir seul, Brigitte Langevin nous dit qu’on peut apprendre à un enfant avant l’âge de 9 ans… mais on s’entend, on ne veut pas se rendre là!

 

Comment y arriver?

Pour arriver à ce que bébé s’endorme seul, elle suggère deux sortes de stratégie, une pour la maman (qui aime câliner et n’aime pas trop entendre pleurer bébé longtemps) – soit la technique des 15 secondes et une pour la mère (celle qui apprend à bébé et se sent plus d’attaque pour entendre bébé pleurer) – soit la technique du 5-10-15 minutes.  Bref, ces deux techniques offrent à votre enfant la chance d’apprendre à s’endormir seul sans avoir recours à votre intervention qui était de le bercer, le nourrir, lui remettre sa suce, etc.  Parce qu’un enfant qui s’endort par exemple dans vos bras, lorsqu’il aura un micro réveil lors de sa sieste ou sa nuit, voudra retrouver les mêmes conditions dans lesquelles il est tombé endormi afin de pouvoir retrouver le sommeil aisément.

Sommairement, voici ce qu’impliquent les deux techniques.  Toutefois, je vous invite fortement à vous procurer les livres de Brigitte Langevin, tels que Comment aider mon enfant à mieux dormir ou Le sommeil du nourrisson, si vous décidez d’entreprendre l’apprentissage du sommeil à votre enfant, puisqu’il a beaucoup plus de subtilités dans les techniques que ce que je vais décrire ci-dessous.

Tout d’abord, dans toutes techniques d’apprentissage, s’impose une routine.  Donc, il faut respecter à heures fixes les périodes de dodo et de siestes.  Brigitte suggère de débuter l’apprentissage avec le dodo, puisque la pression du sommeil est plus forte et aussi on a plus de temps (toute la nuit!).  Et elle suggère aussi de respecter les règles que vous aurez établies et d’être persévérant pour garantir son succès.

Bref, avant d’aller mettre bébé au lit, on relaxe et on se calme, on ferme les rideaux dans la chambre ou la lumière si c’est le soir, un petit bisou, un bonne nuit et hop, dodo!  Ce qui diffère dans les 2 méthodes est le temps d’intervention et la manière de le faire.

La stratégie du 15 secondes

Lorsqu’on couche bébé et qu’il part à pleurer, on le laisse faire 15 secondes, on le reprend, sans le bercer, sans le flatter ou sans lui tapoter les fesses.  Assise droite sur une chaise, on le prend, lui parle doucement ou on lui chante une chanson pour le réconforter.  Une fois fait, on le remet dans son lit.  S’il reprend de plus belle ses pleurs, on attend 30 secondes, on le reprend, on le calme et on le remet dans son lit. Il repart en pleurs, on attend ensuite 45 secondes, ainsi de suite, jusqu’à un maximum de 5 minutes.  Le but : montrer à bébé qu’il est capable de s’endormir par lui-même et lui faire savoir qu’on est là pour l’aider à le faire.

La stratégie du 5-10-15 minutes

Pour cette stratégie, ce temps d’attente est plus long, soit des intervalles de 5 minutes et il est suggéré pour des bébés plus vieux, par exemple un bébé de 9 mois.  Toutefois, lorsqu’on intervient, on doit laisser bébé dans le lit et lui apprendre à se calmer seul tout en lui parlant avec des mots réconfortants. Même but que la stratégie du 15 secondes.

Bref, comme expliqué plus tôt, ces stratégies sont expliquées sommairement, si vous voulez commencer à apprendre à bébé à dormir par lui-même, vous devrez vous procurer les livres ou bien assister à une conférence de Brigitte.

Une chose toutefois, c’est la responsabilité des parents seuls à gérer le sommeil de leur enfant.  Cet apprentissage doit aussi être fait avec ce qui nous semble le mieux pour notre enfant.  Brigitte Langevin donne de bons conseils, de bonnes pistes, mais il faut aussi laisser une part d’instinct dans le processus.

Beaucoup de témoignages recueillis confirment que les approches proposées fonctionnent.  J’ai moi même commencé et je vois une grande amélioration chez mon fils.  Moi qui pensait que cela allait être pénible, ce fut moins pire que ce que j’appréhendait.

Pour en savoir plus sur Brigitte Langevin, je vous invite à visiter son site Web, vous y trouverez plusieurs chroniques variées sur le sommeil de l’enfant ainsi qu’une boutique en ligne pour vous procurer ses livres.  Également, si vous êtes désemparés et avez besoin de conseils, elle fait également des consultations téléphoniques ou à domicile.

Je vous souhaite à vous et votre enfant, une belle nuit de sommeil!

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

15 Commentaires

  • Répondre mathve 28 février 2013 a 10 h 14 min

    Tu savais que cette fille n’a aucune formation médicale? Qu’elle était secrétaire et qu’elle a suivi une formation ésotérique seulement?

    Elle parle de trucs qui peut nuire à l allaitement en disant qu’à tel poids, le bébé doit faire ses nuits, ce que nombreux bébés atteint dans leur premier mois.

    Un enfant dort ce qu’il a besoin. Si ton enfant fait ses nuits et de petite sieste, c’est qu’il n’a besoin que de ça.

    Désolée, je aime pas ce que véhicule cette femme, surtout qu’elle a aucune étude sur ce sujet. Ce n’est qu une bonne femme d’affaires qui a trouvé un bon créneau, les parents farigués …

    • Répondre Priscillia 28 février 2013 a 13 h 10 min

      Tellement d’accord avec toi !
      Je n’aurais pas pu mieux dire et je trouve que c’est un manque de respect envers l’enfant de le forcé à faire quelque choses contre son gré.
      Moi je n’accepterais pas de me faire ”modeler” à la façon des parents car je suis une personne à part entière. Je suis mois et nous devrions considérer les bébé aussi comme des gens à part entières.
      Qui est-ce qui sait si le bébé à faim ou est fatigué, les parents ou le bébé ?

      Si vous n’avez pas faim et que quelqu’un vous force à manger contre votre gré même si vous dite non, sous prétexte que la personne sais comment fonctionne votre corps et qu’elle sait de quoi votre corps à besoin . Vous ne vous sentiriez pas compris, ni aimer, ni respecter.

      C’est la même choses pour le bébé, mais contrairement à l’adulte , le bébé ne peut pas parler et est donc par le fait même , obliger d’endurer un manque affectif .

      • Répondre Audrey Besner 28 février 2013 a 13 h 14 min

        Exactement, je crois qu’il faut se respecter là-dedant et comprendre nos limites. Comme je disais et je le redis, ces méthodes ne sont pas de la science infuse mais des solutions proposées qui sont à la discrétion du parent.

  • Répondre Audrey 28 février 2013 a 12 h 52 min

    En tant que bon parents, je crois qu’il faut s’informer mais aussi en prendre ou en laisser. Certes, je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’elle propose, mais elle le dit lors de sa conférence, les parents sont les seuls juges du sommeil de leur enfant. Elle est là pour proposer des méthodes. Je crois que certaines choses font beaucoup de sens et d’autres ne me rejoignent pas du tout. Sa méthode, je ne l’ais pas fait exactement à la lettre, mais elle m’a permis d’avoir des trucs pour que mon enfant fasse de bonne siestes, à des heures fixes et qu’il dorme suffisamment. Son humeur et sa santé se portent beaucoup mieux. Et bien sûr, j’ai suivi mon instinct de parents dans ce processus. Il faut donc voir ses méthodes comme des suggestions et non comme de la science infuse. Bref, chaque parent est libre de ses propres opinions mais aussi de ses propres méthodes car ils sont les meilleurs juges de ce qui est bon pour leur enfant.

  • Répondre Caroline 28 février 2013 a 12 h 56 min

    Moi, dès que ca parle de “fendre le coeur de maman”, je laisse tomber. C’est pas normal qu’un bébé hurle et que sa maman ne fasse rien : elle est la seule personne en qui il a confiance. J’aime mieux me lever la nuit (ce qui est normal pour un parent, non?) que de risquer ma relation avec mon bébé pour des techniques limites cruelles.

    • Répondre Audrey Besner 28 février 2013 a 13 h 04 min

      En effet Caroline, si cette méthode ne te convient pas, je crois que tu dois suivre ton coeur. J’étais réticence à l’essayer, mais avec la méthode du 15 secondes, mon bébé n’a pas pleuré beaucoup et honnêtement, il n’a pleuré qu’une seule journée.

      Également, beaucoup de gens dans mon entourage me disait de le laisser pleurer bien avant que j’assiste à la conférence. Je ne voulais pas trop car je ne savais pas comment m’y prendre.

      Avec un bébé de 2 mois, commencer l’apprentissage, je crois que c’est tôt, mais mon garçon a bientôt 7 mois. Et finalement, chaque bébé est unique donc il se peut que ça ne fonctionne pas également. Libre à nous de choisir.

  • Répondre Melanie 10 janvier 2014 a 0 h 35 min

    NON! Le parent n’est pas le seul juge du sommeil de son enfant! Y’a des etudes faites pour ça! Expret pour pas qu’on laisse nos bebes pleurer comme des fous pour qu’ils s’endorment seul parce que nous on veut qu’ils le fassent! Brigitte Langevin devrait être accusé d’incitation à la negligence envers les enfants! Ça pas de maudits bon sens de dire à un parent de pas bercer son ptits bebe pour l’endormir!!! Pis y’en a pas de recette miracle pour l’endormir son bebe! Elle ce qui compte c’est vendre des livres! Elle est aucunement formé pour dire à un parent quoi faire! Le bebe ce qu’il va faire c’est bien dormir par la suite car il abandonne l’idée de communiquer avec toi parce que tu ne repondait plus à ses pleurs et que tu n’es pas digne de confiance! La personne qu’il sera plutard se forge principalement ces premiers mois de vie! En tout cas bra-vo!!! Ne pas se questionner plus que ça et se feliciter de la methode à cause des resultats obtenu dans le present denote une très grande intelligence de ta part… wow!!!

  • Répondre Tania 3 mars 2014 a 15 h 30 min

    Je suis d’accord sur un point. Oui, un bébé doit dormir assez pour bien se développer et oui, il est possible que l’on doive instaurer une routine de dodo autant de jour que de soir pour que bébé dorme les heures qu’il a besoin. Le bébé, même très jeune est très capable de s’empêcher de dormir, car la vie est intéressante et finir tellement fatigué qu’il n’est plus capable de dormir.

    Par contre, jamais je ne croirais qu’il faut laisser pleurer un bébé de 8 semaines parce qu’on veut qu’il dorme. L’apprentissage du sommeil se fait en fonction du développement neurologique de l’enfant et il est inconcevable de croire qu’à 8 semaines, un bébé n’a plus besoin de manger la nuit, et qu’il doit dormir 12h en ligne sans se réveiller.

    Un bébé en bas de 6 mois pleure pour une raison. Et le besoin d’affection est une raison. Il peut avoir besoin d’être réconforter, bercer, de sentir la proximité de ses parents et je m’excuse, mais un bébé n’a pas de montre et se fiche comme de sa dernière couche qu’il soit 3h du matin. Si besoin il y a, il le fait savoir en pleurant, car c’est son seul moyen de communication. Et si son besoin n’est pas satisfait, malheureusement, il peut avoir atteinte à son bien-être et atteinte en sa confiance dans la vie.

    La première étape du développement selon Erikson est justement l’étape de la Confiance/Méfiance qui s’établit en début de vie et qui est directement relié avec la réponse que les parents apportent aux besoins de leur enfant. Un bébé qui finit par arrêter de pleurer alors que personne n’a répondu à son besoin est un bébé résigné, qui constate que malgré ses tentatives de communication, personne ne répond à ses appels.

    J’ai beaucoup de difficultés à concevoir que certains parents prennent tout ce que cette “supposé” experte dit, étant donné que c’est écrit textuellement dans son livre “Le sommeil du nourrisson” de ne pas changer inutilement son enfant (dans mon livre à moi, changer inutilement son enfant, c’est quand sa couche est propre franchement!!):

    “Ne pas le changer inutilement de couche lors d’une période de sommeil (sieste ou nuit, donc couvrez-lui les fesses d’une bonne couche de pâte protectrice) […]” Page 94 du livre…

    Alors pour moi, c’est non merci. Je vais continuer à endormir ma fille de trois mois avec AMOUR et jamais je ne vais laisser un si jeune bébé souffrir pour que MOI je puisse dormir. Quand tu es parent, tu es aussi parent la nuit.

    • Répondre Audrey Besner 4 mars 2014 a 13 h 23 min

      Merci Tania de ton commentaire, je suis pas mal d’accord avec ce que tu dis. En effet, en bas de 6 mois, moi aussi je trouve cela très tôt. Comme je le mentionnais dans mes commentaires précédents, ce livre est un guide avec des choses à prendre et à laisser, car les parents sont les meilleurs juges de ce qui est bon pour leur enfant. Je crois qu’un parent qui s’informe fait de lui un bon parent, et je vois ce livre comme une source d’information.

      • Répondre Annie 22 juin 2014 a 9 h 13 min

        J’ai fait la stratégie des 15 secondes avec ma fille, qui a 3 ans maintenant et j’ai tellement aimé que je la refait avec mon fils de 2 mois. Je ne suis pas d’accord avec les mamans qui disent que je laisse pleurer mon enfant. Laisser pleurer sous-entend que l’on ne répond pas à ses besoins, mais quand le besoin de mon enfant est de dormir et que je le laisse s’exprimer dans son lit pendant 15 secondes à la fois, il n’y a aucun traumatisme selon mon expérience de maman. Au contraire mes enfants sont plus souriants au réveil et plus apte à continuer leur journée dans la bonne humeur. Il faut l’essayer pour pouvoir comprendre.
        Ça prend seulement deux nuits pour l’apprentissage du dodo de la nuit et c’est le bébé qui décide s’il a faim ou non, pas le parent. Une fois qu’il sait comment s’endormir seul, s’il se réveille encore s’est qu’il a besoin d’une tétée! Parce que c’est facile de penser qu’un réveil la nuit égale faim, souvent les bébés boivent pour se rendormir et il y a des enfants qui demande une tétée ou un biberon à 1 1/2 ans ou même 3 ans. Vous aimeriez que je vienne vous réveiller au milieu de la nuit pour manger! Il faut les laisser dormir ces pauvres bébés!
        Dans la journée je couche mon bébé lorsqu’il démontre des signes de fatigue, ce qui ce produit invariablement après 1H30-2:00 d’éveil si on est attentif, je ne le force pas à dormir, mais je lui permet de ce glisser dans le sommeil quand il en démontre le besoin. Et c’est beaucoup plus facile ensuite de pouvoir décoder ses autres pleurs de la journée. Quand un bébé est fatigué, tous ses pleurs se ressemblent mais un bébé reposé nous exprime clairement ses besoins dans sa petite langue à lui!
        Cela dit, chaque parent est juge de ce qu’il veut enseigner à son enfant , mais ne pas juger et respecter le choix des autres s’il-vous-plaît!

        • Répondre Audrey Besner 20 septembre 2014 a 15 h 56 min

          Merci pour ton commentaire Annie!

  • Répondre Dani 20 septembre 2014 a 14 h 24 min

    Je partage le commentaire d’Annie.
    Ça prend du courage de prendre soin du sommeil de notre enfant!
    Au lieu de juger la façon choisi, démontré donc un peu d’ouverture…
    et de respect. Chaque mère y va avec son coeur, son instinct et doit se faire confiance lorsqu’il s’agit de prendre soin de son enfant. Moi j’ai choisi d’appliquer la stratégie des 15 sec. avec ma fille lorsqu’elle avait 4 mois et mon expérience fût très bénéfique. Depuis ce temps, ma fille dort bien la nuit et le jour, elle est en super forme et l’intégration à la garderie vers ses 10 mois c’est super bien passé, car elle est capable de s’endormir de façon autonome. À 12 mois maintenant, je l’allaite toujours le jour et sa croissance se passe très bien. Elle ne démontre aucun signe comme quoi je l’aurais négligé par le passer en la laissant s’exprimer ( pleurer) pour qu’elle soit capable de s’endormir seule. Moi, j’ai trouvé que Mme Langevin avec juste plein de ”gros bon sens” et ça, on n’en a pas nécessairement par ce qu’on a des diplômes…la preuve…avec nos beaux dirigeants du moment!!!

    • Répondre Audrey Besner 20 septembre 2014 a 15 h 59 min

      Merci de ton commentaire remplit de “bon sens”! 🙂

  • Répondre Céline Escalle 1 octobre 2015 a 8 h 11 min

    Bonjour,

    J’ai lu avec attention cet article et il me prouve encore plus à quel point cette personne n’a aucune expertise dans ce domaine…un bébé oublie qu’il a pleuré à s’ en fendre l’âme quelques minutes plus tôt? ?
    C’est totalement faux et cela a été prouvé. Le taux de cortisol (hormone du stess) demeure très élevé de longues périodes après qu’un bébé ait cessé de pleurer. L’enfant même à 9 mois est incapable de manipuler ses parents, il exprime le besoin d’être rassuré et sécurisé!

    Je vous suggère davantage de lire l’excellent ouvrage “la science au service des parents” de Margot Sunderland, qui lui s’ appuie sur les plus récentes recherches sur le développement du cerveau des bébés et qui est en totale opposition avec les “méthodes” de cette pseudo spécialistes qui profite de l’épuisement des parents pour gagner sa vie.

    Céline

    • Répondre Web & Mascara 1 octobre 2015 a 10 h 39 min

      Bonjour Mme Escalle!

      Tout d’abord, merci de votre commentaire. En effet, beaucoup de théories et d’études circulent sur le sommeil de bébé, et je crois qu’il est dans l’intérêt des parents de s’informer sur le sujet, ce que d’ailleurs j’ai fait moi-même en lisant plusieurs livres aussi différents les uns que les autres. D’ailleurs, la méthode de sommeil de Mme Langevin est suggéré par plusieurs autres spécialistes (qui inclus médecin en pédiatrie et infirmière). Bref, il est à la discrétion des parents de choisir la méthode qui leur convient puisqu’ils sont les meilleurs pour choisir ce qui convient à leur enfant.

      Pour mon 2e garçon, qui a maintenant 15 mois et qui ne fait toujours pas ses nuits, j’ai opté pour une tout autre façon de faire puisque je sentais que ce n’est pas ce qui convenait. À chacun sa méthode je crois. 🙂

      Merci à vous!

      Audrey

    Laisser un commentaire