Cinéma, Lecture

[Cinéma] The Perks of Being a Wallflower : la voix d’une génération

Il y a de cela bientôt dix ans, quelqu’un m’a mis un livre entre les mains. « Lis ça! », m’avait-t-il dit. « C’est toi. Tout à fait toi. Tu vas adorer. », m’avait-t-il promis. Et cette promesse, elle avait été tenue.

Ce livre, c’était The Perks of Being a Wallflower (v.f. Le monde de Charlie), classique contemporain de la littérature jeunesse américaine, œuvre de Stephen Chbosky. J’en ai encore des frissons. À chaque lecture. À chaque page qui tourne et qui révèle un peu plus des lettres de Charlie, adolescent introverti, fraîchement entré à l’école secondaire, qui vit à travers l’observation de ce qui l’entoure. Une histoire banale me direz-vous? Pas tout-à-fait. C’est que Charlie, aussi effacé puisse-t-il être, rencontre en début d’année scolaire Patrick et Sam, demi-frère et demi-sœur finissants, qui lui feront découvrir ce qu’ils considèrent comme étant la vie. Tout y passe. L’amitié. L’amour. Le sexe. L’homosexualité. L’intimidation. Le deuil. La littérature du XXe siècle. Le Rocky Horror Picture Show. Les Smiths. Tout. Sous la forme d’une correspondance adressée à un ami qu’il n’identifie pas, Charlie se raconte et dépeint ce dont il est témoin.

Source: http://perks-of-being-a-wallflower.com/

Si je vous en parle aujourd’hui, ce n’est pas par simple nostalgie. Ce livre, comme des milliers d’adolescents passés et présents, je le possèderai toujours. Non. Je vous en parle parce que dans quelques jours, le 12 février prochain (en vente digitale le 29 janvier), pour être plus précis, la version cinématographique de ce livre qui trône fièrement dans mon top 5 littéraire de tous les temps sera enfin en vente dans les bacs de vos marchands de films préférés.

Vous n’êtes pas convaincus? Du moins pas assez pour y jeter un coup d’œil? Notez ceci. Logan Lerman, beau comme un cœur, joue un Charlie brillant. Emma Watson, que l’on connaissait jusqu’ici comme Hermione Granger, s’approprie le personnage de Sam comme pas deux, malgré sa nationalité britannique et sa faible expérience en matière d’adolescence américaine. Et Ezra Miller, l’énigmatique et étrange interprète de Kevin dans We Need to Talk About Kevin, excentrique à souhaits, s’approprie Patrick à vous faire pleurer. Gagnant du dernier People’s Choice Award pour le meilleur film dramatique, The Perks of Being a Wallflower se veut être un incontournable, peu importe votre âge. Les performances y sont exquises. Le ton, parfait. La réalisation, à point. De son écoute, on en ressort changés et, véritablement, infini!

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire