Culture, Entrevues

[Entrevues] Lucie Pagé nous jase de Sexe, pot et politique

Crédit photo : Sophie Leduc

Crédit photo : Sophie Leduc

Journaliste et écrivaine canadienne, Lucie Pagé vient de sortir son 7e livre et 3e roman : Sexe, pot et politique. Avec un titre si accrocheur et une couverture si sympatique, on se demande les surprises que nous cache cette satire. Mariée à Jay Naidoo, ministre au cabinet de Mandela, Lucie voyage entre le Canada et l’Afrique du Sud depuis plus de 20 ans et en a vu pas mal de toutes les couleurs.

Ma sœur la connaissait pour son livre Mon Afrique, un livre autobiographique dans lequel elle livre un bout de sa vie lorsque son destin la met sur le chemin de son mari en Afrique du Sud et assiste à la libération de Nelson Mandela. J’ai eu la chance de la rencontrer et de l’entendre nous parler de son petit dernier avec fougue et passion au lancement de son livre qui a eu lieu hier soir au Robin des Bois.

«Mon mari était ministre dans le cabinet de Mandela donc j’étais souvent appelée à aller manger avec des rois, des présidents, des reines, et puis c’est tellement un cirque que j’ai découvert.  Les gens pensent qu’ils sont en position de pouvoir et se donnent la permission de dire des inepties.»

Sous forme de roman, on en apprendra donc des belles si je comprends bien. Est-ce que ce livre est finalement si différent des autres?

«C’est la même lutte que tous mes autres livres, mais amenée d’une façon humoristique. C’est tellement triste la politique.»

Le titre est tout de même intriguant : Sexe, pot et politique. Et bien, le pot est plus important que je n’aurais pu le penser dans la vie de Lucie.

«Moi, le cannabis me tient en vie. Sans cannabis, c’est l’asile ou la morgue. J’ai des centaines, des milliers, des dizaines de milliers de personnes qui viennent en Afrique du Sud faire soigner leur cancer par le pot. De l’huile de cannabis . C’est 50 % de taux de guérison, la chimiothérapie c’est 2%. Ça coût 2400 $ un petit pot comme ça. La chimiothérapie habituelle c’est 65 000 $. Donc, c’est 25 fois plus efficace et 33 fois moins cher. Elle est là la réponse. C’est pas parce que c’est dangereux le pot. C’est parce que c’est trop efficace. 83 % des gens qui se soignent au cannabis délaissent tout médicament pharmaceutique. Elle est là la réponse.» Une révélation troublante. Est-ce que le livre est avant tout sur les bienfaits du pot? Même si le pot aura une place dans ce livre, gardons en tête que ce n’est pas sur le pot, mais bien sur le cirque de la politique.

Bien que ses années d’expériences à entendre différents discours et à assister à ce cirque l’ont beaucoup inspirée, un autre élément déclencheur qui a rendu ce livre possible est un sujet trop souvent tabou : sa ménopause mortelle. «Si je suis en vie c’est grâce à l’huile de cannabis. Et la politique nous empêche ça?» En effet, ni antidépresseur, ni somnifère, ni anxiolytique ou aucun autre médicament n’a pu soulager Lucie, contrairement à l’huile de cannabis dosée, qui est pourtant considérée comme une drogue.

Un message puissant qui appelle notre peuple à se réveiller et à nous poser les bonnes questions. Lucie a terminé son discours d’hier soir et notre entrevue ainsi: «C’est à nous en tant que société, qu’humanité de décider est-ce qu’on veut des économies en santé ou est-ce qu’on veut des êtres humains en santé ?» Pour revoir son discours entier, c’est par ici!

Crédit photo : Sophie Leduc

Crédit photo : Sophie Leduc

Merci Lucie d’avoir partagé ce moment précieux avec nous et d’en avoir révélé autant sur Sexe, pot et politique, que j’ai très hâte de dévorer. Critique prochainement sur le blogue.

En librairie dès aujourd’hui!

Sexe, pot et politique

Lucie Pagé

Libre Expression 

24, 95 $ 

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre [Concours] Un exemplaire du livre Sexe, p | Web et Mascara 26 octobre 2016 a 11 h 47 min

    […] mon entrevue avec Lucie Pagé, (à lire ici) je n’avais qu’une hâte, me plonger dans sa dernière œuvre : Sexe, pot et politique. Alors […]

  • Laisser un commentaire