Culture, Expositions

[Expo] Focus : perfection – Robert Mapplethorpe au MBAM

Je me suis rendue au lancement de l’exposition Focus : perfection – Robert Mapplethorpe au MBAM la semaine dernière. Accompagnée de MANNY, un ami photographe (allez voir ce qu’il fait, si vous ne le connaissez pas déjà!), dont l’esprit critique me promettait une solide discussion après cette expo de photographies hors du commun.

expo_mapplethorpeHors du commun, c’est le moins qu’on puisse dire; surtout pour un événement du Musée des beaux arts. En effet, de sublimes photos de fleurs côtoient des clichés particulièrement osés (et c’est un euphémisme), qui malgré leur caractère sacrément explicite, ne semblent jamais tomber dans le vulgaire pornographique sous l’objectif avisé de Mapplethorpe.

Je vous situe : nous sommes dans le New York des années 80, et le jeune Mapplethorpe fait partie de ces artistes américains émergents qui font tout avec rien. Lui et sa meilleure amie Patti Smith évoluent côte-à-côte sur une scène artistique en plein essor, détruisant les tabous et repoussant les limites de la bienséance chrétienne de ces années-là.

Mapplethorpe se spécialise dans les portraits de nus en noir et blanc, généralement de modèles masculins, souvent afro-américains. Toutes ses photos, même les clichés de fleurs les plus anodins, dégagent une sensualité et un érotisme troublant, émergeant de la composition des pièces et du style de l’artiste.

zone-critique.com

zone-critique.com

Après en avoir jasé, MANNY et moi, on en a convenu que ce qui différenciait ses photos des autres (même les portraits de stars, moins controversés que ses oeuvres subséquentes), était en fait sa présence dans les photos, même s’il ne s’y touve pas.

On le sent derrière l’objectif, la relation entre le modèle et le photographe est évidente, ce qui donne une dimension beaucoup plus profonde et riche à ses portraits.

Bien sûr, on ne peut passer à côté du portfolio X, une collection de clichés autour des pratiques BDSM très explicite, qui ne manquera pas d’en choquer quelques uns (ce qui rend la visite encore plus divertissante, à mon avis).

corridor_fleuriMention spéciale au concepteur de l’expo, qui a eu l’excellente idée de faire passer un corridor de panneaux teintés orné des oeuvres de natures mortes florales à travers la section X (pour épargner les vierges regards) – les photos de fleurs sont accrochées exactement au dos de portraits très hardcores, ce qui fait que même en passant dans le chaste corridor fleuri, on bénéficie des expressions faciales pour le moins révélatrices des visiteurs de l’autre côté…

 

À l’entrée, un petit photobooth qui permettait d’essayer de reproduire soi-même le style de Mapplethorpe avec les fleurs… Voici nos essais, et nos inspirations! Vous en pensez quoi? On est mûrs pour le MBAM, nous aussi?

Je m'improvise Mapplethorpe

Je m’improvise Mapplethorpe

Mon inspiration (photo : www.mapplethorpe.org)

Mon inspiration (photo : www.mapplethorpe.org)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MANNY_mapplethorpe

MANNY s’improvise Mapplathorpe

Son inspiration (photo : tinaperlmutter.com)

Son inspiration (style) (photo : tinaperlmutter.com)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous laisse sur quelques citations qui m’ont fait sourire :

« As Cocteau said of a Genet poem : « his obscenity is never obscene. » Robert would never compromise. » – Patti Smith

« I don’t think there’s that much difference between a photograph of a fist up someone’s ass and a photograph of carnations in a bowl » – Robert Mapplethorpe

« People get blocked about what pleasure is. It can be incredibly sensual to, say, piss in someone’s mouth. It can be incredibly sensual to receive it. It’s all about reaching a certain mental place that’s very sophisticated. It’s almost impossible to talk about in clear terms. I don’t think anyone understands sexuality. What is it about? It’s about an unknown, which is why it’s so exciting. » – Robert Mapplethorpe

Une expo vraiment particulière à ne surtout pas laisser passer! Jusqu’au 22 janvier au MBAM.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire