Art de vivre, Histoire de filles

[Histoire de filles] Je suis (enfin!) montée à bord d’Azur!

Source: ledevoir.com

Source: ledevoir.com

Une légende urbaine.

Un peu comme l’histoire du mentos mélangé avec le coke qui devrait assurément nous faire exploser.

Le genre de chose dont tout le monde parle. On a tous déjà connu quelqu’un qui connaissait quelqu’un à qui c’est arrivé (le genre de “quelqu’un” qui est finalement l’ami du cousin du frère du voisin de sa belle-sœur), mais personne ne l’a vu de ses yeux.

C’est ce que représentait pour moi le nouveau wagon du métro de Montréal, Azur. Comme la plupart d’entre vous, j’ai vu les photos, les vidéos, j’ai lu les articles qui en parlait et j’avais hâte de monter à bord. J’avais un peu perdu espoir que ça arrive pour vrai parce que les changements de cette ampleur, c’est rarement vite fait. Les dernières nouvelles que j’avais eu sur Azur, c’est qu’il était en fonction  sur la ligne orange, durant les heures hors-pointe, alors les astres n’étaient pas alignés pour moi.

Mais le jour que j’attendais tant est finalement arrivé.

J’étais au métro Champ-de-Mars et je me plaignais de ma journée à une amie. Puis, j’ai senti le vent me caresser le visage. Tu sais, LE vent STM. Celui qui est ni chaud ni froid et qui sent toujours un peu weird. On le ressent quand on est aux tourniquets et il est souvent accompagné d’un autre vent : le vent de panique. Il t’annonce le début imminent de ta course quotidienne.

Source: funny-pics-fun.com

Source: funny-pics-fun.com

Ça veut dire que tu disposes d’à peine 30 secondes pour:

  • Trouver ta carte Opus dans le fond de ton ÉNORME sacoche entre les vieux kleenex, les tampons, les clés, les gloss, les vieilles factures, ton cell et tout ce à quoi tu penses qui pourrait se retrouver dans le fond de ta sacoche;
  • Passer les tourniquets;
  • Te faufiler entre les gens relax, les mamies et papis qui s’entraînent pour remporter la palme de la marche la plus lente possible;
  • Ceux qui sont trop occupés à regarder leur cell pour porter attention à leur environnement;
  • Descendre les escaliers en courant, tout en essayant de ne pas te casser une cheville… Ni un talon;
  • Te faufiler entre les 8 millions de personnes qui sortent du wagon;
  • Te squeezer dans le métro plein à craquer parce que, comme tous ceux qui sont déjà dans le train, tu n’as pas envie d’attendre le prochain. Mais je te comprends parce que c’est vrai que c’est long, 4 minutes.

Donc, LE vent. Dans ma tête, je me dis que je vais attendre le prochain. Pas envie de faire la course! Puis, je jette un coup d’œil à la rame et je le vois. Ce n’est pas le train bleu habituel. C’est un bleu plus foncé, avec du gris métallique. C’est AZUUUUR!
Telle une fillette, je donne un câlin à mon amie et je cours comme je n’avais jamais couru auparavant.

Personnellement, ça fait 27 ans que je prends le métro et que je vois les mêmes bancs, les pancartes du plan de métro qui ont été vandalisées, les vieilles gommes dégoûtantes sur et sous les bancs, les journaux par terre. Vingt-sept ans que je vis les pannes et les ralentissements de service.

C’est intrigant, la nouveauté! Je passe les portes. Je ne pense pas exagérer en disant qu’elles sont deux fois plus grandes que celles des vieux trains. Je regarde partout, les yeux grands ouverts et je ne veux rien manquer. J’essaie de prendre des photos mentales parce que j’ignore quand j’aurai l’occasion de revivre ce moment… Aussi parce que c’est tellement bondé que je ne peux pas prendre de vraies photos.

Azur est beau et spacieux. Autour des portes, des lumières qui passent du blanc au vert. Les nombreuses lumières au plafond rendent l’environnement tellement lumineux qu’on oublie, quelques instants, qu’on est à bord d’un train souterrain. À l’image des autobus articulés (qu’on peut voir, entre autre, sur Pie-IX), tous les wagons sont reliés. Tu pourras donc marcher d’un bout à l’autre du train si ça te tente.

Source: mtlblog.com

Source: mtlblog.com

Je n’ai pas pu tester les bancs, mais j’ai pu remarquer qu’il y avait évidemment des places réservées. Les poteaux pour se tenir sont quand même nombreux et leur forme courbée me laisse croire qu’ils seront plus accessibles que ceux qui sont droits. Devant les portes, le poteau triple a gardé sa place. Il semblait, à l’œil, avoir moins de places assises que dans nos antiquités bleues, mais ça reste à confirmer.

La voix du métro est restée la même, sauf qu’Azur est tellement silencieux comparé à ce qu’on est habitués qu’on est maintenant en mesure d’entendre ce qui est annoncé!
Parlant de la voix, savais-tu que c’est celle de la comédienne Michèle Deslauriers qu’on entend dans le métro?

http://journalmetro.com/actualites/montreal/869023/curiocite-qui-est-derriere-la-voix-du-metro-de-montreal/ )

Évidemment beaucoup plus moderne que son prédécesseur, Azur affiche maintenant le nom de la station où on se trouve et, en mouvement, le nom de la prochaine station. De loin, j’ai aussi pu remarquer que les plans de métro y sont toujours, mais en format plus petit. Au-dessus, des petits écrans sont installés, mais je ne suis malheureusement pas en mesure de vous dire ce qui y était affiché puisque des dizaines de personnes étaient tassées comme des sardines entre moi et l’écran le plus proche.

Tranche de vie : mes yeux sont fragiles. Dès qu’il y a du soleil, dès qu’il faut trop chaud, trop froid, ils coulent. Pas seulement une petite larme. Non, les chutes Niagara. Il vente pas mal dans Azur, du moins où je me trouvais. Message aux passagers qui m’ont vu pleurer aujourd’hui : non, je ne suis pas en deuil, je ne vis pas de traumatisme grave, je ne suis pas en peine d’amour, j’ai juste des yeux fragiles!

Alors mis à part le vent (ben oui, encore le maudit vent!), je suis hyper satisfaite de mon trajet avec Azur. Aucun arrêt brusque, aucun retard, aucun problème de porte bloquée. Du coup, j’étais moins fâchée de payer plus de 80 $ par mois.

Je me suis même surprise à me demander si ça me tentait de rester à bord quelques stations de plus afin de fouiner partout mais je me suis raisonnée… Après tout, je devrai rebrousser chemin un moment donné et attendre le prochain passage mais… C’est long 4 minutes! 😉

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire