Art de vivre, Général, Histoire de filles

[Histoire de filles] W & M présente son équipe: Blanche-Neige et les 7 facettes

Je m’appelle Blanche-Neige. Enfin… Selon mon fils en tout cas! Quand il avait 1 an et demi, il y avait une image de Blanche-Neige dans le casier à côté du sien. Quand on lui demandait qui était cette princesse, il disait : maman. Ça me faisait un petit velours chaque fois, mais je comprenais bien pourquoi il m’associait à elle… cheveux noirs, bouche rouge, teint pâle. Ça me ressemble… un peu! Et d’un autre côté, toute l’imagerie avec la pomme empoisonnée, croquer dans la pomme, saisir le jour… c’est tout moi ça. Afin de me présenter, j’ai choisi de me dévoiler en vous présentant 7 facettes de ma personnalité, 7 côtés de moi qui forgent mon identité et ma personne. Ça me fait tout drôle de parler de moi… mais c’est un beau travail d’introspection. Vous devriez essayer ça!

1. La maman

À l’âge de 25 ans, je cessais de prendre mon contraceptif oral afin de tomber enceinte. J’étais complètement gaga! J’aspirais à avoir 2 ou 3 enfants.  Mais la vie avait décidé de me faire vivre un p’tit calvaire avant d’y arriver. J’avais mes règles une fois par année… Faites le calcul… Je devais être vraiment chanceuse pour que ça m’arrive naturellement. Problème de génétique. J’en connais un qui ne s’en plaignait pas, mais bon, encore faut-il que l’œuf soit dans le nid, si vous voyez ce que j’veux dire.

Mon pirate d'amour

Mon pirate d’amour

Alors comme beaucoup de monde, j’ai entrepris un traitement de fertilité. Ce n’est que 6 ans plus tard que j’suis finalement tombée enceinte, grâce au Femara, médicament donné aux femmes ayant le cancer du sein. J’me souviens pu du pourquoi, comment, mais bon!!!  Tout ce que j’voulais, c’était ovuler et ça fonctionné. Mon trésor, mon miracle s’est finalement pointé le bout du nez le 19 avril 2011. Après 16 heures, 4 poussées comme une championne, 1 point de suture pis un papa en train de s’évanouir, j’ai tenu dans mes bras le plus grand amour de ma vie. J’ai pleuré longtemps en le berçant. Remerciant le ciel de m’avoir permise d’être mère à mon tour. Après avoir vu 5 de mes collègues partir en congé de maternité à tour de rôle, il était vraiment temps que ce soit le mien!!

Aujourd’hui je suis monoparentale et  j’habite seule avec lui. Ce p’tit bout de vie qui me rend fière tous les jours et qui, je ne sais foutrement pas pourquoi, me sort des expressions à la française. «Tu es mignonne maman!», «Et si on allait manger une glace?».  Accro des Pat’Patrouille, de Sullivan et de Mike Wazowski, mon pirate d’amour cueille des «margarines» (lire marguerites) jaunes pour offrir à sa maman. Son papa est très présent dans sa vie et nous avons une relation très saine lui et moi, ayant toujours eu comme priorité le bonheur de notre fils. Aujourd’hui, on compte les dodos avant le 22 juin. On s’en va à Walt Disney… rencontrer la vraie Blanche-Neige!

 

2. L’amoureuse

À Sacacomie avec mon homme

À Sacacomie avec mon homme

J’ai souvent été en amour. J’ai souvent cru que j’avais trouvé le bon. J’ai aussi tombé sur de drôles de numéros et j’ai vécu mon lot de relations désastreuses. Aujourd’hui, je peux affirmer que je sais ce qu’est l’amour. On m’a dit une fois qu’on ne devait jamais regretter nos peines d’amour. Car si tu pleures, que tu as de la peine et que tu te sens détruit parce que tu as perdu quelqu’un, c’est que tu as vécu l’amour. Il faut donc  être reconnaissant et heureux de cette peine car très peu de gens ont la chance de l’avoir vécu….

Il s’appelle Éric. Il apporte à ma vie tant de bonheur que chaque minute avec lui est un instant que je chéris et que je vis avec intensité et gratitude. Nous sommes nés le même jour. Est-ce un signe du destin? Quoi qu’il en soit, les 2 gémeaux que nous sommes se ressemblent énormément. Passionné, drôle et amoureux de la vie, j’ai pogné le jackpot!!  Je vous ai dit qu’il était beau à croquer et qu’il adore cuisiner?

3. La jumelle

Ben oui, j’ai une sœur jumelle. Non-identique, elle s’appelle Véronique. Elle aime les champignons, je me lève la nuit pour les détester. Elle est très sportive, moi je suis plutôt patate. Elle est plus grande que moi, je suis plus grosse qu’elle. On a deux styles complètement différents. Moi qui est plutôt bas rayés et talons hauts, elle est plutôt jogging et souliers de course. Bon… ok… parfois elle est coquette! Mais disons qu’on est l’eau et le feu, sucré et salé, jello ou crème brûlée.  C’est moi le jello! Depuis plus de 15 ans, elle habite en Australie où elle est policière en Tasmanie (c’est la petite île au sud, à 3 h d’avion de l’Antarctique).

Non! Nous ne sommes pas vraiment connectées par la pensée, plutôt par Skype et Facebook. Ma mère est heureuse que nos chicanes soient terminées. Maudit qu’on était fan des doigts d’honneur quand on était jeunes. Mais 2 minutes après, on pleurait dans les bras de l’autre pour s’excuser… «Tu m’as fait un F*** you»! Enfin, presque tout l’temps!  Elle était plus sportive, plus grande et plus tom boy, donc c’est moi qui mangeait des claques. Aujourd’hui, ma jumelle est mère de 2 enfants, mariée à un policier, elle arrête les méchants et elle fabrique des suçons. Je sais, c’est un drôle de contraste! Elle a commencé à en faire pendant son congé de maternité et de fil en aiguille, ça fait maintenant 5 ans qu’elle fait des sucres d’orge et des suçons en biscuit, trempés dans le chocolat. Complètement débiles! Allez voir sa page Facebook! Juste pour le plaisir des yeux.  Nous sommes les bébés d’une famille de 4 enfants.  J’ai donc 2 sœurs plus âgées que moi et toutes les deux travaillent ensemble dans le domaine de la pharmacologie. (J’utilise ce mot pour paraître plus cultivée à côté de ces 2 cerveaux qui connaissent un million de noms de médicaments qu’on n’arrive pas à prononcer).  Bref, mes parents sont mariés depuis bientôt 50 ans et sont papi et mami de 9 petits enfants! Oufff, ça en fait du monde!

4. La gourmande

De tous les péchés capitaux, la gourmandise est celui pour lequel j’irai en enfer!!! Et j’irai en mangeant du tartare!! Blague à part, manger n’est pas pour moi qu’une fonction biologique. J’ai connu quelqu’un qui pouvait manger une canne de thon pour dîner, à même la canne

e

Bloody cupcake - citrouille épicée et chocolat

Bloody cupcake – citrouille épicée et chocolat

t il était satisfait!! Quel sacrilège et quelle offense pour les papilles. Cuisiner est pour moi une réelle passion. Si j’avais su plus tôt, j’en aurais probablement fait ma profession, mais il a fallu que je passe par la bouffe en canne lorsque j’étais au cégep en appartement. J’ai eu ma dose de Kraft Dinner et j’ai su un peu trop tard que j’allais devenir une gourmande. Pour moi, mon amour de la bouffe a commencé avec des problèmes de santé. Quand j’ai commencé à faire de la haute-pression, y’a une dizaine d’années, j’ai dû apprendre à cuisiner avec les épices afin de diminuer le sel et améliorer les saveurs. Puis d’avoir grandi au sein d’une famille très épicurienne a certainement aidé à développer mon amour de la bouffe! Y’a rien comme de cuisiner entre sœurs ou avec son amoureux.

D’ailleurs, concernant mes relations avec les hommes, c’était même un critère de sélection. Si le gars mange juste des grilled cheese, c’est assez turn off!! J’aurais juste envie d’y mettre du gorgonzola ou du confit d’oignons! Pas de resto? Pas de nouvelles découvertes? Wash!! Désolée messieurs, mais si vous rencontrez une foodies, faites au moins l’effort de vouloir essayer de nouvelles saveurs car y’a un filet mignon quelque part qui va vous ravir votre douce-moitié! Donc j’adore la cuisine, réinventer des recettes et sans trop me pitcher de fleurs, je crois que je tire bien ma fourchette du jeu. La seule chose dans laquelle je n’excelle pas très bien (voire pas du tout), ce sont les desserts. Je fais de jolis cupcakes, mais étant diabétique, les gâteaux 3 étages, tartes tatins et clafouttis ne font pas partie de mon quotidien.

 

5. The dark side

Zombie Snow White / Source : pinterest.com

Zombie Snow White / Source : pinterest.com

Je ne sais pas de qui je tiens ce côté noir de ma personnalité, mais d’aussi loin que je me souvienne, j’attendais toujours avec impatience l’arrivée du méchant dans les contes de fée. Très jeune, j’ai entrevu le film L’exorciste, assise sur les genoux de ma mère (et ne lui lancez pas des pierres, elle cachait mes yeux aux pires moments et dans ce temps-là, on était pas mal moins stiff qu’aujourd’hui). J’me rappelle être assise à la maternelle sur les petites chaises oranges, en train de raconter à mes amis que j’avais vu la petite Regan tourner la tête, vomir du «vert» et faire pipi par terre. J’adorais avoir peur. J’écoutais le vidéoclip Thriller, le visage à moitié caché entre mes petits doigts et je raffolais des vampires et des films d’horreur. J’ai vu Nightmare on Elm Street vers l’âge de 7 ans et j’ai chanté la comptine macabre dans ma tête chaque fois que je prenais mon bain : 1, 2, Freddy te coupera en deux… . À la fin de l’adolescence, j’me suis intéressée aux phénomènes occultes, je lisais des livres de magie, je pratiquais des rituels d’amour et je m’habillais en noir de la tête aux pieds. J’étais dingue de mes souliers de sorcière et je portais fièrement la ligne contour  noir autour de mes lèvres, rouge sang et des croix en guise de collier. Puis, j’ai eu le coup de foudre pour celui qui allait devenir l’un de mes idoles : Tim Burton. C’est Beetlejuice qui a été mon premier film culte. J’ai usé la cassette jusqu’à ce que mort s’en suive!  J’ai été voir l’exposition de Tim Burton au Museum of Modern Art à New-York et bientôt, j’irai prendre un verre au Beetle House, bar qui vient d’ouvrir ses portes. Bref, cette fascination de l’horreur ne m’a jamais quittée. J’ai joué au Ouija, raconté des histoires d’épouvante aux jeunes du camp de jour, participé au Festival de l’Halloween, visité Salem. Bref, vous ne serez pas surpris d’apprendre que j’aime visiter des lieux abandonnés. Des suggestions?

Mon super coat de poil

Mon super coat de poil

6. La pin-up

Pendant des années, j’ai cherché mon style. Je changeais de look chaque semaine et après avoir eu une passe gothique, j’ai eu des passes florales, une passe hippie, un peu plus grunge, plus sophistiquée, etc. Par contre, j’ai toujours aimé les couleurs et l’originalité. J’ai porté très tôt les bas rayés noirs et blancs! Au début de ma grossesse, j’ai fait quelque chose qui a été pour moi une révélation. (avec une voie d’ange venue des cieux : AAAALLLÉLUÏA!)  J’me suis fait couper le toupet. J’ai eu toutes sortes de coupes de cheveux dans ma vie. Je n’avais pas peur de passer du long au court. Avec ma nouvelle frange à la Betty Page, j’avais trouvé le look que je cherchais depuis tout ce temps. J’me suis mise à porter des petits pois, des robes vintage et des fleurs dans les cheveux. J’ai découvert mon amour pour les tattoos et j’avais enfin trouvé le moyen de faire jaillir le vrai moi. Ayant des courbes plutôt généreuses, je trouvais que c’était un style qui me permettait d’être bien dans ma peau et d’exprimer mon côté girly. Alors vivement les talons et les robes d’été!

 

7. La Quiz girl

A l'émission Privé de Sens, Radio-Canada

A l’émission Privé de Sens, Radio-Canada

Je suis une fille de public. J’ai toujours eu de la facilité à m’exprimer devant les gens. J’ai fait beaucoup de théâtre et d’improvisation et ça toujours été une forme d’art que j’affectionne beaucoup. Dans ma famille, nous jouons souvent à des jeux de société. C’est comme une espèce de tradition du temps des fêtes mais on adore les quiz et rire de nous-mêmes. Quand j’avais 16 ans, ma famille a participé à la Guerre des clans, alors que Luc Senay faisait la split. Mais j’étais trop jeune pour participer. J’ai encouragé ma famille comme une groupie pendant l’enregistrement en me disant qu’un jour, je serais moi aussi devant les caméras. En 2008, j’ai auditionné pour l’émission Le Cercle. Sur 10 000 participants, j’ai été sélectionnée après avoir passé une entrevue, un test de connaissance et un test devant la caméra. Tsé pour voir si la face fit ben dans l’kodak.

Émission Qu'est-ce qu'on mange pour souper?

Émission Qu’est-ce qu’on mange pour souper?

Après cette première expérience vraiment stressante, mais tellement enrichissante, j’ai récidivé aux émissions Privé de Sens, Paquet Voleur Express et Prêt à partir. Par la suite, j’ai été contactée par l’équipe du casting de Paquet voleur et on m’a invitée à passer une audition pour Qu’est-ce qu’on mange pour souper? avec Dany St-Pierre. Les recherchistes se rappelaient de mon amour pour la cuisine et ont pensé à moi!  Ça été l’une des plus belles expériences de ma vie, malgré le fait que je me sois coupée avec un couteau très affuté pendant l’enregistrement. Un rêve s’est réalisé. J’ai pu rayer ma bucket list.

 

 

Alors voilà, c’est ce qui conclut ma bio en 7 facettes. Je ne vous ai pas parlé de mon travail et de mes amies, mais j’aurai certainement l’occasion de vous en parler de quelques anecdotes. J’espère vous faire découvrir mes passions au cours des prochains mois et d’ici là… Merci de nous suivre!!! L’équipe de Web et Mascara vous en fera voir de toutes les couleurs.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire