Art de vivre, Histoire de filles

[Histoire de filles]Les Chroniques d’Une-Quoi-Déjà : La Débarque (Partie 1 de 3)

Donc je vous ai menti (malgré moi) : je ne suis pas une «presqu’adulte».
Non non non. Je suis une vraie adulte. Oui.
Et puis, plus j’y pense, plus j’me dis que ça fait déjà un bout que j’en suis une. J’évalue mon âge d’entrée dans l’ère adulte à 24 ans. Pourquoi? J’vais vous faire une histoire courte.

Le bonheur du premier nid d'amour

Moi, 20 ans, heureuse

Je suis partie de chez mes parents l’année de mes 19 ans,
pour être libre
pour faire chier ma mère
pour faire l’amour dans mon lit
pour être tout le temps avec mon chum
pour être proche de l’université
parce que qu’il le fallait. Bon.

À ce moment de ma vie, j’étais en plein épanouissement en tant que femme, je prenais confiance en moi, j’étais amoureuse comme une esti de folle beaucoup, j’étais insouciante et j’avais pleinement confiance en l’avenir.                …. LOL.

Mon premier amour.

Mon premier amour. Le traitre.

Ma grande chummy, La Vie, avait des surprises en réserve pour moi. Figurez-vous donc que j’ai pris une méchante débarque. Ça faisait même pas un an que le moment de mon magique déménagement à Montréal était passé que j’étais déjà ailleurs, genre dans l’trou qui mène dans un dépotoir en Chine. En un an seulement, j’ai eu le temps de perdre trois emplois, de déménager deux fois, de m’endetter de près de 4000$, de me faire domper par le gars-qui-m’avait-fiancée-promis-de-passer-sa-vie-avec-moi-faire-des-bébés, de couler une session à l’université, de me faire harceler au travail et de tomber en dépression solide.

À l’aube de mes 22 ans, je me suis retrouvée toute seule dans un appartement dans le sous-sol d’un triplex à Longueuil. Les badlucks s’enchainant, les mauvaises décisions s’empilant, le stress et l’émotion au bord d’la gorge, j’ai croulé sous le poids et j’ai sauté une coche.                 …    Carrément.
Photo du 59639921-12- à 16.33Photo du 59482287-12- à 16.31

J’ai tout abandonné, incluant l’école. Y a fallu qu’on m’aide à briser mon bail, que je me mette sur l’aide sociale et que je déménage chez mes grands-parents. La belle histoire..

J’ai appris la vie à la dure par bouts.
J’ai toujours été dysfonctionnelle socialement et émotionnellement (j’vous en jaserai une autre fois), mais jamais ça n’avait eu autant d’impact avant.
À chaque coup donné, j’avais deux bleus; un à l’âme et un à la vie. Mais je ne frappai pas en retour. Je faisais un peu comme ma mère me disait de faire quand j’étais kid et que je me faisais niaiser à l’école : j’ignorais pis je m’en allais. Mais comme ça n’a jamais fonctionné à l’époque (ça aussi j’vous en jaserai), ça n’a pas fonctionné dans ce cas-là aussi.

Bah ouais, surprise!             Ignorer un problème ne le fait pas disparaître.                Jamais. 

couper.mes.cheveux.

couper.mes.cheveux.

Belle leçon de vie. Mais ça m’a pris une méchante débarque avant de m’en rendre compte. Puis là, j’ai commencé à prendre en charge mon coeur, ma santé et ma vie. J’ai pilé de l’argent pour m’acheter une voiture et éventuellement retourner en appartement, je suis retournée à l’université pour continuer mon bacc, je suis allée chercher une formation en sécurité pour avoir accès à une job plus payante et j’ai fait du travail sur moi etc.. Puis au bout de deux ans à vivre chez mes grands-parents, j’ai décidé que j’étais prête à repartir.

Ce n’était p’t’être pas tout à fait la meilleure décision après coup, mais c’est ce dont j’avais besoin. Je me sentais ailleurs, prête à vivre autre chose. J’avais 24 ans – célibataire -, une santé mentale fragile, une job précaire, un chat et quelques milliers de dollars de dettes, mais un grand désir de prendre ma vie en main.

Mon beau Hubert. Mon partner.

Mon beau Hubert. Mon partner.

Avec le recul, je considère que c’est que je suis devenue une adulte, à 24 ans et je vous raconte pourquoi … dans la deuxième partie de mon long billet.

(Ouuuuuuuh c’est agace un peu *clin d’oeil*)

😉 @+

 

 

 

 

 

 

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

2 Commentaires

  • Répondre Les Chroniques d'Une-Quoi-Déjà: Les relevailles (Partie 2 de 3) | Web et Mascara 18 mai 2016 a 11 h 46 min

    […] Je suis prête à raconter le reste de mon histoire (pour lire la partie 1: ici ) Êtes-vous prêts? ? […]

  • Répondre Spécial déménagement - Vivre dans les boites ou déménager 6 fois en 4 ans. | Web et Mascara 15 juin 2016 a 11 h 47 min

    […] je vous l’ai raconté dans mes chroniques précédentes, j’ai eu un boutte moins l’fun dans ma vie où j’ai dû déménager 4 fois en […]

  • Laisser un commentaire