Culture, Lecture

[Lecture] À moi la liberté!, petite chick lit pour l’été

Source: https://editionsdemortagne.com

Source: https://editionsdemortagne.com

À moi la liberté!, c’est un livre plutôt léger, de la vraie chick lit. En lisant les premières lignes, je savais que c’était le genre à emporter sur une plage, ce que j’ai donc fait.

C’est avec certains préjugés que j’ai commencé la lecture de ce bouquin, je l’admets, où je souriais déjà de voir cette pauvre Marisol, en robe de mariée, prête à épouser le seul homme qu’elle a toujours connu, pleine de doutes à en jaser avec sa sœur Sophie et ses deux meilleures amies, Annie et Julie. Le narrateur étant Marisol, on se trouve rapidement niché sur son épaule, mais surtout, elle qui a l’habitude se se parler à elle-même, dans sa tête. Après quelques demandes de conseils, elle décide de s’écouter et on la suit en cavale, de son propre mariage. À 23 ans, et réalisant que son couple n’était plus ce qu’il était, elle décide de mettre les voiles pour aller se ressourcer, seule.

Direction: le Maine, à Ogunquit, où elle avait l’habitude de passer ses étés avec sa famille étant plus jeune. C’est là qu’en rentrant dans un café, le hasard fait, comme par hasard, qu’elle entend une dame qui loue une maison sur le bord de la plage… Bingo, Marisol a trouvé où nicher pour les 3 prochaines semaines après seulement 1 nuit où elle a dormi dans son auto, et qui plus est, porte le doux nom: Praline et crème.

Cliché ou pas cliché, la belle veut apprendre à faire du surf, mais par elle-même. Ayant été habituée à ne jamais rien faire seule depuis un bout, son désir est de:

  • Laisser sa spontanéité s’échapper un petit plus
  • Vivre le moment présent
  • Se choisir

C’est donc à la rencontre du beau mannequin-surfeur-barman-aux beaux abdominaux-avec son pick up rouge, Rayvan, que l’ingénue et insécure Marisol va se laisser aller à ces 3 nouveaux principes. Pas sans failles, bien entendu. Le «lâcher-prise» est loin d’être sa force première. Alors qu’on parvient à s’imaginer sans trop de peine le magnifique décor dans lequel elle se trouve, entre les vagues, le sable et les mojitos, on aime la suivre dans ses diverses activités, rencards et maladresses et voir si on est bien face à une histoire qui finit comme un film hollywoodien.

Heureusement, bien qu’on voit venir les papillons et l’histoire d’amour à l’eau de rose, plusieurs surprises nous tiennent en haleine. Est-ce que Rayvan est aussi macho qu’on le pense et est-ce que Marisol se sent plus libre depuis qu’elle a quitté son fiancé?

Doucement Marisol, concentre-toi sur la route. Bois une gorgée de café. C’est correct. Ça va aller. C’est tout a fait normal de se sentir triste en laissant quelqu’un qu’on aime derrière soi. QUOI? Quelqu’un qu’on aime?

Veut, veut pas, on s’y attache à cette Marisol, qui se pose 1001 questions et nous étale en grand sa vulnérabilité. Même qu’on s’y fait, à tous ces clichés. L’écriture simple mais efficace est soigneusement ficelée. Des retours en arrière subtils, des clins d’oeil, un personnage attachant auquel on peut s’identifier, l’auteur JoÈve Dupuis sait jouer avec les mots et les images pour nous conduire au coeur d’une bonne histoire, celle qui parvient à montrer les hauts d’une situation déplaisante, le verre à moitié plein, comme on dit. Coïncidence sur coïncidence, on se laisse aisément bercer par la facilité de celles-ci qui nous montrent le bon côté de la vie.

Léger, drôle et tendre à la fois, À moi la liberté! est un petit régal coloré, sympathique, à lire au soleil, s’il vous plait.

L’auteur, JoÈve Dupuis, qui s’est fait remarquer dans Occupation Double, en est à son deuxième roman puisqu’elle a paru en 2015 aux Éditions de Mortagne Montagnes Russes, un roman qui traite de la bipolarité.

Titre : À moi la liberté!
Auteur : JoÈve Dupuis
Éditions: Éditions de Mortagne
Prix: 19,95 $

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire