Culture, Lecture

[Lecture] Comment j’ai appris à tuer, un thriller parfait pour l’été

Posé sur mon bureau, le livre Comment j’ai appris à tuer a fait sourire bien des collègues qui se demandaient ce que je pouvais bien faire avec ce genre de bouquin. Et moi de répondre qu’il s’agit en fait d’un tout nouveau thriller, et pas des moindres : premier roman de l’un de mes amis-collègues de mon certificat en création littéraire, Simon Lafrance. Les voilà rassurés.

Source: boutiquegoelette.com

Source: boutiquegoelette.com

Si je ne suis pas tout à fait thriller, je ne vous cache pas que j’ai mis plusieurs jours à dépasser les premières pages. On rentre toutefois très vite dans le vif du sujet de ce cher Éric Delacroix, qui devient un tueur en série afin d’obtenir la gloire qu’il n’obtiendra jamais comme employé de banque. Mais il est bon. Dès le début. Perfectionniste, pas une bavure. Sur l’île de Montréal où toute l’action se passe, chaque meurtre se fait sans l’ombre d’une embûche. Il prend un malin plaisir à conter son processus, au fur et à mesure de ses exploits. En usant d’un protocole et en tuant chacune de ses victimes en leur tranchant la gorge à l’aide d’un morceau de verre aiguisé, il se fait vite surnommer “Le Rouge-Gorge”. Loin de lui déplaire, on ne parle que de lui. Ses amis, sa famille, mais aussi la belle journaliste Julie Villeneuve, celle qui le traque depuis son tout premier crime. Son oncle, Stéphane Gauthier, enquête sur son cas également et cela vient corser l’histoire; leurs liens vont, pour ainsi dire, se resserrer.

Le protagoniste ne semble pas être un psychopathe, mais bien d’un jeune homme tout à fait normal avec des réflexions tout aussi humaines que les nôtres. Est-ce que ce serait cela le plus troublant? Éric Delacroix se croit supérieur à tout le monde et on ne sait si on doit l’aimer ou le détester. On a presque envie qu’il se fasse prendre…

Les 3 derniers quarts du livre, je les ai dévorés sans m’arrêter. Après nous avoir mis en situation pour savoir à qui on avait affaire, le narrateur, Éric, nous embarque dans ses aventures et heureusement, mésaventures. Pas de demi-mesure, on sait tout de lui. Ses pensées, ses désirs, ses doutes… On se sent presque complice de ses vices et de son désir pervers de se faire prendre à la fin du jeu. On est pris en grippe, tel un oiseau perché sur son épaule. Il sait maîtriser l’art du suspense et nous mêle en même temps ici et là… De surprise en surprise, on commence à s’attacher aux personnages et à devenir accroc à cette course.

Le Rouge-Gorge est une espèce rare, un oiseau libre qui a fait un choix particulier pour se sentir hors de la réalité et donner un sens à son existence. Mais où est-ce qu’il nous conduit? Facile à lire et bien écrit, Comment j’ai appris à tuer est tout indiqué en cette saison de l’été où on a envie nous aussi, de nous évader.

Titre : Comment j’ai appris à tuer
AuteurSimon Lafrance
Éditions: Les éditions Goélette
Prix24,95 $

 

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire