Lecture

[Lecture] Griffintown, Marie-Hélène Poitras

Le 11 avril dernier, l’auteure Marie-Hélène Poitras nous est revenue avec un roman qui était plus qu’attendu. Après avoir été acclamée par la critique en 2005, à la suite du succès de “La mort de mignonne et autres histoires” qui l’avait d’ailleurs nominée parmi les finalistes au Prix des libraires du Québec, voilà qu’elle nous revient avec un Western moderne plus que prometteur: Griffintown

C’est à travers les yeux des cochers du Vieux-Montréal que nous sommes rapidement plongés dans l’aventure. Après un hiver dur et pénible pour plusieurs, on se retrouve au début d’une nouvelle saison avec des cochers toujours à la recherche du bonheur dans cet emploi parfois extrêmement difficile et souvent pénible. D’anciens employés s’étant promis d’avoir travaillé pour la dernière fois, l’année précédente, dans ces conditions reviennent, la tête basse… Comme un dépendant qui reprend une mauvaise habitude. Quelques-uns préfèrent ne pas faire de promesses et voient Griffintown comme un “retour chez soi”. Mais pour Marie, c’est avec une toute autre vision qu’elle arrive dans ce village presque caché, éloigné de tout. Elle s’y présente avec passion, à la recherche d’un emploi, les yeux emplis d’amour et de compassion pour ses chevaux si attachants. Elle voit dans ces bêtes, des années de souffrance, de blessures mal guéries et se fait la promesse d’en prendre soin.

Elle ne se doute pourtant pas que cet été sera beaucoup plus mouvementé qu’elle ne pouvait s’y attendre. Au milieu d’une histoire de meurtre, entourée de ces cowboys urbains, Marie apprendra rapidement que cette vie de cocher n’est pas toujours aussi simple qu’elle ne se l’était imaginée.

Marie-Hélène Poitras nous offre un roman d’action poétique et on sent rapidement le partage personnel des ses deux années d’expérience en tant que cochère. Je crois que ce que l’auteure réussi le mieux à nous partager, c’est tout l’amour qu’elle porte aux chevaux. Elle nous les décrit tellement bien qu’on a presque l’impression qu’ils sont près de nous. Je crois que les amoureux de ces bêtes majestueuses seront gâtés et le partage des termes du lexique des cochers rend l’expérience encore plus complète.

Vous apprendrez aussi à vous attacher rapidement aux hommes et femmes de Griffintown grâce aux histoires personnelles et secrètes des cochers qu’on nous propose par parcelles tout au long de l’histoire. Cette technique de couper le rythme de l’histoire pour retourner dans le passé est quelque peu dérangeante au début, mais on s’y habitue rapidement, même qu’on y prend goût.

Alors, faites comme moi et plongez-vous dans cette aventure et je suis certaine que lors votre prochaine visite dans le Vieux-Montréal, vous ne regarderez plus les cochers de la même façon… Croyez-moi!

______________________________________
Griffintown
Par Marie Hélène Poitra
Édition Alto
Chez Renaud bray : 22,95$

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire