Lecture

[Lecture] Les Chroniques d’une «Presqu’adulte» : Le géant enfoui

monsieur Ishiguro

monsieur Ishiguro

 «Après dix ans d’absence, le grand retour de Kazuo Ishiguro». Le mois passé, Val de W&M nous affichait sur la page du groupe un communiqué nous demandant si l’une d’entre nous était intéressée à lire et critiquer le nouveau roman de Kazuo IshiguroJeune femme impulsive que je suis, j’ai répondu exactement «me likey». C’est que je le feelais d’instinct, comprenez-vous, c’est venu direct des gutts. Enfin bref, toujours est-il que ce n’est qu’en recevant le roman par la poste, quelques jours plus tard, que j’ai réalisé que je devrais concrètement et sérieusement lire 411 pages de façon efficace pour pouvoir vous livrer ma critique le plus tôt possible. C’est la résultante de l’impulsivité. Mais la voilà enfin; ma critique  du nouveau roman de monsieur Ishiguro, Le géant enfoui (v.o.a. The Buried Giant).

Le nom de Ishiguro me disait de quoi, alors je me suis dit qu’aller googler un peu avant ma lecture serait unlarge_m1jccta7qrTrpvLzvRCQQ7ssfWy plus à ma culture. Et bon sang que oui! C’est en lisant sa biographie que j’ai réalisé qu’un de mes films préférés est en fait une adaptation d’un de ses romans (Never Let Me Go, film de science-fiction avec Keira Knightley, Carey Mulligan et Andrew Garfield ). Entre autres, le magazine TIME aurait nommé ce roman comme le meilleur roman de l’année 2005. Je n’ai vu que le film, je ne peux pas vous parler du roman, mais laissez-moi vous dire que j’étais bien énervée de commencer ma lecture du Géant enfoui

IMG_20150429_170408146Pour être honnête, j’ai eu toutes les misères du monde à achever ma tâche. J’ai lu les derniers mots en une journée pluvieuse et j’peux vous dire que c’est en plein dans le mood du Géant enfoui. Sérieux, je ne sais même pas si j’ai trouvé ça bon ou pas. En gros, ça raconte l’histoire de Axl et Beatrice, un vieux couple breton, qui quittent leur village afin d’aller trouver leur fils qui, apparemment, vivrait à quelques jours de marche. Et je dis ‘apparemment’, car en fait, ils n’en sont pas certains. Ils ne sont certains de rien. En effet, dans cette histoire, la Bretagne du roi Arthur est plongée dans une sorte d’oubli, la brume, comme ils la désignent.   

De ce que j’ai compris, la brume serait une allégorie pour parler de l’oubli historique de notre monde moderne, ce que j’ai honnêtement trouvé intéressant. Sauf que l’histoire évolue tellement lentement et présente tellement de figures de style que j’avais de la misère à suivre. Tout était si vague, comme pour nous plonger, nous aussi en tant que lecteurs, dans cette même brume. Permettez-moi par contre de saluer monsieur Ishiguro pour son écriture hors normes et singulière, mais je crois seulement, pour ma part, que je n’étais pas dans l’état d’esprit se prêtant au roman philosophe qu’est Le géant enfoui.

Si le défi vous intéresse, je vous y encourage tout de même. Deux opinions valent mieux qu’une!

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire