Culture, Lecture

[Lecture] Les steppes de Gengis Khan

Lorsqu’on nous a proposé de lire Les steppes de Gengis Khan, j’ai sauté de ma chaise, la main dans les airs. J’étais extrêmement excitée de lire ce roman, et pourtant, je n’en avais jamais entendu parler.

Hermione_-_hand_raise

Et je peux dire que c’est de loin le meilleur roman que j’ai lu cette année.

 

L’histoire?

Joséphine Watson-Finn, archéologue montréalaise, se rend en Mongolie afin de faire une contre-expertise pour l’UNESCO après avoir convaincu Charles de lui permettre d’y aller, même s’il ne s’agit pas de son domaine habituel. Sauf que la raison pour laquelle Joséphine a insisté, c’est parce que Leo y est. Leonard Irons. Son ancien amoureux est-il lié aux horribles cas de mutilation et de meurtres d’adolescents mongoliens, lui qui en veut à la vie de ne pouvoir avoir d’enfants? Elle doit le découvrir. Et cette douleur dans le ventre, cause naturelle ou malédiction d’un chaman?

 

Pourquoi c’est le meilleur roman que j’ai lu cette année?

Ça faisait un bon moment que je n’avais pas été autant captivée par une histoire. Captivée au point où, dès que j’avais un instant, ne serait-ce que deux minutes, j’ouvrais le livre pour savoir ce qui allait se passer. La plume de l’auteure est visiblement expérimentée. Jamais je n’ai eu le sentiment de reconnaître les techniques d’écriture que j’ai apprises au cégep, sentiment qui m’énerve un peu. Ici, on ne sent pas qu’on lit un roman; nous sommes en Mongolie, dans les steppes, les mêmes où Gengis Khan se trouvait, et non dans la 45 sur le pont Champlain en direction de Montréal.

IMG_20160725_200614659

Quand j’étais plus jeune, je rêvais de devenir archéologue (sorry, mini-Val, tu es devenue traductrice et t’adore ça), donc dès qu’on parle d’archéologie et d’histoire, mon intérêt est rapidement capté. Les descriptions des paysages et des temples sont exactes (j’ai fouillé sur Google!), ce qui rend le tout encore plus intéressant.

 

Mais que dire de l’histoire? Sincèrement, j’en voulais toujours plus. Avec le retour au travail et ma difficulté à reprendre la routine après un an en congé de maternité, je manquais de temps pour lire, mais lorsque le moment était venu, je m’y replongeais. J’essaie très fort de ne rien échapper concernant l’histoire, parce que je recommande à tous de le lire!

 

Note : je n’ai tellement pas vu la fin arriver qu’elle m’a fait l’effet d’un train qui te fonce dessus. Sans blague, j’ai été « à terre » pour la soirée…! J’espère que l’auteure est en train de planifier une suite, parce que ça ne peut finir de la sorte. D’ailleurs, il y a une autre aventure de Joséphine, aventure de laquelle on entend parler quelquefois au sein du roman, soit L’île noire de Marco Polo. Je ne pense pas qu’il est nécessaire de l’avoir lu auparavant pour comprendre, puisque je ne me suis jamais sentie déstabilisée, mais c’est sûr et certain que je vais dévorer toutes les aventures que notre protagoniste vit!

Bref, Les steppes de Gengis Khan est le genre de roman qui vous avale carrément et qui vous recrache à la fin, vous laissant en « book hangover ». Ça, c’est mon genre de livre! Vous m’en donnerez des nouvelles 🙂

 

Les steppes de Gengis Khan
Aline Apostolska
Éditions Édito
24,95 $

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire