Culture, Lecture

[Lecture] Un été à No Damn Good

Un été à No Damn GoodUn été à No Damn Good, c’est l’histoire de Nora, 14 ans, et du Montréal de l’été 1971, avec ses luttes, ses drames et ses révolutions – le FLQ est à son zénith, Jim Morrisson vient de mourir et le féminisme est en plein essor. Que peut faire une presqu’ado dans ce monde de fous?

Tenter de garder la tête hors de l’eau.

Dans la famille de Nora, rien ne va plus. Ses parents, français d’origine et aux antipodes l’un de l’autre, sont à une dispute du divorce. La famille de ses meilleures amies, les voisines d’en face, est bien plus accueillante avec sa cuisine typiquement québécoise et son modèle traditionnel de maman à la maison. Mais chaque maisonnée cache son lot de tragédies, comme va bientôt le découvrir Nora.

On y suit, finalement, ces jeunes de la rue Marcil qui essaient tant bien que mal de se tailler une place dans une ville, une province et un monde en plein changement, à travers leurs espoirs et leurs idées de grandeur, mais aussi leurs déboires et leurs illusions.

Un roman de Nathlie Petrowski, écrit tout simplement, qui nous ramène dans notre peau d’adolescente pour qui chaque chicane signait la fin du monde connu. Grâce à son rythme savamment calculé – chapitres courts, histoire riche et action bien dosée – c’est une lecture rapide et agréable qui se fait facilement d’une traite.

Pour replonger dans le Montréal torturé, mais aussi en plein développement des années 1970, rien de tel que le regard candide et que l’interprétation authentique et naïve d’une jeune fille.

Je vous le conseille, dans votre chaise longue au bord de la piscine municipale du quartier, de préférence.

Un été à No Damn Good
Nathalie Petrowski
Éditions du Boréal
22,95 $

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire