Histoire de filles, Lecture

[Les Chroniques de Paulychinelle] On entend bien c’que l’on veut entendre.

Comme je vous contais dans ma chronique précédente, MonLove est en dépression. C’est difficile pour lui, c’est difficile pour ses amis et sa famille, et c’est difficile aussi pour moi. Je dors mal, je suis anxieuse quand je pars travailler, je suis toujours à me demander comment il va; bref, ça me draine beaucoup d’énergie et ça occupe pas mal mes pensées, malgré moi.

Vous allez p’t’être rire de moi, mais cette semaine, alors que j’étais dans un magasin grande surface, je me suis retrouvée à acheter une couple de livres de développement personnel ayant comme sujet principal la dépression. (On essaie d’aider comme on peut tsé.)
Et parmi eux : La liste, de Jérémy Demay.

Crédit : Carole-Ann Paul

Oui, j’sais, chu un peu en retard, ça fait presque 2 ans déjà que c’est sorti. Mais ça m’est comme tombé dessus. Quand La liste est sorti, j’étais moi-même en dépression, et je l’avais commandé sur internet, convaincue que c’était la solution à mon mal d’être. Pour faire une histoire courte, ma carte était pleine, j’ai fait faillite quelques mois après et j’ai jamais eu mon livre.

Puis là, je l’ai croisé en sortant du magasin cette semaine. J’étais entrée chercher des mini élastiques, je suis ressortie avec des livres de self-help. Je me suis dit ”Oh my god! Peut-être que ça va aider MonLove à voir une lumière au bout du tunnel!” et je les ai mis dans mon panier. J’étais toute fière de mon coup en revenant chez nous, surtout que j’avais eu le temps de lire La liste en attendant un rendez-vous. J’étais convaincue que mon tendre allait sourire autant que moi à la lecture de ce dernier.

Eh bin non. Ça lui a rien fait.

Dans son livre, Jérémy Demay dit :

Cet ouvrage regroupe tous les outils qui m’ont aidé à accéder à une vie fabuleuse, à vivre mes rêves et à me sentir épanoui. J’ai écrit le livre que j’aurais aimé lire il y a six ans.

Et bien sûr, il nous dit cela en toute légitimité mais ça me mène à penser : s’il l’avait lu, cet ouvrage, en 2009, au plus creux de sa dépression, l’aurait-il apprécié à sa juste valeur? Car je regarde mon chum qui m’a jasé de l’inutilité pour lui de ces paroles qu’il juge prémâchées, alors que moi je les trouve pleines d’espoir et je me dis qu’il faut tout d’abord être ouvert à ça avant d’en profiter.

Moi, mes cheveux mauves pis mes incertitudes.
Crédit: Carole-An Paul

De mon côté, je vais mieux depuis quelques temps, c’est sûrement parce que je commence à voir plus clairement ce que je veux dans la vie. Je me laisse enfin rêver. Je me laisse enfin croire que c’est possible, tous ces rêves d’enfance que j’avais graduellement abandonnés au fil des ans. Je n’écoute plus les gens qui me sermonnent à propos de mon baccalauréat non complété et de ma non-stabilité financière. Je travaille à contrat pour une agence de placement et ça me va absolument! Ça ne me dérange pas du tout de savoir que je pourrais être ailleurs dans un mois, ça m’empêche de m’ennuyer et ça me fait faire de nouvelles rencontres. Et puis, ça me donne plus de temps pour travailler sur mes p’tits bonheurs et plans d’avenir.

Alors quand j’ai lu les mots de Jérémy Demay, ça a résonné dans mon âme. J’dis pas le livre au complet là, j’ai quand même mes propres croyances. Mais beaucoup de choses qu’il contait, relativement à faire confiance à son instinct, se laisser porter par le hasard, croire très fort en ses rêves, travailler pour son bonheur, tout mettre pour vivre sa passion…. Ça m’a confirmé des choses en moi.

Ça m’a confirmé que je n’avais pas envie d’un métier safe et payant, mais plate, juste pour réussir un jour à me payer une maison et UN JOUR une fermette. Ça m’a crié en-dedans que c’était possible de faire ce qu’on aime, quitte à ce que ce soit moins payant parce qu’on est prêts, nous, à vivre 10 ans en appartement s’il le faut.

Ce printemps, on déménage encore.
On passe d’un 5 1/2 dans le ghetto de Longueuil à un 3 1/2 dans la tranquillité de St-Bruno.
On va épurer nos avoirs, s’en tenir à l’essentiel matériel, et se reconnecter à nos vies.
Moi je pense qu’à partir de là, tout est possible.
Et MonLove, il sourit quand je lui dis ça.
Y a de l’espoir.

Source : tumblr

🙂

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire