Art de vivre, Histoire de filles

[Mission Secrète] Les gars de Laboratoire | Question #2

Nous travaillons depuis quelques semaines à rassembler une équipe de gars n’ayant peur de rien, voulant se dévouer à une mission qui leur était jusqu’ici inconnue. Nous avons fini par regrouper une bande de courageux mecs qui se sont prêtés au jeu de Gars de Laboratoire. Les Gars de Laboratoire, c’est quoi? C’est neuf jeunes hommes répondant honnêtement à 12 questions indiscrètes et révélatrices, que nous partagerons avec vous, En effet, chaque semaine, nous vous ferons part, chères lectrices, des réponses de chaque gars à une des question de l’interrogatoire qu’ils ont subi. Tout ça, bien entendu, dans l’optique d’en apprendre de plus en plus sur l’humain mâle.

Voyons comment nos boys se sont débrouillés avec la Question #2 (pour voir les résultats de la question #1 c’est ici)

 

Question #2:

 

Parlez-nous du pire mensonge que vous ayez raconté à une fille (fille en général/amie/copine/ex).

 

 


Sébastien Bouchard :

Probablement toutes les fois où j’ai fait semblant de pas être amoureux d’une fille. Je faisais ça évidemment parce que j’étais sûr que ce n’était pas réciproque. Et finalement, ça aboutissait à quoi? Des malaises et la fille qui finissait par l’apprendre d’une manière ou l’autre.

Rejoignez Sébastien: @SebastienBouch / funjouerjeux.ca

 

 

 

 

 


Ian Richards:

Je n’ai jamais menti (Voilà c’est fait)….Je me souviens dans mon jeune temps, pour me sauver lors des
lendemains de party en me réveillant dans un lit autre que le mien, de me *pager* (oui je suis vieux) et de
faire semblant d’appeler chez moi et inventer que ma sœur ou un autre membre de ma famille avait besoin
de moi. Comme ça je pouvais me sauver le matin sans avoir de conversation délicate.

Rejoignez Ian : @Siinister / @RadioTalbot

 

 

 

 


Françis Mathieu:

J’ai dit à une fille que j’étais dans une relation ouverte pour pouvoir coucher avec elle et tromper mon ex.

 

Rejoignez Francis:

 

 

 

 

 

Simon Dorais:

Oufff… je ne sais pas lequel serait considéré comme le pire. J’ai déjà fait accroire à une fille que j’étais
gai pour ne pas la blesser. Elle m’aimait beaucoup, mais ce n’était pas du tout réciproque et je ne voulais
pas la blesser! Ensuite, j’ai déjà dit à une de mes ex (nous n’étions plus en couple, mais on se voyait
régulièrement….) que je ne coucherais pas avec une de ses meilleures amies avant le spectacle que nous
devions aller voir tous les 3 quelques jours plus tard, mais c’était déjà fait! Pour ma défense, je rappelle
que nous n’étions plus en couple et elle avait couchée avec d’autres garçons dont 1 était en couple…ce
n’est pas toujours le gars les méchant dans l’histoire!

Rejoignez Simon: simondorais.com / @matriceqc

 

 

 


Pierre-Luc Racine:

À 15 ans, je me suis ramassé dans une relation alors que je ne voulais qu’avoir du sexe avant la moyenne canadienne qui était 16 ans. Ça implique mentir sur pas mal de niveau! Ça n’a duré que 2-3 mois, mais je n’aurais pas dû.

 

Rejoignez Pierre-Luc: @PierreLuc / 3bieres.com

 

 

 

 


Maxime Tremblay:

Bon, je vais sans doute passer pour le gars qui ne veut pas faire de peine à sa blonde, mais je n’ai jamais fait de gros mensonges, jamais. Je suis vraiment un type good guy à ce niveau : je vivrais trop difficilement avec le mensonge, stress inutile. Je raconte même mes “rares” soirées aux danseuses à ma blonde. C’est pas peu dire !

 

Rejoignez Maxime : epeelegendaire.com /maxime-tremblay.com / clubgamer.ca

 

 

 

 


Yves Schwendenmann:

Le pire mensonge doit être d’avoir dit à mon ex que je l’aimais toujours alors que ça faisait plusieurs mois que je n’avais vraiment plus aucun sentiment pour elle et que je n’avais pas le courage de rompre avec elle.

 

Rejoignez Yves: @yschwen

 

 

 

 

Stephane Grenier:

Avoir voulu déménagé en appartement avec un ami pour solidifier mon couple sans ma blonde à l’époque. haha, vraiment n’importe quoi.

 

 

Rejoignez Stéphane: @StephGrenierr / @entrechumscom

 

 

 

 

Steve Dégarie:

J’étais au secondaire, donc, en partant, j’étais une merde maladroite avec les filles. J’agissais avec elles un peu comme quelqu’un qui n’a jamais monté un meuble IKEA se sent devant des instructions pour la première fois. J’avais fuck-all de talent, bref, je l’avais pas pantoute. Je savais qu’une fille qui me plaisait beaucoup voulait devenir la prochaine Julie Masse (chu vieux.). Très maladroitement, j’ai pensé qu’un bon « ice-breaker » serait de lui inventer qu’un de mes oncles connaissait le gérant de plusieurs chanteuses québécoises. Heille, ça s’intéresse vite à toi une fille dans ce temps-là! J’ai tenté de faire vivre le mensonge longtemps, mais à un moment donné, ca avait pu de sens… Je devais trouver des excuses pour qu’elle le rencontre jamais. Y’a eu une phase bizarre durant laquelle on se parlait pu (surprise.). L’année suivante, ma mère m’a fait faire mon secondaire 5 dans une école différente (pas pour cette raison-là!). J’ai plus jamais reparlé à cette fille-là et disons que je me cache constamment. Au cas où…

Rejoignez Steve: @SteveDegarie

 

 

 

La suite de l’expérience de nos gars de laboratoire:

Vendredi Prochain!!

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

2 Commentaires

  • Répondre [MISSION SECRÈTE] LES GARS DE LABORATOIRE | QUESTION #3 | Web et mascara 1 mars 2013 a 19 h 51 min

    […] Cette semaine, la question est un peu plus embarassante, comment nos gars se seront-ils débrouillé? Question #3! (pour voir les résultats de la question #1 c’est ici! Et pour la question #2, par ici!) […]

  • Répondre [Mission Secrète] Les gars de laboratoire | Question #5 | Web et mascara 24 octobre 2013 a 21 h 08 min

    […] Question #5! (pour voir les résultats de la question #1 c’est ici!  Question #2, par ici!, la Question #3, par ici) et la question #4 par […]

  • Laisser un commentaire