Art de vivre

[Mode & Vie] 10 choses que j’aurais aimé savoir avant de partir en appart (Partie 1 de 2)

Quatre ans, six apparts, dix colocataires différents, aurais-je préféré avoir été informée de certaines réalités avant de quitter le nid familial ? Absolument ! Voici, en deux parties, le guide parfois cocasse et parfois pas, de la fille qui ne reste officiellement plus chez ses parents.

1) RÉCONCILIER LA FOODIE ET L’ÉCONOME

Lorsque j’ai demandé à mon ami Thomas* de quoi il aurait aimé être prévenu avant de partir en appartement, la réponse ne s’est pas fait attendre. « J’aurais aimé savoir que les réductions en épicerie, c’est bien pour la viande qu’on peut congeler, mais pas pour les fruits et les légumes ». Je dois avouer qu’il a parfaitement raison. Et je ne vous dis pas ça parce qu’un brocoli est présentement en train de se demander s’il préfère la combustion spontanée ou la métamorphose douce en sang de Plaxmol dans mon tiroir du bas.

Un aperçu de la catastrophe

 

2) AMERICAN NEXT TOP COLOC – La recherche du coloc  parfait.

Que ce soit pour les études, pour le travail ou suite à une rupture, vous vous retrouvez maintenant sur le seuil de l’indépendance. Un choix s’offre à vous, seule ou en colocation ? Pour celles qui se lanceront dans l’aventure de la recherche du coloc parfait, sachez bien évaluer les candidats potentiels. Nicolas*, 23 ans, a vécu une histoire d’horreur : « Je me suis retrouvé en colocation avec quelqu’un qui se couchait à huit heures alors que je vis complètement de nuit ».

Avec son 6 pieds 5, son 180 livres et leur plancher qui craque, il a presque envisagé de se déplacer en entrechats pour ne pas réveiller sa coloc. Des habitudes de vie similaires et des points en commun sont donc souhaitables ! Mon expérience de colocation m’a cependant permis de rencontrer des filles et des gars exceptionnels qui comptent aujourd’hui parmi mes meilleurs amis. La colocation, une loterie ? D’une certaine façon, oui. Une sélection judicieuse peut cependant augmenter nos chances de tirer le bon numéro et de remporter de belles amitiés.

Un autre sujet épineux peut faire surface dans l’esprit de la girly indépendante. Aller rester avec sa best, oui ou non ? Oui ET non. Il est souvent préférable d’avoir une bonne discussion avant d’emménager ensemble. Certes, votre meilleure amie est un trésor de gentillesse et d’humour mais laisse-t-elle traîner perpétuellement ses camisoles au milieu de la salle de bains ? Différentes petites habitudes qui peuvent faire sourire…puis tomber sur les nerfs ! On en parle avant et pendant, pour prévenir et désamorcer les différents conflits possibles.

 

3) FRAYEURS DE FILLE SEULE

Demandez à n’importe laquelle de mes amies. Je suis une trouillarde invétérée. Alors quand je leur ai appris que j’allais habiter seule, plusieurs d’entre elles étaient persuadées que j’allais conserver un bâton de golf à côté de mon lit pour pouvoir me défendre en cas d’infraction de domicile en pleine nuit. Cependant, j’ai rapidement compris que les menaces venaient aussi de l’intérieur de l’appartement. Et si mon voisin était quelqu’un de peu recommandable ? Et si je me retrouvais dans la prochaine saison d’Un tueur si proche ? Et si mon appartement était hanté ? En 2010, j’ai réveillé mon ami David* autour de 4h00 du matin parce que je pensais à la maison d’Amytiville et que je n’étais pas capable de m’endormir. Je suis tombée par la suite sur Les hommes peuvent attendre – l’art de vivre seule de Marjorie Hillis. Écrit dans les années 30 mais encore actuel sur plusieurs points, ce petit bouquin plein d’humour et pas contre les hommes du tout stipule qu’une femme seule effrayée dans la nuit devrait tout simplement se retourner et penser à autre chose au lieu de téléphoner à ses amis à l’autre bout de la ville. Ce n’est pas fou… parce que je suis encore en vie, après bien des craquements bizarres et autres scénarios 100 % apocalyptiques mais 0 % avérés.

4) LES MAGAZINES DE DÉCO ET LA RÉALITÉ.

J’étais un peu tannée du décor champêtre de maman quand j’ai emménagé dans mon premier appartement solo à l’été 2011.  Il va sans dire que j’avais, au préalable, rêvé bien souvent en feuilletant des Décor Mag. Mon planning déco pour mon 3 ½ ? Repeindre toutes les pièces ! Installer des moulures, du vinyle flottant et instaurer un système de rangement ultra-efficace ! Est-ce que j’ai vu trop grand ?  Pour une fille qui a posé sa première tablette en octobre dernier, avec la collaboration étroite de sa meilleure amie, pour une fille qui n’a jamais fait de peinture en dehors d’un atelier de vitrail en secondaire V…. OUI. J’ai toujours la même passion que Dominique Michel pour la déco et j’écoute encore des émissions sur le sujet à Canal Vie en déjeunant le week-end. La différence, c’est que j’ai compris que bien des êtres humains sont incapables de vivre dans un décor clean 24/7. J’ai aussi compris que mon pot à crayons de Barbie ne s’agençait dans aucun décor mais que je n’étais pas prête à m’en séparer pour autant. J’ai dit oui à mon sympathique écosystème de bordel contrôlé, aux posters qui ne s’agencent pas nécessairement et aux magazines qui s’accumulent sur la table du salon.

 

5) DÉVELOPPONS UNE EXPERTISE DANS DIFFÉRENTS DOMAINES

L’époque où vous pourrez crier « Papa ! Maman ! » ou « Mon amour ! » d’une voix empreinte de panique est désormais révolue. En cas de pépin, vous ne pourrez compter que sur vous-mêmes ou sur le savoir-faire de vos colocataires. C’est ainsi qu’on a appris à
a) déboucher un drain de douche plein de cheveux
b) éviter la crise de nerfs lorsqu’un sac de poubelle fend dans la cage d’escalier.
c) nettoyer un four sans risquer l’intoxication.

J’ai remplacé bien des « Eurk ! Je ne toucherai jamais à ça ! »  par des « Je l’ai fait moi-même sans trop chialer ». La seule chose à laquelle moi et mes colocs wannabe hommes à tout faire ne souhaitons pas nous mesurer ? Des souris.

Petit Stuart, t'es ben cute mais on ne te veut pas chez-nous

Cliquez ICI pour lire la deuxième partie !

*Pseudonymes


Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

7 Commentaires

  • Répondre Samia 28 janvier 2013 a 14 h 21 min

    J’ai des amis du sexe masculin qui ont un baton de baseball au pied de leur lit. Je dis ça de même là…

    • Répondre Sabrina Veillette 28 janvier 2013 a 14 h 48 min

      @ Samia: Je te crois ! Un de mes anciens copains prenait grand soin de laisser un potteur de golf à côté de la porte d’entrée. Juste au cas où, qu’il disait. Continue de suivre Web et Mascara !

  • Répondre Audrey G. 28 janvier 2013 a 21 h 04 min

    Même avec un homme dans mon lit tous les soirs, j’ai un couteau de chasse dans ma table de chevet, en quelque part entre de la poudre de miel et des plumes duveteuses…

    • Répondre Sabrina Veillette 29 janvier 2013 a 1 h 07 min

      Tu fais bien ! On ne sait jamais ce qui peut surgir, que ce soit un voleur ou un loup-garou !

  • Répondre alexandragervai 29 janvier 2013 a 13 h 28 min

    Moi je veux voir ton pot à crayons, Chu sûre qu’on peut en faire quelque chose (j’ai bien un Wall-E qui trône dans mon salon :p )

    • Répondre Sabrina 29 janvier 2013 a 15 h 57 min

      HAHAHA ! J’pense que je l’ai ramené chez ma mère ! Cependant, j’ai maintenant un réveil-matin géant de Bratz de laquel je ne me débarasserais jamais !

  • Répondre [Mode & Vie] Dix choses que j'aurais aimé savoir avant de partir en appartement (Partie 2 de 2) | Web et mascara 7 février 2013 a 12 h 07 min

    […] donc la suite de mon billet précédent… les cinq dernières choses que j’aurais aimé savoir avant de partir en […]

  • Répondre à Sabrina Veillette Annuler le commentaire