Culture, Entrevues, Musique, Sorties, Spectacles

[Musique] [Entrevues] Maxime McGraw: un lancement d’album qui a tenu promesse

C’est au Cabaret Lion d’Or, mercredi 18 mars dernier, qu’a eu lieu le lancement du 2e album du chanteur Maxime McGraw : Changer d’air.

Cet album, qui devait agrémenter ses chansons d’une plus grande variété d’instruments, a tenu promesse. Mais encore mieux, ou plutôt différent du premier, on y trouve des rythmes plus enlevants, des paroles qui nous transportent dans un univers d’émotions tangibles. Lorsqu’il chante, Maxime McGraw nous fait voyager entre la douceur d’une histoire d’amour au chagrin d’une séparation.

IMG_20150319_195328

Maxime sur scène. Crédit photo: Josée Bouchard

C’est son ami Wilfred Le Bouthillier qui est venu rencontrer le public afin d’en faire la présentation, racontant qu’il lui avait laissé son numéro de téléphone après un concours de chant que ce dernier n’avait pas remporté. Le public présent a éclaté de rire lorsque Wilfred a mentionné que le jeune chanteur l’avait rappelé deux semaines plus tard pour lui demander de l’aide, mais que c’était pour lui emprunter “20 piasses”. Il a tout de même spécifié que la dernière partie de l’anecdote était inventée.

IMG_20150319_183949

Wilfred LeBouthillier et moi. Crédit photo: Josée Bouchard

Dès son entrée sur scène, Maxime semble dans son élément. Il tape du pied, suivant le rythme en grattant sa guitare. Il improvise quelques phrases démontrant son sens de l’humour et de la répartie, ce qui le rend encore plus attachant.

En dehors de son talent musical (ses chansons feront partie de ma playlist à coup sûr), il s’assure un avenir dans le milieu par son charisme irrésistible. Il a appris à charmer… Sourire en coin, les yeux mi-clos, il a causé tout un émoi aux femmes autour de moi qui ne se gênaient nullement pour se laisser enjôler.

Son disque est un bonbon du début à la fin. La “p’tite femme” en moi, originaire de la Gaspésie, s’est sentie appelée par la mer. Il a créé chez moi, par sa musique et ses paroles, un besoin irrépressible de retourner à mes racines.  

Entourée d’Acadiens à l’accent rond, cette soirée était aussi agréable qu’une soirée sur la plage avec une guitare, un feu immense et quelques glacières pleines à craquer. La chaleur de ces gens nous donne envie de faire partie de la gang de chums et de se joindre à eux Juste pour une bière.

IMG_20150319_200005

Maxime McGraw et moi. Crédit photo: Josée Bouchard

Alors que Maxime semblait très timide lors de son premier album, que son malaise était décelable lors d’entrevues, je ne pouvais faire aucune comparaison avec l’homme qu’il est aujourd’hui. 

En entrevue, il était calme, souriant, accueillant. Je ne doute pas de la tempête qui devait l’habiter à quelques minutes de monter sur scène pour présenter son “bébé tout neuf”, comme il l’a mentionné, mais il n’en laissait rien paraître. 

Voici l’entrevue que Maxime a gentiment accepté d’accorder à Web & Mascara :

W&M : Est-ce que le choix du titre Changer d’air pour ton album était un jeu de mots faisant référence au nouveau son de tes chansons et à l’ère actuelle?

Maxime : Oui. J’avais envie de dire aux gens qu’il faut recommencer à laisser toutes les technologies de côté et de parler au monde en face. Un texto ça passe un message, mais un coup de telephone, ce n’est pas plus long, mais tellement mieux. (Il jette un oeil aux deux cellulaires que j’ai déposé sur la table). Je ne juge pas personne. Moi aussi je texte et je vais sur Internet le nez collé sur mon téléphone, mais le monde irait bien mieux sans ça.

W&M : Ta chanson Juste pour une bière raconte ta rencontre avec ta conjointe Josée. Comme tu as composé la musique, de quelle façon en es-tu arrivé au résultat final?

Maxime : En fait, j’ai rêvé à cette chanson-là. Je voulais mettre les bons mots sur la musique. Je savais à qui demander. J’ai appelé Bruno Labrie. Je lui ai expliqué dans mes mots ce que je souhaitais. En moins de 12 heures, il avait réussi à composer les paroles qui décrivaient exactement ce que j’avais voulu raconter.

W&M : Habituellement, lorsque des chanteurs ont l’accent typique d’une région, lorsqu’ils chantent on n’entend pas celui-ci. Je remarque que même en ce moment, il est inaudible. Est-ce que c’est conscient?

Maxime : Je pense que je le perds à force d’être moins dans mon coin. Quand je rejoins mes chums, il revient et là, je me remets à parler “Fa longtemps qu’on s’est revu! T’étâ où”.

Devant un homme aussi sympathique qui a un talent incroyable, une seule conclusion possible : dans un avenir pas si lointain, le nom de Maxime McGraw se retrouvera sur toutes les lèvres!

Un merci particulier à Simon Robitaille pour son accueil à mon arrivée et pour l’attention qu’il a eu en sachant que je venais pour Web & Mascara.  

Suivez Maxime sur Twitter : @MaximeMcGraw

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire