Histoire de filles

[Société] De quoi je me mêle!

Message d’intérêt public ou le jour où j’ai eu besoin de me vider le cœur!

Salut toi! Oui oui, toi là-bas qui me dévisage! C’est à toi que je parle! Quoi, je te dérange? Tu n’as pas le temps de lire mon article parce que t’es trop occupée à juger les autres? Prends dont juste deux secondes pour t’arrêter et lire ceci. Ça pourrait être pratique dans tes relations interpersonnelles à venir :

Tu te rappelles le jour où tu m’as arrêtée à l’épicerie pour me dire que mon garçon de 18 mois ne devrait pas porter un sac à dos à son âge? Tu t’en souviens? Est-ce qu’il t’es venu à l’esprit de te renseigner sur la situation avant de me faire passer pour une mère insouciante? Si tu avais pris 30 secondes pour me poser la question, je t’aurais répondu avec plaisir que mon garçon est en traitement d’antibiotiques par intraveineuse pour un mois et qu’il doit porter son sac à dos 24 heures sur 24 pour traîner la pompe qui lui administre son médicament.

Tu ne voulais pas me déranger en me demandant pourquoi il portait ce sac à dos? Ah! Je comprends! Mais, tu ne t’es pas gênée pour venir me juger devant tout le monde avec tes conseils de fond de sac de vidanges. Pour ça, par exemple, tu en avais du temps!

Si tu avais continué ton investigation, toi, ma Sherlock Holmes des pauvres, tu auras aussi pu voir que les cernes sous mes yeux (ceux d’une maman qui n’a pas dormi depuis les 8 dernières nuits après être restée au chevet de son garçon à l’hôpital Sainte-Justine) n’étaient certainement pas prêts à accueillir ton commentaire inutile avec le plus grand des sourires.

Sérieusement, tu t’attendais à quoi? “QUOI!!!! J’ai mis un sac à dos à mon garçon de 18 mois sans m’en rendre compte, je détruis le dos de mon garçon volontairement à grands coups de bretelles ajustables!!!! Ouf! Merci étrangère d’en avoir fait le constat! Je suis une mère indigne!! QU’ON COURONNE DE FLEURS CE HÉROS MYSTÈRE!!!

Non! Tu as seulement eu le droit à mes yeux qui t’ont fusillé en te disant que mon garçon était malade et ne portait pas ce sac à dos pour le look. Pourtant, j’en aurais eu tellement plus à te dire. Je serais même allée prendre un café avec toi pour essayer de comprendre ta logique illogique quand il te vient en tête des commentaires aussi caves.

C’est aussi toi qui demande à la fille de combien de mois elle est enceinte alors qu’elle ne l’est pas; c’est aussi toi qui va couper une conversation entre amis pour donner ton opinion qu’on a clairement pas demandée; c’est aussi toi qu’une fois nous avoir dévisagé des pieds à la tête, s’en va faire trois ou quatre pas plus loin pour critiquer notre look à ton amie en croyant qu’un mur INVISIBLE s’est créé entre nous. C’est tout toi ça! Et tu sais quoi? Je te déteste.

Ma situation n’est pas la pire. Mon garçon pourra enlever son sac à dos dans quelques semaines et pourra avoir l’air d’un enfant de 18 mois “normal” rapidement, mais cette situation m’a quand même fait réfléchir aux parents et aux enfants qui vivent des situations clairement plus difficiles que la nôtre. Des enfants défigurés, en chaise roulante ou avec des handicaps apparents. Je me demande comment ils font pour faire face tous les jours à ces commentaires ridicules là. Je n’ai pas beaucoup d’expérience comme parent d’enfant malade (et je ne souhaite d’ailleurs pas en avoir davantage), mais je sais que moi, c’est avec grand plaisir et patience que je prends le temps d’informer les gens curieux de la situation de mon garçon. Prendre le temps de nous questionner est clairement preuve d’intelligence, d’ouverture d’esprit et d’empathie face à notre situation. Et ÇA… Ça, ça nous fait du bien, pas tes opinions, pas tes suggestions, pas tes “Entk, je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas”  JUSTEMENT!! Mêle-toi de ce qui te regarde et continue ton chemin pour qu’on ne se recroise pas prochainement.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

5 Commentaires

  • Répondre Maxime Tremblay 15 octobre 2013 a 17 h 24 min

    Bien dit !

    Et j’ajouterais ceux qui jugent la taille de t’es enfants, ou bien qu’ils disent “Ah le beau petit garçon” alors que ta petite fille est toute habillée en rose de la tête aux pieds.

    À tous ceux qui passent un commentaire pour avoir ton attention inutilement. Fuck you. ????

  • Répondre Marie-Cath 15 octobre 2013 a 22 h 49 min

    Oh m’y god! Je t’aime! Les miens ont des petits bobos comparé à ton ptit bonhomme syndrome de duane; il a un œil paralysé s’il regarde à droite donc on dirait qu’il louche à temps partiel… Et j’imagine qu’il y a quelque chose dans mon visage qui me fait paraître incompétente mais j’ai souvent droit à des avis médical non-médical dans les allées de l’épicerie et les stationnements de centre-d’achat. …

  • Répondre Marie-Eve 15 octobre 2013 a 23 h 17 min

    J’avais meme pas remarqué son sac à dos tellement ton fils est trop beau ! Et puis comme tu dit, elle avait juste a se renseigné avant de te dire des connerie pareil. Sérieusement la…si on se mêlerais tous de nos affaire le monde tournerais tellement mieux.

  • Répondre Jean-Sébastien 18 octobre 2013 a 8 h 55 min

    Ce qui est amusant avec ca, c’est que tu as agit de la même facon; aucune explication. T’as attendu d’avoir une tribune et te plaindre, un peu comme le fait cette juge-pour-les-pauvres avec ses amies lorsque elle dévisage quelqu’un sur son look. Après son commentaire indiscret, une brève explication du problème de ton enfant aurait pu, premièrement, lui fermer la gueule d’un coup de fouet, deuxièmement, lui permettre de s’exprimer de facon appropriée (genre Oh mon dieu j’en suis désolé je vous souhaite que tout cela se règle au plus vite bla bla bla bonne chance…). Je comprends parfaitement que la situation peut être frustrante, mais éduquer l’individu peut changer petit à petit les comportements indésirables.
    J’ai moi même été un enfant très malade et passé plusieurs séjours à l’hopital étant jeune. Ma mère, qui travaillait à l’hopital elle-même, a pris le temps de m’expliquer mes différentes maladies (je n’avais pas 1 an et demi j’en conviens). Bref, j’étais en mesure de répondre facilement aux questions venant des étrangers: qu’est-ce qui est arrivé à ton oeil mon petit bonhomme? C’est la “différence” qui amène les questionnements et trop souvent, les jugements atifs. Ce n’est ni de votre faute, ni celui de l’enfant s’il est malade. Alors pourquoi se frustrer du questionnement des autres?

  • Répondre Yannick 21 octobre 2013 a 20 h 23 min

    Ça te défoule clairement d’écrire ce texte et ça soulage tout le monde qui le lis. Y’a trop de gens pauvres d’esprit et riche de “commentaires” de ce genre. Dans ma famille, nous avons une soeur atteinte d’autisme et de trisomie. Personnellement, j’ai arrêté de me préoccupé de ce que les autres pouvant porter comme jugement silencieusement le jour où j’ai compris qu’elle se foutait éperdument des autres et que c’est nous qui l’accompagnons en public qui avons se sentiment du jugement . Elle a cette force, que je n’aurai jamais, mais maintenant je prends exemple d’elle et on s’en sacre ! Ton kid est vraiment solide avec un sac, dessine un gros signe de piasse dessus, ils penseront que tu t’en est servi pour cambrioler une banque espèce de mère indigne 😉

  • Laisser un commentaire