Histoire de filles, Société

[Société] Overdose d’inspirant

Ceci est en quelque sorte un anti-billet. S’il vous inspire, tant mieux, mais ce n’est pas mon objectif.

Parce que, pour être honnête avec vous, je suis un tantinet épuisée de me faire parler d’inspirant et de lumière et de s’écouter et de trouver son chemin et de boire des smoothies vert et de se purifier et de méditer et de manger des graines de lin et de ne pas manger de pain et de faire du crossfit et de faire de la course et d’aller en voyage en Thaïlande et etc. etc. etc… La liste pourrait être bien plus longue.

Incohérente je suis, vous me direz?

Oui. Vous avez raison.

Parce que je suis la première à vouloir être inspirée et à avoir espoir d’inspirer les gens à mon tour. C’est notamment pourquoi il m’arrive (très souvent) de lire des livres psycho pop, d’écrire des billets de réflexions sur mes réflexions personnelles, et de participer à des événements qui se veulent inspirants.

Trop souvent peut-être?

Il faut croire que je ne suis pas la seule, si je me fie à ce qui se passe depuis un certain temps dans la sphère des médias sociaux et autour de moi, c’est-à-dire que tout le monde (je généralise, mais disons, beaucoup de monde) se met à écrire de façon très très sérieuse sur la lumière et sur s’écouter et trouver son chemin et boire des smoothies vert et se purifier et méditer et manger des graines de lin et ne pas manger de pain et faire du crossfit et faire de la course et aller en voyage en Thaïlande et etc. etc. etc.

C’est ben mon problème dans l’fond. Je n’ai qu’à mieux gérer ma consommation d’inspirant pis c’est toute.

Mais pourquoi autant d’inspirant?

Source : instagram.com/socalitybarbie/

Source : instagram.com/socalitybarbie/

 

Parce qu’on en a besoin? Parce qu’on est perdu? Parce qu’on cherche un sens à notre vie? Parce qu’on ne croit plus en rien pis qu’on a besoin de croire en quelque chose? Parce que de nos jours, les possibilités sont tellement infinies qu’on ne sait plus où donner de la tête?

Je me demande si, dans ce contexte de «sans limites, pas de barrières», on n’a pas juste tendance à carrément se perdre dans l’champ.

Un champ de blé ou de graines de lin, je vous laisse décider, selon vos convictions.

Au cégep, dans mon cours de sociologie, je me rappelle qu’un jour, on a abordé le concept d’anomie, du fondateur de cette science moderne : Émile Durkheim.

Source : socialsciencespace.com/

Source : socialsciencespace.com/

Pour faire une histoire courte, l’anomie, c’est «une situation sociale, caractérisée par la perte ou l’effacement des valeurs (morales, religieuses, civiques…) et le sentiment associé d’aliénation et d’irrésolution. Le recul des valeurs conduit à la destruction et à la diminution de l’ordre social : les lois et les règles ne peuvent plus garantir la régulation sociale. Cet état amène l’individu à avoir peur et à être insatisfait, ce qui peut conduire au suicide. L’anomie provient du manque de régulation de la société sur l’individu. Il ne sait comment borner ses désirs, souffre du mal de « l’infini ». »

Le mal de l’infini. Bien dit mon Emile.

Moi la première, il m’arrive de le ressentir, ce mal de l’infini. Pis, malgré que j’aie adhéré à la course, au yoga et à la méditation, je pense qu’il faut faire attention à l’overdose d’inspirant.

Faisons donc ce qu’on veut dans la vie. C’est pas plus compliqué que ça, quand on y pense deux minutes. Tant que ça fait du sens pour nous. Moi, je ne suis pas une fan des smoothies vert, pis je ne fais pas de crossfit non plus. Pis mon champ, et bien c’est un champ de blé, parce que j’aime ça, le pain. Jugez-moi si vous voulez, je vais en manger pareil.

Mais je vous avoue, il m’arrive parfois d’en acheter une sorte avec des graines de lin dessus…

Cela dit, le défi de notre monde infini de l’anomique, c’est peut-être simplement d’installer nos propres barrières dans notre champ sans limites?

Je ne vous en voudrai pas si vous avez cessé de lire mon billet au premier paragraphe ou si vous avez décidé de ne pas le lire pantoute. Je vous comprends très bien même.

Et si vous vous êtes rendus à cette ligne, je vous annonce que vous avez presque lu mon billet au complet. Je vous comprends très bien aussi même.

Et je suis vraiment désolée si j’ai contribué à votre overdose d’inspirant.

Consommez avec modération, qui disent, ça a bien meilleur goût.

Note : les photos de ce billet sont tirées de l’inspirant compte Instagram de Socality Barbie (sauf celle d’Émile Durkheim, évidemment). 

Source : instagram.com/socalitybarbie/

Source : instagram.com/socalitybarbie/

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre [Général] Cheers! | Web et Mascara 4 janvier 2016 a 11 h 46 min

    […] nous parlait de sa surdose d’inspirants (son article ici!), et effectivement, notre fil d’actualités Facebook est pas mal constitué d’articles ou de […]

  • Laisser un commentaire