Art de vivre, Général, Sorties

[Sorties] Adrénaline junkie :: Avoir la tête dans les nuages

 

Quand Caro était de passage chez moi cet été, en direction de son saut en bungee, on a discuté de mon expérience passée au Great Canadian Bungee (et la sienne à venir!). Après avoir lu ses aventures, j’ai eu envie de vous partager la mienne en parachute chez Parachutisme Adrénaline.

 

parachutisme-adrenaline-banner

 

J’avais acheté un coupon à rabais pour un saut en parachute en février dernier. J’avais d’abord affiché l’offre sur mon mur Facebook avec un message du type « qui m’aime me suive ». Je devrais peut-être y comprendre un message non subtil ici ( 😛 ), mais outre les « oh wow, c’est ben cool. Je veux y aller aussi. Laisse-moi juste vérifier x,y raison », y’a personne de mon entourage qui en a acheté un en bout de ligne. Tannée de toujours attendre que ça « adonne » pour les autres, j’ai acheté mon billet en me disant « au y’able les autres, moi je fonce! »

 

J’ai pris rendez-vous avec Parachutisme Adrénaline un peu à la dernière minute. En fin août, pour être exacte, juste avant que le coupon expire. Inconsciemment, je crois que je repoussais toujours le moment de prendre rendez-vous parce que je ne voulais pas le savoir trop d’avance, pour ne pas stresser. En étant à la dernière minute, je n’avais plus le choix : c’était là ou jamais!

Quelques clics de souris sur leur site Internet et j’ai booké mon saut, deux jours plus tard. Yééé!

Ensuite, hop! Direction St-Jérôme accompagnée de mon ami photographe qui était, je crois, certain que j’allais chocker. Erreur!

Il faisait beau, la vie était belle. J’étais confiante et j’avais hâte à mon saut jusqu’à ce que je (stupidement) demande à mon ami s’il y avait des risques que je m’écrase au sol…

Je SAIS qu’il y a des risques dans toute chose. Mais j’avais besoin/envie de me faire réconforter. Je n’ai pas demandé à la bonne personne… Cette personne est le genre de gars qui ne peut juste PAS te mentir. Surtout si ça implique de devoir se foutre de ta gueule un peu plus.

Bref, il m’a dit en long et en large mes chances de survie Et moi je me dis « Eh merde… j’ai CHOISI ça… Pire encore, j’ai PAYÉ pour ça. Quelle conne! »

À l’accueil, la dame te pèse (est-ce que j’ai besoin de préciser que j’ai trouvé une excuse pour faire sortir ledit ami du bureau), on te remet les papiers et là, la gentille demoiselle me dit que JE SUIS CHANCEUSE parce qu’il commence à y avoir pas mal de nuages et de vent, mais que ça devrait être correct pour faire sauter mon groupe. Mais le prochain, ce n’est pas sûr.

Les lunettes donnent un look D'ENFER!

Les lunettes donnent un look D’ENFER!

DEVRAIT. ÊTRE. CORRECT.

Wait, what? C’est pas 100% safe là?!!

J’ai stressé comme ça jusqu’à… environ 30 minutes avant mon saut. Là, allez savoir pourquoi, le plaisir et l’anticipation sont embarqués et le stress est tombé. J’avais hâte. TRÈS hâte.

 

Après avoir signé plein de décharges te mentionnant au moins 5 fois que tu peux MOURIR et que même les héritiers de tes héritiers n’auront pas le droit de leur réclamer quoi que ce soit (désolée mes fils, vous n’auriez pas eu un grand héritage sur ce coup-là il faut croire), on nous fait jouer une vidéo qui montre les différents sports aériens, puis les techniques de saut et la position à adopter en vol (ne m’en demandez pas plus, j’ai RIEN retenu de tout ça, j’étais ben trop excitée!)

Puis, un instructeur donne un cours au groupe sur la position à adopter à nouveau (toujours rien retenu…!) et on rencontre ENFIN notre accompagnateur en tandem.

Bonus point pour moi, yé cute. Double bonus, ça fait 14 ans qu’il saute en parachute. JACKPOT!

Dans mon excitation, et avec mon humour « particulier », j’ai demandé à mon instructeur de sauter en premier, comme ça si notre parachute n’ouvre pas quelqu’un d’autre peut nous ramasser en vol. Mais d’un air complice, il m’a gentiment fait savoir qu’on sautait en dernier, comme ça s’il n’ouvre pas, on va aller se déposer sur le parachute ouvert d’un autre. Un gars qui a la survie dans le sang, j’aime ça. On voit déjà qu’on va bien s’entendre lui et moi! #DreamTeam #Survival #TousLesMoyensSontBons

Pour être gentille, je vais faire ça bref concernant la montée en avion et simplement dire qu’on a atteint l’altitude voulue. Mais en toute honnêteté, j’avais hâte en maudit de sauter! Baswell que ça shake ces petites bébites-là! On est loin du gros 747 qui t’amène à Cuba chaque spring break! En plus, on est tous tassés comme des sardines (10 personnes dans ce joli coucou) et on est accroché à notre instructeur « plus serré qu’on ne l’aura jamais été avec un homme », comme disait l’autre pendant la formation au sol.

Mon instructeur me rappelle la position à adopter (ça fini par rentrer dans ma tête : position caca dans le bois avant de sauter de l’avion, puis position banane une fois dans les airs. Got it!) pendant que les autres disparaissent dans les nuages. Puis notre tour arrive.

Et là… je n’en peux plus. Tout ce que je veux, c’est me lancer dans le vide!

J’avais peur de choker et que l’instructeur doive me pousser en bas. Erreur! J’étais prête. Je voulais y aller.

En plus, comme dans un rêve, on a sauté directement dans un nuage!!!! C’était fé-é-ri-que.

Je crois que le mot que j’ai le plus dit est « wow », vidéo GoPro à l’appui. Parce que c’était le seul mot de circonstance.

Wow, la vue est magnifique. Wow, le feeling de chute libre est magique. Wow, j’ai eu le guts de le faire. Wow, notre parachute s’est ouvert! 😛

Après environ 25 secondes de chute libre, (ça paraît court, mais honnêtement, dans les airs, ça a paru long. Pas interminable, mais plutôt une agréable longueur qui m’a permis d’en profiter comme je le voulais) une petite tape sur l’épaule m’a avisée de remettre les mains sur les courroies, et notre parachute s’est ouvert.

Mon instructeur, en toute bonne foi (et ne sachant sûrement pas vraiment où se trouve mon petit village) essayait de me pointer des montagnes et autres points de repère pour me montrer c’était où chez moi. C’était bien essayé, mais je ne pense pas qu’il savait vraiment où se situe Rigaud. C’est pas grave, j’ai adoré me faire détailler le paysage vu des airs.

À un certain moment, mon instructeur a repris les commandes pour me dire « ah, on va essayer de juste effleurer ce nuage plutôt que de passer dedans, pour pas entrer en collision avec quelqu’un d’autre ou quelque chose ». Encourageant? Not!

Crédit photo : LC Photographie

Crédit photo : LC Photographie

Puis, magie. J’ai eu la chance de manœuvrer le parachute. L’instructeur m’a remis les commandes de cette toile qui nous sépare de la mort. Petit moment d’ivresse où on se sent vraiment en contrôle total de sa vie.

Juste avant notre descente finale, mon instructeur, un peu plus téméraire (j’ADORE!!!) que les autres, nous a fait faire des virages serrés où on s’est presque ramassé à l’horizontale (tk moi dans ma tête on l’était totalement, ok?) et on a atterri… Sur les fesses!

Mon meilleur souvenir? Le goût particulier des nuages, entre fraîcheur et eau vive, et le sentiment de liberté totale qui m’a habitée.

 

Merci Parachutisme Adrénaline pour cette expérience incroyable. On se revoit au printemps pour ma formation de parachutisme autonome (PAC)!

 

Et vous, vous êtes-vous déjà envoyé en l’air? 🙂

 

 

Crédit photos : Parachutisme Adrénaline et LC Photographie
Collage photos : Audrey Gauthier

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire