Sorties

[Sorties] Mon expérience au Salon du livre de Montréal

C’est entre retomber en enfance et découvrir un nouvel univers littéraire que je me suis retrouvée.

Si ce Salon du livre édition 2013 fut spécial pour moi, c’est parce que c’était mon tout premier à Montréal. Mon baptême dans ce lieu de littérature si coloré. C’est donc toute excitée que j’ai traîné ma sœur et mon beau-frère à cet événement, nous réchauffer au milieu de cette atmosphère féérique en cette journée de premiers flocons de neige.

Nous avions quelques heures avant la fermeture du salon, et pourtant j’ai l’impression de ne pas en avoir eu assez. Nous savions où nous allions en premier lieu, mais n’avions rien planifié pour la suite des évènements. Et croyez-moi, les surprises n’en furent que plus enrichissantes.

Première étape :direction séance de dédicace de mon auteur favori découvert il y a deux ans seulement, Dany Laferrière. L’ayant râté l’an passé, parce que mon horaire ne me permettait pas de me rendre jusqu’à ce superbe salon, il était MA priorité. En pénétrant au premier niveau, je fus émerveillée par toutes les couleurs des livres qui décoraient les kiosques. Moi qui suis une maniaque du livre neuf, voir toutes ces œuvres alignées me donnait l’impression d’être dans un musée. On marchait d’un pas pressé pour retrouver Dany, mais mon regard ne pu s’empêcher de tomber sur les affiches présentant la dernière BD d’Astérix. Je me suis dis que je m’y arrêterais au retour, pour voir l’ouvrage de plus près. Mais ça, c’était sans prévoir que le temps passerait à une vitesse fulgurante.

Arrivés au niveau 4, tous les kiosques nous attiraient. Il suffisait de regarder au plafond les différentes plateformes pour nous indiquer les maisons d’édition présentes. Mais il nous fallait trouver le numéro 100. Ma sœur, tellement organisée, s’était déjà munie du programme avec le plan de salle à l’intérieur. À quelques pas de notre destination, je voyais déjà Dany assis derrière une petite table en train de signer un de ses ouvrages à un visiteur. On s’est rapidement mis dans la file et en quelques minutes, je me trouvais devant Dany, toute intimidée. J’ai eu droit à une superbe dédicace sur son dernier roman que j’ai acquis :  Journal d’un écrivain en pyjama, publié chez Mémoire d’encrier, ainsi qu’à une superbe photo avec lui

Moi et Dany Laferrière

 

 Une de mes amies travaillant à ce kiosque nous indiqua ensuite qu’allait commencer un jam littéraire au pavillon« Haïti. » Curieux, nous nous retrouvâmes à siroter un petit verre de vin rouge en compagnie d’auteurs, la plupart haïtiens, nous faisant la lecture de certains passages de leurs œuvres. Fascinés par la richesse et la poésie des textes, nous avions l’impression que le temps s’était arrêté. Nous avons pu découvrir Bonjour voisine, œuvre rassemblant une cinquantaine d’écrivains québécois et haïtiens, écrite sous la direction de Marie-Hélène Poitras, et de nombreux auteurs comme James Noël, Anthony Phelps, Jean-Robert Léonidas ou encore Gary Klang. On a d’ailleurs partagé un excellent moment à jaser avec ce dernier parce que mon beau-frère a bu ses paroles et n’a pas hésité à l’approcher pour parler de son roman Monologue pour une scène vide, dans lequel il aime à dire qu’il dévoile au grand jour ce que les gens pensent tout bas. C’est un homme fascinant et bourré d’humour et j’ai hâte de me plonger dans cette lecture. Je sais que mon beau-frère me prêtera ce livre lorsqu’il l’aura terminé 😉 

IMG_1038

Je me suis laissée prendre au jeu de la découverte. Évidemment, je n’ai pu résister à compléter ma collection de Dany Laferrière en me procurant Tout bouge autour de moi et Les années 80 dans ma vieille Ford. Oui, parce que je me suis lancée dans ce défi (qui est plus un plaisir en fait) de lire tous ses romans. C’est à ce salon que je me suis rendue compte qu’il risquait de me ruiner mon Dany, parce qu’il y en a bien plus que j’imaginais et en publie plus vite que je n’en lit ! Mais je ne me suis pas arrêté là. Conseillée par mon amie, je me suis laissée tentée par L’amant du lac, de l’amérindienne Virginia Pésémapéo Bordeleu. Il s’agit d’une première pour moi. En plus, c’est un roman érotique. Comme j’ai dit, je voulais ouvrir mes horizons. Peut-être vous en parlerais-je dans un autre billet 😉

IMG_1042Parce qu’il ne restait plus beaucoup de temps et que je voulais quand même sillonner les différentes allées du Salon, je me suis enfouie dans la catégorie jeunesse où je suis tombée en amour avec le coffret de La vie compliquée de Léa Olivier, écrit par Catherine Girard-Audet. Si seulement j’avais des petites nièces! J’aurais fondu pour cette belle idée de cadeau de Noël !!!  Me retrouvant comme une gamine, j’ai déambulé dans cet univers enfantin   en passant par les petites expositions de Titeuf et de Spirou, et je me suis retrouvée nez à nez devant des nouvelles BD Garfield, que je dévorais étant petite 😀 

 

Déjà la fin du salon… Je dois encore passer voir un ami avec qui j’ai étudié en création littéraire à l’UQAM. Simon Normand a publié son premier roman et est même en séance de dédicace 😀 Moi qui suivais ses écrits et qui devais même les commenter en cours d’atelier, je savais que j’aimerais me plonger dans la fiction de L’Apocalypse selon Marc, jour 1. Je me devais de l’encourager ANYWAY. Tout comme je l’ai fait en achetant l’œuvre Traversée de l’Amérique dans les yeux d’un papillon d’une de mes professeurs de littérature, Laure Morali.

Finalement, c’est en quittant que j’ai remarqué le kiosque de la Fondation pour l’alphabétisation.  Ils étaient là pour faire la promotion de leur magnifique campagne La lecture en cadeau. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’offrir un livre neuf à un enfant issu d’un milieu défavorisé âgé de 0 à 12 ans. Audrey B. nous en avait d’ailleurs parlé l’année dernière. Vous avez encore tout le mois de décembre pour faire ce don magnifique en glissant un livre neuf dans la boîte prévue à cet effet dans de nombreuses librairies et bibliothèques participantes, que vous pouvez trouver ici.

Je vous ai parlé tantôt de la joie que  me procure l’effet d’un livre neuf entre mes mains…  Je ne peux que participer pour que ces enfants ressentent le même plaisir. 

En résumé 

M’attendais-je à autant d’achats? Absolument pas. Mais n’en regrette aucun. J’ai hâte de me plonger dans mes nouvelles lectures. M’attendais-je à me retrouver dans l’univers de la littérature haïtienne durant plus de la moitié de mon expérience au Salon ? Encore moins. Et que fut le bonheur qui m’a envahit. J’ai déjà le goût d’y retourner. Parce que si à première vue on a l’impression de se retrouver dans une librairie gigantesque, il s’agit surtout de rencontres, d’échanges, de nostalgie et d’ouverture. Je ne doute absolument pas que chaque expérience doit être unique à chacun de nous.

Alors vous, quelles sont vos découvertes? Quelle expérience du Salon du livre pouvez-vous nous raconter? On adore les histoires !

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire