Art de vivre, Sorties

[Sorties] Mon expérience au salon Sexapalooza

C’est un peu à reculons que je suis allée faire un tour au salon Sexapalooza. Pourquoi à reculons? Non, je ne suis pas une sainte-nitouche. C’est que je suis restée accrochée sur cette ligne, alors que je me renseignais un peu sur le salon, la semaine dernière : 

“Les caméras sont les bienvenues au spectacle, mais il n’y aura pas de photographie dans le donjon.”

Eum. Donjon? J’ai carrément dit à Lyne “Tu m’envoies où toi là?” Bon, je m’attendais inévitablement à une section axée sur le sado-masochisme (BDSM), mais pas à un DONJON! Il fallait quand même que j’aille voir, mais je m’attendais à devoir descendre dans les profondeurs obscures du Palais des congrès et à me retrouver dans une salle secrète du Vieux-Montréal, toute en pierre d’antan, à l’atmosphère sinistre, à des gens en cagoule, à voir des démonstrations live (cachée derrière mes mains!) et à entendre des coups de fouet sur une personne... Évidemment, mon entourage (dont mon chum) était tordu de rire. Heureusement, ma précieuse amie Claudine venait avec moi. Au moins, je savais que j’allais rire!

Nope_Cat… Finalement, c’était un kiosque d’exposant avec une plus grande surface que les autres, “caché” derrière des rideaux rouges (parce qu’on pouvait tout voir en passant simplement devant, sans entrer) avec quelques “outils” et des gens habillés en cuir… Les femmes étaient, en général, très belles, mais les hommes, j’avais comme un GROS malaise. Tsé le genre gros motard moustachu là? Qui te fait des ptits sourires coquins quand tu passes? Je sais que c’est le but, mais NOPE. D’ailleurs, un de ces hommes, le genre qui aurait pu jouer dans Crocodile Dundee, nous a accueilli avec un marteau-piqueur à plus petite échelle… avec un dildo sur le bout… Il se trouvait ben drôle, moi je savais pas trop comment réagir (et un ÉNORME merci à Claudine de m’avoir accompagnée, car je me serais probablement sauvée après ça!!!) Oh, d’ailleurs, nous y sommes retournées plus tard (parce que la première fois, il ne se passait pas grand chose). On s’approche, car il y a beaucoup de monde. Ah, les gens peuvent essayer. O.O Ok, fiou, rien de si pire. Juste du minouchage en tenant quelque chose qui semble donner de légers chocs électriques. Ah, une autre fille en bas-filets et en suit de cuir assez révélateur se fait attacher (pour avoir adoré 50 shades of Grey, ça semblait hot dans ce genre-là, donc pas trop de traumatisme de ce côté). Et comme nous étions dans la première rangée, une fille, derrière la corde qui limite le “terrain”, s’approche de nous (de façon un peu trop coquine) et nous dit d’une voix mielleuse “hey, wanna try?” NOPE EXPOSANT 10.

Ce fut assez pour le donjon. Jme suis même mise les mains sur la bedaine et j’ai dit “Bébé, regarde pas!!!” Fous rires de Clau.

Et alors, mes impressions?

Mis à part le donjon (en fait, les exposants du donjon) qui m’a un peu troublée (mais pas autant que ce à quoi je m’attendais), le reste de l’exposition n’était pas aussi fantastique que ce à quoi je m’attendais. Je croyais assez fermement que j’allais me promener les yeux grands ouverts, limite traumatisée, mais non. J’ai été plus impressionnée à ma première visite à la boutique Séduction sur la 40…

 

Il y avait très peu d’exposants et ils ne présentaient pas tant de produits diversifiés. Bon, ok, j’ai trouvé un dildo MONSTRE (du genre que tu rentres ça et tu touches clairement à ton estomac… et adieu à l’élasticité après ça), mais sinon, je m’attendais à plus. BEAUCOUP plus. Nous avons trouvé un kiosque de lingerie (et c’était une exposante en lingerie qui te faisait comprendre que c’était ça, parce que tout était plié en format emballage sur la table dans des sacs de plastique, donc pas accrocheur à l’oeil), un kiosque de sous-vêtements pour monsieur (rien de plus excitant que Caleçons vos goûts, avec un exposant qui disait à tout le monde qu’il était Italien… ok on s’en fout tu?), un seul kiosque de parties génitales en chocolat (hahaha, il FALLAIT qu’on ramène quelque chose à nos chums hen! Allez les vagins et les seins en chocolat, par ici!) Sinon, pour le reste, ben c’était le sex shop à côté, dans le noir, avec de la grosse musique (genre Usher, Pitbull, Ke$ha). Rien de ben ben excitant.

Sexapalooza_1Lorsque nous sommes arrivées, le show de burlesque venait de se terminer. Crotte de bouc, s’il y a ben un spectacle que je voulais voir, c’était bien celui-là! Bon, prochain show? Lit de bondage. Eum, okay, on peut attendre pour le voir, question d’en voir un…

À l’entrée, vous aviez des montages pour prendre des photos… Dont un vagin géant. Bon, je trouvais ça ben drôle, mais de là à prendre une photo dedans, non c’est correct… J’en suis encore à me demander comment mon bébé va sortir de moi considérant qu’elle va faire au moins 20 cm de large… On va laisser faire les photos dans un vagin! MAIS, j’en ai vu passer sur mon Facebook! 

Nous sommes repassées à peu près 30 fois devant un kiosque d’huiles à massage. OMG ÇA SENTAIT BEN TROP BON. Mais comme les exposantes ne semblaient pas trop vouloir laisser leur conversation de côté pour venir nous jaser, nous n’avons pas pu mettre le doigt sur l’odeur divine.

Ah oui, je ne peux oublier de mentionner un kiosque que j’ai VRAIMENT aimé : le kiosque de l’art érotique. Ce n’était pas seulement des images vulgaires. Elles étaient plutôt vraiment sensuelles. C’était vraiment beau de voir le travail et les détails des oeuvres. D’ailleurs, qui dit art érotique dit body painting. Une mannequin (super sympathique) était flambant nue, mais peinturée. Bon, c’était peut-être super beau, mais y faudrait me payer cher en maudit pour que je passe la journée toute nue recouverte de peinture. Mais le résultat était vraiment super (évidemment, la qualité de ma caméra de iPhone n’est pas à la hauteur de ce que ça avait l’air en vrai, mais ça vous donne une idée).

Sexapalooza_3

 

Juste à côté, il y avait un musée du sexe, où l’on expliquait sur de grands panneaux l’évolution et l’histoire du sexe. Nous ne nous sommes pas arrêtées pour lire, mais je trouvais l’idée super intéressante.

Mention spéciale au kiosque de renseignements sur le sida et les autres ITS. Et aux nombreux condoms que nous avons reçus. On est jamais trop prudents, vive le safe sex! Oh, et une autre mention spéciale au lubrifiant qui spécifie qu’il n’est pas contraceptif. HEIN, PAS POUR VRAI???

Et côté démonstration de produits, j’ai été assez heureuse de constater que ce n’était pas une démonstration live, dans le feu de l’action. À un des kiosques, une exposante super sympathique m’a fait essayé un lubrifiant (sur ma main, bien entendu) qui semblait être vraiment le top. Du genre qui ne colle pas (parce que je n’ai pas relavé mes mains avant de ressortir), qui repart lorsqu’on ajoute de l’eau, hypoallergène, à base d’eau, sans danger pour les condoms, sans danger pour les femmes enceintes (à la grosseur de ma bedaine, c’était assez dur à manquer!) et elle m’a spécifié qu’ils recevaient énormément de bons commentaires. Bon, tant mieux! Mais j’ai oublié de mémoriser le nom du produit (baby brain!)

Sexapalooza_2Puis, le show de bondage. C’était une démonstration d’utilisation d’un lit de bondage (qui devait coûter les yeux de la tête). La présentatrice demande à la foule qui souhaite être volontaire. Une dame, seule, dans la quarantaine, saute littéralement sur place en criant MOI MOI! (Excusez le vulgaire, mais mon Dieu, fourrez-là quelqu’un…!) Bref, l’exposant (qui ne parle seulement qu’en anglais, traduit par la présentatrice qui ne traduit finalement pas grand chose) attache la volontaire sur le lit (qui est un peu trop contente d’être là) et nous montre ce qu’on peut faire avec ce lit. Bon, ça semblait cool, mais j’ai clairement pas les moyens pour acheter ce lit (ni la place pour le cacher des enfants curieux). Il a aussi présenté un genre de ceinture (qui me rappelle les bretelles de déménagement, mais clairement pas aussi longues!) qui peut être utilisée dans 3 positions. L’idée était très bonne, mais nous ne sommes pas restées jusqu’à la fin de la présentation… La volontaire semblait avoir un peu trop de fun et ça m’a mise mal à l’aise!

Bref…

Je m’attendais vraiment à plus. Je suis un peu déçue. En plus, la grande majorité des exposants ne parlaient seulement qu’en anglais (ça ne me dérange pas personnellement, mais je pensais aux gens qui ne parlent pas un mot anglais, ils n’ont pas dû triper). Comme je l’ai dit plus haut, j’ai été plus impressionnée lorsque j’ai visité la boutique Séduction.. J’ose espérer que le Salon de l’amour et de la séduction est plus à la hauteur de mes attentes (quoique je ne suis vraiment pas sûre que je vais y aller… Un moment donné, ça revient tout au même!)

Cependant! J’ai fait un achat que je n’ai pas regretté!

Un sac à “sexy surprises” d’une valeur de 75 $, pour le prix de 35 $. Je n’ai pas pu résister. Et je ne regrette pas mon achat! 

Sexapalooza_4

 

Et vous, y êtes vous allés? Comment avez-vous trouvé l’expérience?

 

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire