Culture, Spectacles

[Reblog] [id] double : Une représentation artistique éblouissante

La semaine passée, j’ai eu la chance d’assister à un spectacle de danse contemporaine qui m’a tout simplement éblouie : [id] double.

Il s’agit d’un solo interprété par la talentueuse danseuse Laurie-Anne Langlis. Le jeune chorégraphe Louis-Elyan Martin désirait traduire la difficulté pour un artiste de vivre pleinement sa passion tout en tentant de conserver une certaine intimité et une certaine vie privée. Dilemme que lui aurait inspiré la vie tourmentée de la grande cantatrice Maria Callas, qui était tiraillée entre la femme sur la scène de la vie et celle sur la scène du théâtre. C’est en tombant sur l’une de ses entrevues que l’idée a fait son chemin dans l’esprit du chorégraphe et qu’il a finalement concrétisé son projet à l’aide de toute une équipe.

Dans une toute petite salle pleine de monde, les lumières se sont éteintes à 20h tapantes. Impatiente, j’étais prête pour constater comment la dualité de l’artiste allait être transmise au public.

Laurie-Anne est entrée en scène dans la pénombre et a commencé à s’articuler tout doucement devant nous, toute de noir vêtue. Au son de Casta Diva, titre préféré de Maria Callas tiré de l’Opéra Norma, de quelques bribes d’entrevue et d’une composition originale d’Antoine Berthiaume, Laurie-Anne nous a offert une prestation exceptionnelle, tant par la justesse de sa technique que par l’émotion qu’elle a su exprimer et susciter chez le public, qui semblait tout aussi admiratif que je l’étais. Dans une deuxième partie, c’est en blanc que la danseuse est revenue, plus fougueuse. Du début à la fin, on voit une lutte chez Laurie-Anne qui tantôt se freine, tantôt se dévergonde. Entre l’ombre et la lumière, on assiste à une véritable ascension. Le spectacle est d’une durée de 45 minutes et est réalisé à la perfection. Mon attention n’a pu être décrochée avant la toute fin car je ne voulais manquer aucun morceau – aucun regard, aucune parole, aucun silence, aucun mouvement.

Crédit photo : Claudia CHAN TAK & Nans BORTUZZO

Crédit photo : Claudia CHAN TAK & Nans BORTUZZO

J’ai été conquise et agréablement surprise de voir que cette pièce était d’une beauté et d’une sensibilité hors pairs. [id] double tente de traduire la double vie que Maria Callas menait : “Deux identités qui se livraient batailles sans cesse, dont une a pris le dessus sans qu’elle puisse s’en échapper, ce qui a conduit à sa perte.” (Louis-Elyan Martin) De mes yeux d’amatrice, l’objectif est de loin atteint; et selon moi, l’utilisation de Maria Callas est un beau prétexte utilisé de façon très efficace pour exprimer les diverses contradictions qui nous habitent.

Ce n’est pas étonnant que sa version court métrage ai été sélectionnée au Festival International du Film sur l’Art (FIFA).

C’est avec beaucoup de sincérité que je vous invite à aller voir cette pièce qui m’a beaucoup touchée. La magie du travail collaboratif des talentueux compositeur, chorégraphe et interprète offre un spectacle dynamique, sensible et poignant, articulé avec beaucoup de justesse.

Prochaine représentation à Montréal :

Première en France :

Tous les détails ici ou sur leur page Facebook.

Source : prodem.ca

Source : prodem.ca

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire