Culture, Spectacles

[Spectacles] Les Feluettes à l’Opéra de Montréal

Source: operademontreal.ca

Source: operademontreal.ca

Mardi soir, j’ai eu la chance d’assister au 4e Opéra de la saison 2015-2016 de l’Opéra de Montréal : Les Feluettes.

Première mondiale, la pièce Les Feluettes ou la répétition d’un drame romantique de Michel Marc Bouchard a été adaptée en opéra de 2 actes sous la composition du talentueux Kevin March et la mise en scène de Serge Denoncourt.

Si l’annonce de la durée de 2h45 de représentation m’a légèrement refroidie lorsque nous nous sommes installés dans la magnifique salle Wilfrid Pelletier, je dois vous avouer que je n’ai pas vu le temps passer; l’acte 2 a même filé à une vitesse folle.

Dès la première scène, nous sommes engouffrés dans l’histoire. Avec ses barreaux de prison, ses prisonniers et l’Orchestre Métropolitain de l’Opéra de Montréal, la scène ouvre sur le désir de vengeance de Simon Doucet (Étienne Dupuis) pour son amoureux perdu, le comte Vallier de Tilly (Jean-Michel Richer) en la personne du traître Monseigneur Jean Bilodeau (Gordon Gietz).

Crédit photo: Yves Renaud

Crédit photo: Yves Renaud

L’histoire dans ses grandes lignes :

Simon a convié Jean Bilodeau pour une ultime confession dans la prison dans laquelle il est incarcéré. En réalité, tous se mettent en scène pour lui conter l’histoire tragique de l’incarcération de Simon. Nous sommes en 1912. Au collège de Roberval, Simon et le comte Vallier de Tilly jouent une pièce de théâtre et s’embrassent fougueusement. Fou amoureux l’un de l’autre, Bilodeau n’est pas de cet avis et sera le premier à en aviser le père du comte, qui ne manquera pas de fouetter le dos de Simon. Pris de colère, ce dernier va par la suite rejeter le comte et décide de tirer un trait sur son amoureux pour lui. Il décide de penser aux filles et se fiance à Lydie-Anne de Rozier. Un drame pour Vallier qui va mettre le chaos à la fête des fiançailles. Cela oblige Simon à quitter les lieux le lendemain avec sa fiancée. C’est en voulant faire ses adieux à Vallier, le jour de son anniversaire, que Simon ne peut s’empêcher d’embrasser l’homme qu’il a toujours aimé. Dans un bain que lui a coulé la comtesse, Vallier invite Simon à le rejoindre. C’est alors que la comtesse demande à Vallier de l’aider à mettre fin à ses jours. Ce qu’il fit. Le lendemain, Bilodeau, qui avait tout preparé pour leur fuite, les rejoint. Mais Simon le rejette et fait un pacte de mort avec Vallier avant de mettre le feu à l’endroit.

Crédit photo: Yves Renaud

Crédit photo: Yves Renaud

C’est ainsi que la pièce fini et que les prisonniers laissent place à Simon, le prisonnier, faire face à son ennemi. Bilodeau, qui vient d’assister à tout cela, se sent vaincu et raconte comment il a sauvé Simon des flammes, mais a laissé Vallier mourir. Tous, couteaux à la main l’encerclent. Bilodeau attend avec impatience la fin de son supplice. Mais Simon en décidera autrement et le laissera seul face à son destin.

Si les scènes d’amour sont déchirantes, le chœur, les costumes, les chants lyriques et le décor donnent quelque chose d’époustouflant du début à la fin. L’humour est également au rendez-vous et c’est à plusieurs reprises que nous nous sommes surpris à rire… Face pourtant à une tragédie d’amour-passion qui ne peut survivre. Nos émotions balançaient d’un côté comme de l’autre tout au long de la représentation. Grâce à des jeux de lumière, des draps, un ballon, nous avons pu voir la lune, les étoiles et le feu. Mais surtout, par le talent d’Étienne Dupuis et de Jean-Michel Richer, nous avons pu voir l’amour.

Crédit photo: Yves Renaud

Crédit photo: Yves Renaud

Contemporain, Les Feluettes est un franc succès et le public, debout, n’a pas caché son enthousiasme pour applaudir le travail de toute l’équipe.

Et pour avoir vu la saison complète, je vous confesse qu’il est l’opéra que j’ai préféré de la saison.

Prochaines et dernières représentations à l’Opéra de Montréal: 26 et le 28 mai 2016.

Prendre ses places!

Plus d’infos sur Les Feluettes.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre [Événement] Tosca, à l'Opéra | Web et Mascara 16 septembre 2017 a 17 h 59 min

    […] et le baryton canadien Patrick Mallette, celui de Cesare Angelotti (qu’on a a pu voir dans Les Feluettes en […]

  • Laisser un commentaire