Culture, Lecture

[Lecture] Game Over d’Éric Gagné : de Mascouche à L.A.

Lorsque je voyage aux États-Unis et que l’on me demande mon nom de famille, je réponds : «Gagné. Like the pitcher». Et l’on sait de qui je parle.

Le hype est là : Passage à Tout le Monde en Parle, no. 5 des ventes chez Archambault et no. 11 chez Renaud-Bray. Quand même bien pour un livre sur le baseball.

Cette bio d’Éric Gagné est hot.

 

Page couverture trop réussie

 

 

C’est qui?

Éric Gagné, 36 ans, originaire de Mascouche, lanceur professional

A gravit les échelons de la Ligue Nationale de Baseball, cette ligue monstre. S’est rendu au top. A gagné le trophé Cy Young remis au meilleur lanceur. Puis, est redescendu au plus bas fond, lorsqu’accusé de dopage.

 

J’ai appris un tas de trucs dans ce bouquin!!! Entre autres que :

  • Game Over était le surnom d’Éric, parce qu’invincible et parce qu’une fois sur le monticule, c’en était fait pour l’équipe adverse. Ciao bye ;

 

Focus.

 

  • En 2001, Éric et sa conjointe se sont mariés à la va-vite afin de pouvoir voyager ensemble d’une ville à l’autre. Une règle du baseball majeur voulait que seules les épouses des joueurs pouvaient prendre place dans l’avion. Une simple conjointe n’était pas considérée. Tout ça dans le but d’imposer une certaine discipline et de briser le mythe des joueurs volages… ;

 

  • Les Dog days of summer est une expression utilisée pendant les mois de juillet et août : période de chaleur intense où les joueurs vivent une baisse d’énergie et de motivation. Ça file pas fort fort. Questionnement. Légère déprime ;

 

  • Pendant ses années de gloire avec les Dodgers de Los Angeles, Éric avait priorité sur les célébrités d’Hollywood en ce qui a trait aux faveurs : restos et files d’attentes dans les bars huppés de L.A. ;

 

  • Le tipping est un cauchemar lorsque le lanceur est sous son emprise… : dans une période creuse, le lanceur laisse soudainement entrevoir des signes, des indices physiques, aucunement perceptibles aux yeux des amateurs, mais clairs aux yeux des frappeurs, sur les lancers qu’il s’apprête à effectuer. Les frappeurs s’en donnent donc à cœur joie et frappent fort. Le lanceur pleure. Dans sa période la plus noire de sa carrière, à Boston, Gagné faisait du tipping ;

 

  • Welcome To The Jungle de Guns N’ Roses était sa chanson thème lorsqu’il faisait son entrée sur le terrain ;

 

Et j’en pense quoi de cette bio

Sérieusement, qu’est-ce que vous pensez que j’en pense… J’me peux plus. Une telle bio, c’est du bonbon. C’est franc, c’est direct, c’est touchant, ça se lit en une fin de semaine.

Les premières pages sont du tonnerre : Éric s’injecte du HGH (Human Growth Hormones) pour la première fois, seul dans sa salle de bain, à l’insu de sa conjointe. On ressent tout ce qu’il vit.

Puis, ses débuts, son ascension, la gloire, ses innombrables blessures, le dopage (qu’il se devait d’inclure dans sa routine afin de répondre aux demandes physiques extrêmes de ce sport), son déclin, sa fin carrière à Québec, avec les Capitales.

 

 

De retour au bercail

 

Une carrière entachée par le dopage? Que non. Aucunement. Zéro. Gagné admet ses erreurs, remet les pendules à l’heure et vit avec les séquelles physiques et psychologiques de ces injections. Pendant les années 2000 il était le meilleur lanceur des ligues majeures, il avait un look cool, il était bouillonnant d’énergie et émotif. Le gars avait même son propre bobble head.

 

Avec ses lunettes et son «pinch».

 

 

Cadeau de Noël pour votre chum? Que oui. Quant à vous, mesdames Web & Mascara, tenez-vous en à ce sympathique article, c’est un bon début, j’suis fière de vous!!! Le fait est que vous risquez de lire en diagonale certains paragraphes tout pleins de statistiques.

 

Donc…

Du joueur et de l’homme, je suis encore plus en totale admiration que je ne l’étais, avant que son histoire soit sur les tablettes des librairies.

Demande officielle : je veux et j’exige (hé hé…) un film tiré de ce livre.

 

Game Over – l’histoire d’Éric Gagné, de Martin Leclerc, aux Éditions Hurtubise.

Hurtubise est bien présent sur Twitter. Et la page Facebook est là aussi!

Je vous laisse. De toute façon l’album de Guns N’ Roses que j’écoutais en background, afin de me sentir comme Éric Gagné, est terminé. De plus, la 4e partie de la Série Mondiale de Baseball débute dans pas long.

 

 

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire