Culture, Théâtre

[Théâtre] Pillow Talk – Un essai sur le rêve

pillow talkAlors. Pillow Talk, c’est la mise en scène des rêves de Dulcinea Langfelder, une artiste pluridisciplinaire (d’abord danseuse) de 61 ans. La trame sonore du spectacle donne le ton à la performance en entier : des enregistrements réalisés sur plusieurs années, triés sur le volet, de l’actrice racontant ses rêves en pleine nuit juste après les avoir rêvés; candide, décousu, authentique, déstructuré, humoristique.

Au départ on s’est dit : l’idée est bonne, ce devrait être intéressant.

Mais bon, ya pas juste l’idée dans’ vie.

La mise en scène repose sur l’utilisation de vidéos (devrais-je dire d’animations maison de qualité parfois fort douteuse) qui servent de décor intéractif aux scènes de rêve de quelques minutes chacune. Vu le rendu desdites vidéos et les intéractions pas toujours pertinentes, on croirait à du théâtre avant-gardiste… Des années 90.

3_Dulcinea Langfelder_photo by Andr+®e LanthierÀ part les (nombreuses) scènes mettant en lumière sa passion dévorante pour Barack Obama dans ses songes – hilarantes, je dois l’avouer – l’esthétisme et l’utilité des animations étaient discutables.

Par contre, je mentirais si je disais que je n’ai pas ri et beaucoup souri. La candeur et l’abandon dont fait preuve cette artiste d’expérience (elle se dévoile nue à quelques reprises, et GOD elle peut  se le permettre – mettons que je braillerais pas de voir ça dans le miroir dans 40 ans) est attendrissante et force l’admiration.

Sa formation de danse se révèle sur scène, puisqu’elle fait preuve d’une technique certaine malgré les mouvements approximatifs qu’obligent parfois l’utilisation des animations comme décor et accessoire de scène.

 

Bref, pour moi, c’est une idée géniale, une interprétation intéressante, mais un pari raté.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire