Culture, Voyage

[Voyage] Spring Break

Le mois de mars, c’est quand même un mois de la saison d’hiver qui ne passe pas vraiment inaperçu. Surtout au Québec, on ne va pas se le cacher. Cela fait 4 mois qu’on supporte cette interminable saison. 4 mois qu’on subit, avec ou sans bonne humeur, les températures négatives, les bottes de neige, les tuques, les gants, les risques d’engelure, les journées courtes… Donc souvent, c’est le mois où on a le goût de prendre un break. 1 semaine tout inclus à Varadero, genre. Juste prendre du soleil, s’écraser comme des lézards sur une plage et boire des Mojitos à 11h le matin… Ça fait rêver quand même, non? OU, on peut aussi découvrir une ville. Et même prendre le risque de marcher sur des rues enneigées et oublier la possibilité de se croire en été. Et d’avoir son vol reporté pour cause de tempête de neige aussi.

Yes. It was my kind of spring break this year.

Mais ne noircissons pas le tableau non plus. Mon spring break, je trouve qu’il était absolument parfait. Selon moi, le meilleur break, c’est de complètement décrocher de sa vie courante. De son train-train quotidien. Oublier qu’on est la coordo de l’agence, la serveuse du café du coin ou l’étudiante en communications. Bref, être tout simplement qui on est avant nos obligations sociales. Pis moi, c’est en famille, avec ma sœur et mon père, que j’ai eu la chance d’arpenter les rues de cette superbe et fancy métropole : New York City.

11001859_10153051633358159_2264238319020724377_n

Vue de l’Empire State Building                        Crédit photo : Sophie Leduc

Non, ce n’était pas ma première fois. C’était ma deuxième. Mais, croyez-moi, mon esprit était toujours aussi émerveillé et mes yeux toujours aussi écarquillés.

Pour moi, New York, c’est la grosse pomme. Une claque dans la face. Une envie de tout découvrir, tout en sachant qu’on ne sera jamais rassasié. C’est de nombreux quartiers. De nombreux musées. De nombreux shows à voir à Broadway. C’est de très bons petits restos italiens. Et même de très bons petits restos français (un retour à mes racines à NYC, ça fait du bien). C’est aussi des gens friendly. Des boutiques où tu n’oses même pas entrer tellement c’est loin de ton budget. Des boutiques où, heureusement, tu trouves du linge original à des prix très abordables. De la fumée qui sort des bouches de métro et des taxis jaunes qui parsèment le paysage. Même dans Central Park.

11042995_10153299841439728_781808529635902313_n

Central Park                                                            Crédit photo : Sophie Leduc

Oui, on a fait nos touristes. On est même monté en haut de l’Empire State Building. Non, on n’a pas attendu longtemps. Oui, on est allé le seul jour de beau temps de notre séjour et on s’est senti chanceux. Oui, il y avait des pigeons. Des pigeons de New York messieurs-dames!

Bonjour !

Bonjour!                                                                         Crédit photo : Sophie Leduc

Je ne pourrais pas vous décrire tous les restos que j’ai fait. Surtout que pour moi, un voyage, ça s’approprie. On se laisse bercer par les évènements. Il n’y a pas d’endroit incontournable où il faut absolument aller sinon c’est comme si on avait pas visité la ville. Non. C’est votre voyage. Vos petits moments magiques, vos petits secrets. Mais, je dois dire qu’il y a un petit endroit fort sympathique que j’ai le goût de partager avec vous. Un midi, on avait juste envie d’un bon fast food. On nous avait suggéré une place à Burgers dissimulée dans le lobby de l’hôtel Le Meridien : Le Burger Joint.

Burger Joint - 119 W 56th St. New York, NY 10019

Burger Joint – 119 W 56th St. New York, NY 10019                                  Crédit photo : Sophie Leduc

Il a quand même fallu demander à l’un des employés de l’hôtel si on se trouvait au bon endroit. Oui, bien caché au bout d’un petit couloir sombre, une enseigne de burger éclairée nous indique le chemin. Beaucoup de monde à l’intérieur. Le plus drôle, c’est quand même ce qu’il y a d’écrit en haut du comptoir à commandes. En gros, commandez vite et bien, merci. Dites ce que vous voulez. La cuisson. Les accompagnements. Les breuvages. Cette place est populaire pis vous êtes pas les seuls. Mangez pi partez, genre. Est-ce qu’on s’est senti offusqué ? Pas du tout. On a même trouvé l’endroit insolite très cool. Et le burger, c’était un burger de qualité.

Mais outre nos balades sur la 5e avenue et notre magazinage qui nous a valu un défilé à notre retour au bureau, notre promenade dans le fabuleux Central Park, notre émerveillement sur Times Square et notre après-midi passé au Metropolitan Museum, notre escapade à NYC était surtout particulière pour une soirée jazz mémorable.

Nous avons en effet eu la chance d’aller au concert du non moindre Keith Jarrett, célèbre pianiste de jazz pour ses improvisations. C’est au magnifique théâtre Carnegie Hall que nous avons eu le plaisir d’assister à l’une de ses prestations solos. Juste lui, son humour, ses lunettes de soleil, ses mains de fée et un magnifique piano à queue. Oui, ma photo est la pochette d’un album et n’a pas été prise en live… Car ce qu’il y a de particulier avec lui, pour les connaisseurs, c’est qu’il est interdit de prendre des photos durant le show. En fait, il est même interdit de tousser afin de ne pas perturber son génie… Pour vrai là ! Mais c’est comme ça qu’on l’aime Keith. Ça fait partie de son charme. Pis à un moment donné, quelqu’un qui a tant bien que mal tenté de se retenir n’y est pas parvenu. Il a toussé au milieu d’une mélodie de piano magnifique. C’est à ce moment-là que Keith a arrêté son morceau et l’a félicité en disant que c’était l’exact moment où il l’aurait arrêté. Fiou, c’était moins une.

Keith Jarrett

Crédit photo : Sophie Leduc

Sa prestation était tout simplement grandiose. On a même eu droit à plusieurs rappels. Mais ça, ça dépend toujours de son humeur et de la sympathie du public. On était donc très privilégiés ce soir-là et je ne pourrais jamais oublier ce souvenir. Se retrouver au milieu de Manhattan, à écouter un pianiste d’exception, dans le lieu exact où mes parents se sont rencontrés pour la première fois… c’était en effet pour moi une soirée exceptionnelle.

La magie de NYC ne s’est pas éteinte. Cette deuxième fois était aussi riche en émotions que la première. D’après moi, une balade suffit pour se sentir spécial. Les jours de tombée de neige n’ont absolument pas gâché mon spring break. It was magical. Et Dieu merci, NYC, c’est à côté de chez nous.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre [Lecture][Concours] New York et Londres en 30 secondes | Web et Mascara 26 avril 2017 a 11 h 46 min

    […] Web et Mascara adore New York. Pour lire de plus amples détails sur mon dernier voyage, c’est ici! Pour celui de notre blogueuse Marie-Pier, c’est […]

  • Laisser un commentaire