Art de vivre, Histoire de filles

[Halloween] Histoire de peur: Le piano qui jouait seul

On dit qu’une vieille maison possède une âme. Moi j’y crois. Quand tu y entres, tu peux y ressentir son vécu, ses planchers qui ont craqués sous les pas de plusieurs générations, qui ont vu défiler une panoplie de vies, de joies, de peines. Une vieille maison a quelque chose à nous raconter, à nous faire vivre.

Seul, le soir, avez vous déjà senti ce petit souffle dans votre cou sans que la fenêtre soit ouverte? Vous êtes-vous retourné en pensant que vous trouverez quelqu’un avec vous dans la pièce mais vous étiez bien seul? Avez-vous déjà regardé curieusement votre chat qui observe dans le vide, comme s’il était absorbé par un spectacle qui se déroule devant lui? Et avez-vous ressentie cet étrange sentiment que quelque chose vous frôle ou qu’on vous guette du coin de l’œil, à en avoir le goût de prendre vos jambes à votre cou sans savoir pourquoi, tout en disant à cette présence qui vous accompagne de bien vouloir partir?

Dans le noir de ma maison, j’en ais la chair de poule, même si ma maison n’a pas d’âme, car elle est neuve.   Mais j’amène avec moi un bagage de gens que j’ai aimé et qui nous ont quitté.   Et comme je crois qu’ils sont probablement parmi nous, je les amène sûrement avec moi.  Quelques fois, mon fils de trois mois regarde dans le vide, souris et jase.  Je lui dis : « À qui tu jases comme ça? » J’aime croire que c’est ma grand-mère maternelle, elle l’aurait adoré et lui aussi.

Cette grand-mère est décédée trop vite, il y a de cela quelques années.  Deux semaines avant sa mort, des oiseaux se perchaient pour se chicaner sur le miroir d’automobile de mes parents, du côté où ma mère s’assoyait, jamais celui du côté de mon père.  On dit qu’un oiseau qui entre dans une maison apporte la mort.  Ces oiseaux ne sont jamais revenus après le décès de ma grand-mère maternelle.

La maison de mes parents est ancestrale et y a vu vivre ma famille paternelle.  Il y a un temps, quand mon petit frère était jeune, il se levait la nuit pour aller aux toilettes, mais n’allait jamais dans la toilette à l’étage près de sa chambre.  Il descendait toujours à celle jumelée à la chambre de mes parents, pour ensuite aller se coucher avec mes parents.  Il a fait cela durant un bout de temps.  Quelque chose ou quelqu’un devait le déranger.  Un soir qu’il était aux toilettes, mon père s’éveille.  Il voit une forme bienveillante derrière mon petit frère, ange ou fantôme, qui sait.  Peu de temps après, mon petit frère a repris ses habitudes et n’est plus redescendu en bas pour aller aux toilettes la nuit.

La maison de mes grands-parents paternels est jumelée à celle de mes parents.  Mon grand-papa nous a quitté lorsque j’étais adolescente.  Lorsque les ambulanciers sont venus le chercher, il a dit à mon père que c’était la dernière fois qu’il franchirait les portes de sa maison et il est décédé quelques jours après à l’hôpital.  Mais il semble que grand-papa s’était trompé. Peu de temps après, il est souvent revenu écouter la télévision la nuit, lorsque ma grand-mère dormait.  Imaginez sa surprise lorsqu’elle s’éveillait et que la télévision était allumée.  Hé grand-papa, il y a juste les fous qui ne changent pas d’idée!

Chez ma tante, la chaise berçante faisait parti des meubles, surtout lorsque celle-ci se berçait seule la nuit, qui était monnaie courante.  On ne sait pas qui c’était, mais une chose est sûre, il aimait se bercer.  Ma tante a aussi perdu son cher époux beaucoup trop vite. Quelques temps après son décès, ma tante et ses trois enfants s’éveillent la nuit, parce qu’ils sont dérangés par un bruit.  Le bruit d’un piano qui jouait seul.  Une façon à mon oncle de leur dire qu’il veillera toujours sur eux.

Et vous, sentez vous cette main du bout des doigts qui vous effleure, ce souffle qui taquine votre nuque et cette porte qui se referme toute seule…

Joyeuse Halloween à tous.

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

4 Commentaires

  • Répondre Sabrina 31 octobre 2012 a 18 h 01 min

    Tes anecdotes sont super, Audrey !

  • Répondre Valerie Ricard 31 octobre 2012 a 20 h 36 min

    Wooooo j’ai des frissons! J’ai TELLEMENT peur des esprits! J’ai fait promettre à mes proches que s’ils mourraient, qu’ils n’avaient pas mon autorisation de se présenter devant moi en esprit, je vais mourir de peur! La négociation, c’est en rêves!

  • Répondre Amour, voeu et saignement de nez - réflexion sur un coup de pouce > | Web et mascara 2 novembre 2012 a 11 h 46 min

    […] terrifie complètement en même temps qu’il exerce sur moi une fascination des plus complètes. L’histoire d’Audrey B. m’a fait pensé à cette drôle d’expérience qui m’est arrivée récemment. Cet automne, […]

  • Répondre [Halloween] Le monsieur que mon fils voyait apparaître | Web et Mascara 10 octobre 2017 a 11 h 45 min

    […] toujours la sensation que quelqu’un me suit. Ouin. Mettons que je marche vite en ti-ti! Lisez ce texte que j’ai écris, vous aurez la chair de […]

  • Laisser un commentaire