Art de vivre, Trucs et astuces

Conseils pour survivre à la mi-session

Pour les étudiants à l’université, c’est actuellement la mi-session. Pour ceux au cégep, ça s’en vient. J’ai terminé mes études en novembre dernier, donc je ne souffre plus de manque de sommeil ou de surdose de caféine à cette période de l’année, mais j’ai décidé de vous écrire une petite chronique où je vous donnerai quelques trucs pour survivre à la mi-session et pour réussir à obtenir d’excellentes notes.

 

Je dois tout d’abord dire que je n’ai jamais vraiment été organisée dans mes travaux… Après de nombreuses années dans le milieu scolaire, j’en ai déduit que je travaille mieux sous pression, mais j’ai peine à survivre aux nuits blanches! Je vous donnerai donc quelques trucs qui auraient pu fonctionner dans mon cas si j’étais le moindrement disciplinée (au moins, j’ai toujours eu de bonnes notes à l’école!)

 

1. Rédigez vos travaux à l’avance

L’excuse du prof qui a remis les consignes à la dernière minute, c’est seulement vrai dans 1 % des cas… Donc essayez de commencer vos travaux dès que vous recevez les consignes, même si ce n’est que quelques paragraphes par jour : la nuit avant la remise de travaux, vous pourrez dormir, plutôt que de vider vos réserves de boissons énergisantes (qui sont, soit dit en passant, mauvaises pour la santé, donc à consommer avec modération!) Je sais, c’est plus facile de procrastiner, mais il y a de nombreux avantages à préparer ses travaux d’avance

  • Vous avez le temps de faire vos recherches
  • Vous avez le temps de formuler vos idées
  •  Vous avez le temps de vous relire, étape trop souvent mise de côté, mais oh! Combien essentielle! Je tiens ce commentaire de source sûre, les professeurs voient tout de suite lorsque vous avez écrit vos travaux la veille ou si vous aviez pris le temps de les faire, puisque vos idées sont formulées et développées bien différemment (par exemple, dans un travail écrit à la dernière minute, on tend à lancer des idées, mais on ne les développe pas, donc on laisse notre lecteur sur leur faim)
  • Vous avez le temps de vous corriger, ou de demander à vos chers amis bons en français de corriger votre texte. La langue dans les travaux est un des critères les plus importants : j’ai souvent vu des gens échouer leurs travaux parce que leur texte était bon, mais rempli de fautes… Ce sont des points très faciles à gagner si on se donne la peine. Dans un article que j’ai écrit il y a quelques semaines, je vous ai proposé quelques ouvrages de référence que j’utilise presque tous les jours et qui sont, à mon avis, essentiels.

 

2. Utilisez vos ressources

Les cégeps et les universités offrent d’innombrables ressources pour vous aider autant dans vos recherches pour vos travaux que pour vous aider à la rédaction de vos travaux. Prenons par exemple la ressource la plus importante : la bibliothèque, lieu trop souvent craint par la communauté étudiante. Pour ma part, je n’ai pas vraiment de mérites, j’ai toujours adoré les bibliothèques, mais je crois que les étudiants ne les utilisent pas assez. Prenons par exemple les bibliothèques de l’université Concordia (je connais bien leur système, j’y suis allée!) En tant qu’étudiant, vous avez, évidemment accès aux bibliothèques sur les deux campus, mais vous pouvez aussi utiliser les ressources en ligne offertes sur le site même de la bibliothèque. Oui, ça veut bel et bien dire que vous pouvez faire des recherches à partir de la maison et avoir accès à des articles rédigés par des professionnels, à des encyclopédies acceptées par les profs (malheureusement, oubliez Wikipédia, même si, selon moi, c’est un bon point de départ).

 

C’est probablement le cas dans toutes les bibliothèques des universités québécoises, mais je n’en suis pas sûre. À Concordia, pendant les sessions régulières (automne et hiver), vous avez accès à la bibliothèque 24h sur 24. Je n’y suis jamais restée tard parce que je dépends du transport en commun pour retourner sur la Rive-Sud, mais je sais que de nombreux étudiants le font. Concordia a aussi pris le tournant mobile en créant une application pour consulter le catalogue de la bibliothèque. Seul hic: on ne peut la trouver sur le appstore, on doit y aller par leur site et on peut seulement la télécharger à l’aide d’un lecteur de QR. Cependant, on vous encourage fortement à apporter vos suggestions pour l’améliorer. Je l’ai essayée sur le iPhone de mon copain et c’est exactement le site des bibliothèques de Concordia, mais pour apporter!

 

De plus, lorsque vous êtes étudiants à l’université, vous avez accès aux bibliothèques des autres universités. Si vous souhaitez y emprunter des livres, vous devez avoir la carte CREPUQ. La demande pour l’obtention de cette carte se fait au comptoir de prêt de votre université. Cette carte est merveilleuse, car chaque université a des domaines de spécialisations et a donc plus de ressources dans ces domaines. J’ai souvent eu à aller emprunter des livres à l’UQAM ou à l’UdeM. La Bibliothèque et Archives nationales du Québec, située au métro Berri-UQAM, est un incontournable pour les travaux scolaires. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans elle!

 

 

Vous pouvez aussi vous entraider avec vos collègues, ou même avec vos amis, qui peuvent être une mine d’or et qui peuvent vous faire gagner quelques points de plus.Bref, vous avez toutes les ressources à votre portée, il faut simplement savoir les utiliser.

 

3. Choisissez votre environnement

Pour ma part, je suis INCAPABLE d’étudier dans le silence… Si je n’ai pas de bruit autour de moi, je n’arrive jamais à me concentrer. Au cégep, je m’installais toujours dans la cafétéria, près des fenêtres, avec ma musique, et c’est là que j’étais productive. Les rares fois où j’ai étudié à la bibliothèque sont les moments où j’avais besoin de livres que je n’avais pas envie d’emprunter. Et même là, j’étudiais en écoutant ma musique.

 

J’ai eu l’avantage de découvrir ce truc très jeune. Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours fait mes travaux en écoutant de la musique… Même au primaire, je me rappelle que j’étais productive quand ma mère écoutait ses cassettes de Bon Jovi ou d’Aerosmith.

 
Étudier avec des amis peut ne pas être très productif… Cependant, lorsqu’on étudie avec une amie du type Hermione Granger, on peut être très efficace! J’en ai une que j’adore (et elle s’est sûrement reconnue!) avec qui j’ai, entre autres, étudié à la bibliothèque de l’école un vendredi soir 31 octobre et avec qui j’ai produit d’excellentes traductions littéraires en prenant un verre au St-Hubert!

 

Bref, il vous faut donc vous déterminer l’environnement et les conditions propices à votre concentration.

 

4. Le bourrage de crâne, ce n’est pas efficace

J’ai étudié maintes et maintes fois dans l’autobus en chemin pour aller à mon examen. Dès que je reçois la feuille, le syndrome de la page blanche me frappe de poing ferme. Les professeurs vous l’ont sûrement déjà dit, mais un témoignage d’étudiante vient toujours peser dans la balance. Il est préférable de se préparer à l’avance. Encore une fois, trouvez vos trucs. Pour ma part, lorsque je me prépare d’avance, je réécris mes notes avec un beau crayon à l’encre rose, mauve ou verte en retenant seulement l’essentiel. La veille et le matin de l’examen, je relis ces notes et ça entre bien.

 

Pour conclure, ne baissez pas les bras en temps de mi-session ou de fin de session. Il faut simplement bien se préparer, profiter des ressources offertes et se trouver des trucs pour être productif. Je n’ai pas été une étudiante modèle, mais je m’en suis toujours sortie avec de bonnes notes. J’espère sincèrement que cette chronique vous aidera à survivre à vos études, parce que des anecdotes de travaux faits à la dernière minute, j’en ai à la tonne!

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

2 Commentaires

  • Répondre Audrey 15 février 2012 a 15 h 48 min

    Pour moi, lorsque j’étais à l’université, c’était de l’utopie penser réaliser tout cela, surtout en ce qui attrait à: rédiger vos travaux d’avance! 🙂 Mais de très bons conseils!

  • Répondre Valerie Ricard 15 février 2012 a 21 h 43 min

    Je sais je sais! J’étais du genre à pondre mes travaux la nuit avant la remise, mais les quelques fois où j’ai vraiment préparé mes travaux à l’avance, je me sentais tellement mieux!!! On sait jamais, je vais peut-être en sauver quelques-uns!

  • Laisser un commentaire