Histoire de filles

[Histoire de filles] Mon histoire d’amour avec Nick Carter

Nick carter

J’ai toujours été une grande fan des Backstreet Boys. J’écoutais les CD en boucle. Je regardais et j’enregistrais sur mon VHS tout ce qui les concernait. La plupart du temps, ça voulait dire des heures de vidéoclips, de l’émission Le combat des clips à Musique Plus ou n’importe quelle émission qui les mentionnait. À ceux qui s’en souviennent, j’ai encore le VHS de la journée BSB animée par Véronique Cloutier à Musique Plus! J’étais comme une Jeannette : toujours prête, télécommande en main. À Noël et à ma fête, je demandais à ma mère les VHS de leurs spectacles et je les regardais sans cesse afin d’apprendre les chorégraphie.

Je n’avais pas eu la chance de figurer parmi les milliers de fillettes qui ont assisté à leurs spectacles dans leurs années de gloire et c’est pourquoi, dans ma vie d’adulte, je me suis reprise! La première fois que j’ai assisté à leur spectacle, c’était lors de leur tournée conjointe avec les New Kids on The Block. Un excellent spectacle!

Par la suite, ayant toujours été du Team Nick, j’ai assisté à son spectacle solo. J’en suis ressortie déçue… C’était dans ses années de débauche et ça se voyait. Il agissait bizarrement, parlait bizarrement, le show en entier était bizarre en soi (pour vous donner une idée, il était arrivé sur scène avec un costume d’astronaute…) Il avait boycotté les chansons des Backstreet Boys pour ne faire presque seulement des chansons solos qui, on va se le dire, ne se sont pas avérées être de grands succès.

Un show qui a changé ma vie
Puis, les BSB ont refait une tournée. C’était le 6 août 2013. Je m’en souviens comme si c’était hier parce que c’est à ce même spectacle que j’ai décidé de changer ma vie et entreprendre ma perte de poids. Je vous raconterai ça dans un autre article! Donc, en 2013, du haut de mes 24 ans, j’étais au Centre Bell à m’époumoner devant mes idoles de jeunesse comme si j’en avais 10.

L’année suivante, je me suis payée un petit luxe. Nick a profité d’un passage à Montréal pour visiter le club Roxbury. C’était possible de payer pour prendre une photo et passer quelques secondes avec lui. En file, j’avais préparé mon montage avant/après pour lui montrer le progrès et le remercier. J’ai la conviction que si je n’avais pas assisté au spectacle l’année précédente, je n’aurais pas eu le déclic qui m’a permis de changer ma vie. Ça peut paraître quétaine, mais je tenais à ce qu’il le sache. J’ai donc capté son attention tout de suite en lui montrant la photo et il a été impressionné. Il a même pris mon cellulaire DANS SES MAINS pour le montrer à son garde du corps!  Encore une fois, une soirée mémorable, et la fillette en moi CA-PO-TAIT!

Source: nickcarter.net

Source: nickcarter.net

2016
Quand j’ai su, il y a quelques mois, que Nick revenait en tournée solo, je me suis achetée un billet sans trop y penser, Mais, plus le temps avançait, plus je pensais à sa première tournée et à quel point j’avais été déçue. Il n’était pas question que je vende mon billet, mais j’avoue avoir mis les pieds au Métropolis avec beaucoup d’appréhension.

C’est un Nick Carter visiblement en grande forme qui est monté sur la scène du Métropolis, plein à craquer, mercredi soir. Affichant un look beaucoup plus sobre qu’à son habitude (chemise bleue, manteau de cuir, cravate, jeans et lunettes), le tombeur de ces dames s’est dandiné et nous a déclaré son amour pour Montréal et les fesses des canadiennes.

Source: Le journal de Montréal

Source: Le Journal de Montréal

Le cadet des Backstreet Boys nous a offert une prestation solide pendant 1h45 sans entracte. Il a enchaîné chanson après chanson, en prenant soin d’y inclure plusieurs hits des BSB, pour le plus grand plaisir des spectateurs. J’ai été épatée par son aisance sur scène et le plaisir qu’il prenait à y être. J’ai particulièrement apprécié la touche rock qu’il a donné aux succès qu’on connaissait, le medley acoustique et les reprises telles que Jessie’s Girl de Rick Springfield et Wonderwall de Oasis.

Dans la courte liste des choses décevantes, notons la première partie, offerte par la jeune Riley Biededer (une copie quasi-conforme de Miley Cyrus à ses débuts), le kiosque d’objets dérivés qui faisait pitié avec ses 4 différents chandails (40 $ à 55 $) et 2 casquettes (25 $), et le prix exorbitant des paquets VIP (175 $ USD et 750 $ USD).

Merci Nick, on se revoit à la prochaine tournée!

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre La fois où j’ai perdu 250 lbs: Le déclic | Web et Mascara 4 juillet 2016 a 11 h 46 min

    […] des Backstreet Boys. Je trippe tellement sur eux (je t’en ai d’ailleurs déjà glissé un mot ICI). J’écoute encore, à ce jour, leurs tounes régulièrement et je me souviens encore de la danse […]

  • Laisser un commentaire