Culture, Lecture

[Lecture] Calendar Girl, un roman à la Pretty Woman

Quand j’ai reçu le premier tome de douze de la série Calendar Girl (Concept intelligent.  12 mois. 12 hommes. 12 villes.  Vous comprendrez sous peu pourquoi.), j’avoue que je n’étais pas certaine d’en faire la lecture. Voici un petit résumé de l’histoire :

Mia doit en effet rembourser les dettes de jeu de son père. Un million de dollars. […] Elle ne voit qu’une issue, contacter sa tante qui possède une agence d’escorts. Celle-ci, trop heureuse de pouvoir aider sa nièce, lui propose un accord. Elle sera l’escort d’un homme différent par mois pendant un an. Chaque contrat lui rapportera 100 000 dollars. La jeune femme accepte et se prépare donc à sillonner les États-Unis et à rencontrer les hommes qui s’offrent ses services.

Crédit photo : Hugoetcie.fr

Alors, vous voyez le genre? Clichés par-dessus clichés. Évidemment que Mia ne se retrouvera jamais avec un homme vieux, laid, déplaisant (à ce que j’en lis les 4e de couverture des prochains tomes). Elle aura affaire à des hommes beaux, riches, élégants… une vie de rêve quoi! Et comme notre Mia a la libido dans le tapis, même si son travail n’implique aucun sexe, elle s’en donnera à cœur joie avec ses clients. Si le tout se poursuit comme le premier tome, les scènes de sexes sont explicites et omniprésentes dans tout le roman. Les deux personnages sont des bêtes de sexe, tout simplement!

Et évidemment, notre Mia va s’attacher à son bel étalon, et lui de même (non, on ne l’avait pas vu venir), et aura de la difficulté à le quitter après son mois de service. Quoiqu’en voyant la photo de son prochain client, cela lui donne des chaleurs et elle s’interroge : “Je suis peut-être une salope après tout!” Ouin.

Mise en garde : c’est un livre pour adultes avertis et non pour une jeune adolescente dans la tête de laquelle de telles histoires sèmeront toutes sortes d’idées pas possibles et un conte de fées qui n’en est pas un. Cela n’arrive pas dans la vraie vie.

Bref, oui, c’est divertissant, ça fait rêvasser et c’est loin d’être de la grande littérature. Et oui, ça donne le goût de lire tous les autres tomes. Vous serez avertis.

Calendar Girl Janvier
Audrey Carlan
Éditions Hugo et Cie
12,95$

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

2 Commentaires

  • Répondre [Lecture] Calendar Girl, la suite | Web et Mascara 31 mai 2017 a 11 h 50 min

    […] vous avez lu ma précédente critique du premier tome des 12 romans de la série Calendar Girl, vous savez que j’étais un peu […]

  • Répondre [Lecture] Calendar girl: suite et fin | Web et Mascara 22 juin 2018 a 11 h 46 min

    […] Dans ma première critique, je découvrais le personnage et dans ma deuxième critique, je me questionnais sur où l’écrivaine Audrey Carlan allait en venir avec cette histoire mais aussi, comment allais-tu faire évoluer son personnage pour éviter que sa série de douze romans (un pour chaque mois) ne soit qu’une partie de jambes en l’air avec un partenaire différent. […]

  • Répondre à [Lecture] Calendar girl: suite et fin | Web et Mascara Annuler le commentaire