Culture, Lecture

[Lecture] N’oublie jamais, de Grégory Charles

Source : journalexpress.ca

Source : journalexpress.ca

Quand Dieu donne un talent, il dicte un devoir.

Lorsque j’ai acheté ce livre, c’était il y a à peu près 3 ans… Comme souvent, j’achète des livres que je ne lis pas sur le coup. Et à chaque fois, j’ai l’impression que c’est pour qu’il tombe exactement au bon moment, entre mes mains.

Pour être tout à fait honnête, je voulais me familiariser avec la culture québécoise. En fait, la littérature québécoise. Je savais que Grégory Charles était une personnalité d’ici et en plus de cela, je le servais souvent au restaurant dans lequel je travaillais. Et il était toujours très sympathique. Alors, lorsque j’ai vu que N’oublie jamais était un coup de cœur Renaud Bray, je n’ai pas vraiment hésité.

En regardant la quatrième de couverture, j’ai vu qu’il s’agissait d’un récit personnel. Des perles de sagesse qu’il a héritées de sa maman et qu’il désirait transmettre à sa fille Julia. J’adore les histoires personnelles. Ma première révélation sur ce type de roman a été lorsque j’ai dévoré le livre Patients de Grand Corps Malade (Si ça vous tente d’en lire ma critique, c’est par ici!).

Mais quand bien même. Je ne vous cacherais pas que j’ai eu un mini rikiki préjugé. Je dois l’admettre. J’ai eu peur que ça puisse n’être que marketing. Il y avait la possibilité que ce le soit. Mais vous savez quoi? Mon mini rikiki préjugé s’en est allé. Fiou.

J’ai dévoré ce livre en moins d’une journée. C’est bien rare dans mon cas. J’ai été ravie de voir qu’une fois de plus, mon instinct ne m’avait pas trompé.

Dès les premières pages, avec toute la réticence que j’avais avec mon mini rikiki préjugé, j’ai été conquise et ai pu me laisser aller à la lecture.

            Il faut avoir des espoirs démesurés, mais des attentes modérées.

En s’adressant directement à sa petite fille, Grégory Charles laisse tomber le masque et n’hésite pas à se montrer vulnérable avec ses propres expériences du passé. Avec un choix de mots réfléchi, c’est une lecture fluide et humble que nous offre ce roman bien ficelé.

La première chose qui m’a fait poser le bouquin pour prendre des notes a été lorsque j’ai senti la touche d’humour, de sagesse et de fragilité que Gory (comme l’appelait sa mère) tente de conserver tout au long du récit. La manière dont il s’adresse à sa fille est tellement personnelle et vraie qu’on a presque l’impression de ne pas avoir le droit de découvrir tant de secrets, tout en ayant envie d’en savoir plus.

D’après moi, c’est ce qu’il y a de plus précieux dans cette lecture. En s’adressant uniquement à sa fille, nous avons l’impression, nous lecteur, de n’avoir rien à faire ici. De nous retrouver au beau milieu d’un transfert de connaissances privilégié. Pardonnez ma métaphore, mais c’est comme si on se baladait en forêt en pleine nuit de camping, pis qu’on avait vu une famille autour d’un feu, en train de jaser. Un père est en train de raconter des histoires à sa fille, entouré de sa famille. Et comme si, d’un clin d’œil complice, il nous invitait à nous asseoir sur une bûche près d’eux, et nous laissait la chance d’être nous aussi porté par son histoire.

Gory nous conte une anecdote d’une journée à l’école où il avait l’impression que sa mère ne lui donnait aucune chance pour se faire des amis :

Un béret Julie. Comme les français… et d’une autre époque, par surcroît (p.17).

On voit un Grégory qui cherche l’approbation de sa fille avant même qu’elle n’ai l’âge de comprendre tout ceci. Et on réalise que même si c’est à sa fille qu’il tente de transmettre de belles valeurs, on se sent tout autant concerné. Parce qu’à travers tout ce transfert de connaissances, c’est aussi de belles leçons sur comment atteindre le succès que nous livre Grégory Charles, et on s’entend qu’il n’y a pas d’âge pour l’atteindre.

Comme la vie semble basculer quand l’essentiel est menacé.

N’oublie jamais est un livre que je vous conseille fortement, ne serait-ce que pour retrouver des valeurs que nous perdons peut-être au fil du temps. Ce livre est rempli de sagesse sans lourdeur qui nous fait sourire, nous questionner, nous souvenir et même nous rebooster.

 

Titre : N’oublie jamais.

Auteur : Grégory Charles

Édition : Les éditions La Presse.

Prix : 22.95 $

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre [Général] Web et Mascara présente Sophie Leduc | Web et Mascara 10 février 2017 a 23 h 13 min

    […] 2014, Je n’ai plus 20 ans… Mais je n’en ai pas 30 non plus, 3 fois par jour, Livre : N’oublie jamais, Inconnu à cette adresse, [id] Double, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Nederlands Dans […]

  • Laisser un commentaire