Culture, Lecture

[Lecture] Sionrah – Des prophéties et des anges

Source : sionrah.com

Line Bordeleau. Source : sionrah.com

Il y a de cela quelques semaines, j’ai reçu les 4 tomes de la série Sionrah, de Line Bordeleau. Je n’en avais jamais entendu parler, mais il m’a simplement fallu lire la quatrième de couverture du premier tome pour accrocher mon intérêt :

 

Au début des temps, treize prophéties obscures ont été rédigées par les mages à l’attention des peuples de la Terre. Pour équilibrer ces sombres prédictions, les forces de la Lumière ont envoyé treize Anges… Leyla Wallace, Élue de la treizième et dernière prophétie, a été investie de la plus importante mission jamais confiée à un être humain… Ses étonnants pouvoirs lui permettront-ils d’affronter les forces de l’Ombre, qui s’opposeront inévitablement à la réalisation de sa quête? [1]

 

Des anges? Une mission cruciale contre l’Ombre? Vendu! Cependant, si vous lisez le mot « ange » et que vous pensez aux anges de Supernatural, vous serez déçus! Pas de Castiel à l’horizon 😛

via GIPHY

C’est à Leyla, personnage principal de l’intrigue, que revient le rôle de sauver l’humanité, de façon assez littérale. Si elle ne parvient pas à ses fins, soit d’élever la conscience de l’Homme au prochain niveau, l’humanité tombera dans une ère de noirceur qui durera 1 000 ans. Avec l’aide de sa petite sœur Mégane et un autre allié qui sera découvert plus tard dans l’histoire, Leyla pourra mener à bien sa quête. Enfin, je l’espère!

 

L’auteure, Line Bordeleau, affirme que l’idée de Sionrah est née d’un écrit rédigé en 1099 par Jean de Jérusalem, Le Protocole Secret. La lecture de cet ouvrage l’a beaucoup fait réfléchir sur bien des sujets, qui se retrouvent bien évidemment dans Sionrah.

 

À l’heure actuelle, j’ai lu le premier tome, Les Héritières, et le quart du deuxième, L’Ordre. Je dois avouer avoir eu de la difficulté à embarquer dans l’histoire, mais ce n’est pas par manque d’intérêt… En fait, dans les premiers chapitres, on apprend que Leyla n’a pas eu une enfance et une adolescence facile. Elle a vécu des choses vraiment difficiles qui m’ont beaucoup touchée, voire trop, donc je devais déposer le livre quelques jours, le temps de m’en remettre. Cependant, sachez que ces moments difficiles ne durent que quelques chapitres, le temps de mettre en place les personnages.

 

Une fois ces pages passées, l’intrigue commence à prendre forme. Leyla visitera d’autres mondes liés au monde que nous connaissons déjà. On assiste à une guerre entre le Bien et le Mal. Je vous assure que dans le 2e tome, cette guerre est loin d’être terminée!

 

Ce combat entre le bien et le mal me fait énormément réfléchir. Que puis-je faire pour être une meilleure personne? Sans devenir Mère Teresa, comment puis-je faire une différence dans la vie des gens? Pour aider ceux qui ont besoin? Pour élever mes enfants dans le droit chemin? (Je tiens à spécifier que je ne suis vraiment pas la personne la plus croyante et pratiquante dans la salle, côté religion, mais je crois dur comme fer aux anges et au karma!) Bien que j’aie eu de la difficulté à embarquer au début de l’histoire, maintenant je rêve d’avoir un moment pour lire!

 

Toutefois, il y a un détail qui m’énerve un peu : les dialogues sont trop bien écrits. Dans le sens que, à l’oral, je peux vous confirmer que je n’utilise pas d’aussi beaux mots! Prenons par exemple les dialogues entre Leyla, début vingtaine, et Mégane, sa sœur, adolescente :

  • As-tu perdu la tête, Mégane Wallace? On ne peut pas se permettre de refuser une offre pareille! On ne survivra pas plus d’un jour, dans ce désert!

[…]

  • Je ne te donne pas le choix, tranche Leyla. Soit tu vas trouver cet homme pour lui dire qu’on accepte son aide, soit tu restes toute seule ici.
  • Mais Leyla…
  • Il n’y a pas de mais qui tienne!
  • Il veut peut-être nous kidnapper! On ne sait jamais à qui on a affaire, de nos jours, tu me le rappelles si souvent!

[…]

  • Fais-lui aussi tes excuses pour avoir été impolie! ajoute Leyla avant qu’elle ne soit trop loin.

[…]

  • Nous avons changé d’idée, marmonne Mégane, une fois parvenue à la hauteur de Hamada. Nous acceptons ton offre. [2]

 

J’avais sincèrement l’impression de lire un script pour Les Feux de l’amour… Deux sœurs de 20 ans et 16-17 ans ne se parleraient clairement pas aussi bien! Par contre, cela n’enlève rien à l’histoire. C’est une préférence personnelle qui ne dérange pas nécessairement tout le monde. Après tout, je ne suis pas Molière moi non plus! (Cependant, cela m’a amené à me demander si, dans un avenir lointain, j’écrivais un roman, est-ce que j’écrirais des dialogues comme à l’oral ou je déciderais d’y aller d’une belle plume…)

 

Bref, si vous cherchez une bonne série à lire et que, comme moi, vous attendez avec IMPATIENCE le prochain Amblystome, je vous suggère de lire Sionrah. L’intrigue est très intéressante et le sujet porte à réflexion. Je crois que c’est un type de livres qui attirera de nombreux lecteurs de tous âges. Comme ma mère qui a presque sauté de joie quand elle a vu que j’avais le 4e tome de la série, qu’elle attendait depuis un bon moment déjà!

 

[1] QUÉBEC AMÉRIQUE. Sionrah – Tome 1 [En ligne], 2016 [https://www.quebec-amerique.com/livres/collections/jeunesse/tous-continents-14/sionrah-tome-1-1102.html]
[2] BORDELEAU, Line. Sionrah : Les Héritières, Tome 1, Montréal, Québec Amérique, 2009, p. 309.

Source de l’image à la une : Sionrah.com

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire