Art de vivre, Histoire de filles

[Mode & Vie] Chronique d’une Super-Maman #3

L’amour d’une mère est inconditionnel!

Euh désolée, mais je réclame, non, j’exige d’avoir le droit d’émettre des conditions à mon amour maternel.

Mon amour sera inconditionnel selon les clauses suivantes:

1. Est attendu que vous soyez reconnaissants lorsque l’on vous fait plaisir;
* cela veut dire que vous devez être reconnaissants d’avoir eu la bébelle pour laquelle vous nous tannez depuis des lustres, que vous avez joué avec vos amis alors qu’on voulait aller marcher, qu’on vous a laissé «veiller», etc.

1.1 La clause sus-mentionnée est valable dans le cas échéant où les demandes restent dans le domaine du raisonnable et peuvent être réalisées selon les modalités qui plaisent aux deux parties sans lésion d’aucune sorte par l’un ou l’autre des signataires du présent contrat.

2. Est attendu que vous acceptiez que l’on ne peut répondre à vos demandes dans la seconde où elles sortent de votre bouche;
*vous êtes trois enfants et nous sommes deux adultes. Vous avez la responsabilité d’attendre votre tour.

2.1 Ce point ne s’applique pas en cas de danger.

3. Est attendu que vous respectiez les consignes données;
*explicitement cela veut dire que lorsque l’on vous demande quelque chose, vous le faites sans discuter. Et ce point est non-négociable à l’image de ceux mentionnés plus haut.

4. Est attendu que vous mangiez proprement et vidiez votre assiette lorsque le repas est servi;
*je ne suis pas votre domestique, j’aimerais faire autre chose que passer derrière vous. De plus, bien manger fait grandir et garde en santé.

blog.bebeours.com

Je pourrais continuer ainsi mais je sens déjà l’outrage de ceux et celles qui liront ceci. Vous aurez compris que c’était de l’humour ! Je ne pense pas ainsi pour vrai, quoiqu’il y a des jours, comme n’importe quel parent, j’aimerais avoir des enfants qui m’obéiraient au doigt et à l’oeil et que seraient de vrais anges, des bibelots quoi. Mais ce n’est pas le cas et je ne crois pas que j’apprécierais. Les enfants, c’est la vie à sa plus simple expression et c’est tellement beau. Je les aime mes monstres même s’ils m’en font baver, même si je suis au bout du rouleau, je ne voudrais pas les perdre !

Ce qu’il faut comprendre là-dedans, c’est qu’il faut se laisser le droit d’être exténué, de se sentir dépassé par les évènements. Par contre, les enfants n’ont pas à en souffrir. Plus facile à écrire qu’à faire, j’en conviens, mais lorsqu’on réussi, il y a de quoi être fier !

Article Précédent Article suivant

Vous Pourriez Aussi Aimer

1 Commentaire

  • Répondre Sabrina 12 septembre 2012 a 16 h 22 min

    Wow ! On ressent vraiment l’émotion ! & j’adore le dernier paragraphe, si beau et si vrai !

  • Laisser un commentaire